Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

Surprise« Bon anniversaire chérie ! »« Oh Julien, tu es adorable ! »Aline se redressa dans le lit pour prendre le petit déjeuner que son mari lui avait apporté. Depuis vingt ans qu’il étaient mariés, c’était le rituel, qu’elle appréciait toujours. Il s’assit à côté d’elle et prit un air coquin :« Aujourd’hui je veux que tu mettes ta robe la plus sexy. Et n’oublie pas le bustier que je t’ai offert l’année dernière ! Je te réserve une petite surprise pour ce soir. »Aline laissa échapper un petit gloussement. L’année dernière, Julien l’avait invitée dans un grand restaurant et il avait réservé une chambre dans un hôtel charmant pour la nuit. Ils avaient joué au jeu de la reine et de l’esclave un moment, et elle avait pu lui ordonner tout ce qu’elle voulait. Elle lui avait commandé un massage sensuel, pour commencer, puis, en rougissant, lui avait glissé à l’oreille qu’elle aimerait bien qu’il la fasse jouir avec sa bouche. Ils se connaissaient depuis toujours mais faisaient preuve de peu d’originalité dans leurs ébats. Aline avait quelques fois des fantasmes fous, des scènes d’orgies et d’expériences lesbiennes sado-maso, mais leur quotidien pimenté de ces pensées excitantes lui convenait. La soirée à l’hôtel s’était donc finie sur une position classique, lui sur elle, mais il l’avait fait jouir avant avec sa bouche, et elle avait pu avoir un second orgasme ensuite. Ça lui arrivait rarement, et elle se souvenait précisément de cette soirée d’anniversaire qu’ils avaient terminée en s’endormant l’un contre l’autre dans les draps de soie.Que lui réservait-il cette fois ? Une amie lui avait parlé d’un vibromasseur qui faisait merveille paraissait-il. Aline joua avec cette idée quelques instants, puis songea que Julien n’aurait jamais osé acheter cette sorte d’objet. Elle verrait bien ce soir !Elle mit donc sa robe sexy, ce n’était pas la peine de préciser laquelle : elle n’en avait qu’une. Une simple robe noire, mais assez moulante et qui avait un décolleté généreux. Le temps de se parfumer et elle partit travailler, le sourire aux lèvres.[rejoins-moi dans la salle privée du château de Paulignac. Je t’envoie les coordonnées GPS, c’est à une demi-heure environ. Attends-toi à une sacrée surprise ma chérie ! jtm] Aline reçut ce SMS juste avant la fin de sa journée de travail. Elle se précipita pour le montrer à sa collègue Jeannette de la comptabilité, qui la taquina sur la tête qu’elle aurait le lendemain matin. Aline partit en gloussant aux toilettes pour se refaire une beauté, puis monta dans sa voiture pour rejoindre son mari. Une salle privée dans un château ! Cette fois ils prendraient sûrement leur dîner au lit !Vingt-cinq minutes canlı bahis plus tard, Aline se garait devant ce qui était effectivement un château réaménagé en salle des fêtes. Dans l’entrée se trouvait un panneau indiquant à gauche, salle 1, à droite, salle 2. Mince, Julien n’avait rien précisé ! Aline prit la direction de la première salle, et colla son oreille à la porte. Aucun bruit. Elle fit de même avec la deuxième salle, et entendit cette fois un fond de jazz, à peine audible. Julien avait même pensé à mettre de la musique. Aline rajusta sa robe, frappa et entra dans la pièce.Celle-ci était plongée dans une pénombre presque totale. Elle s’avança un peu, essayant de distinguer quelque chose, quand elle fit un bond : on venait de lui bander les yeux.« Ne dis rien chérie, avance » lui souffla une voix masculine.Aline adorait ça quand Julien prenait une voix grave de séducteur, si différente de sa tonalité habituelle. « J’adore ton look de bourgeoise. On va bien s’éclater. »« C’est juste ma robe noire, tu sais celle… »« Ta gueule salope ! Mets-toi à genoux. »« Mais… Julien ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui se passe ? » Aline leva ses mains pour enlever le bandeau, mais deux poignes de fer lui enserrèrent les poignets.« Ne t’inquiète pas, rien de plus que ce qui est prévu. Ce qui a été décidé, ni plus ni moins » lui répondit la voix.Aline se laissa agenouiller sur le sol. Julien aurait-il deviné ses fantasmes secrets de sexe à plusieurs ? Il était allé loin cette fois. La pensée que son mari était dans la pièce la rassura. Quoi qu’il advienne, il avait tout prévu. Un spectacle de chippendales un peu musclé peut-être ?La voix étrangère empoigna sa main et la dirigea devant elle. « Occupe-toi de lui d’abord »Les doigts d’Aline rencontrèrent une peau tiède, la peau douce et tendre d’un sexe masculin. Apparemment, Julien avait décidé d’inverser les rôles : elle serait l’esclave et lui le roi ! Et pourquoi pas…Aline serra doucement le sexe et fit aller sa main d’avant en arrière. Le contexte l’excitait, il était bien plus gros que d’habitude ! Une main se posa sur ses cheveux et lui fit avancer la tête, le membre venant cogner contre sa bouche. Aline entrouvrit les lèvres et le sexe vint s’enfourner jusqu’à sa gorge, brutalement. Elle eut un hoquet, mais l’homme insista. Ce ne pouvait pas être Julien, rien à voir avec ses manières habituelles. Était-il resté dans un coin de la pièce alors, à regarder ? Aline se persuadait de cette idée, tout en n’y croyant plus guère désormais. Mais ce qui se passait dépassait de loin ses petites fantaisies, et ne lui déplaisait pas. Après tout, si son mari avait voulu lui offrir un peu de piment, bahis siteleri elle n’avait qu’à en profiter. Elle suça et lécha vigoureusement le membre offert. Elle sentait d’autres mains sur elle ; combien étaient-ils, elle l’ignorait, mais nettement plus que deux. L’homme qu’elle suçait la fit coucher par terre, sur le dos, sans que son sexe ne se retire de sa bouche. Il s’accroupit au-dessus de son visage et elle continua à le lécher, alors qu’elle sentait deux mains lui écarter les jambes sans ménagement. On lui releva les cuisses ; elle sentit le rouge de la pudeur lui monter aux joues, mais elle ne resta pas offerte aux regards très longtemps : un homme (le premier ?) s’était couché sur elle et la pénétrait. Il était plus lourd que le premier, elle le devinait un peu plus gros. Tout-à-coup, l’homme qu’elle suçait se retira. Elle se demanda un instant si c’était parce qu’elle ne l’avait pas satisfait, quand elle sentit le liquide poisseux et tiède couler sur ses joues, passant sous le bandeau, et plaquant celui-ci à ses paupières. Elle ouvrit la bouche pour protester, mais cela eu pour seul effet de lui en faire avaler une partie. Elle sentit alors l’homme plus gros s’agiter frénétiquement sur elle en soufflant, et la remplir également. Elle était souillée mais ne désirait pas que ça s’arrête… Elle ne savait pas comment Julien allait la regarder à présent, mais elle adorait ce qui était en train de se passer. « Mets-toi à quatre pattes. »Aline s’exécuta rapidement, relevant sa robe jusqu’à la taille. Quelques amies lui avaient raconté leurs expériences en sodomie, mais elle n’avait jamais osé le proposer à Julien. Il semblait qu’elle allait avoir quelque chose à raconter elle aussi. Aline frémissait à la fois de peur et d’excitation. Mais ce fut dans son minou qu’elle sentit une pression. Des doigts venaient la visiter, probablement tout poisseux du spermer laissé en elle et qu’elle sentait s’écouler lentement entre ses cuisses. Un doigt puis deux se glissèrent dans son ouverture, sans le moindre mal. Aline commençait à se détendre quand elle sentit les doigts se retirer, et le poing se refermer et presser contre elle. Ça ne pouvait pas rentrer, impossible ! Le poing força pourtant, doucement mais de façon irrésistible, en tournant contre son minou. Elle sentait ses parois se dilater, le sperme de l’autre et ses propres substances facilitant l’entrée. La main commença à la pénétrer de plus en plus, un peu de travers, et petit à petit ça y était, le poing tout entier était rentré en elle ! « Oh putain ! » se dit-elle. « Putain je suis remplie ! » s’écria Aline, s’adressant à elle-même autant qu’aux hommes l’entourant. Ce bahis şirketleri sentiment de complétude, d’être réellement habitée par ce poing serré qui allait et venait maintenant en elle était incroyable. Aline prenait son pied et commençait à hurler de plaisir. Elle sentait la chaleur monter, elle n’en avait plus rien à foutre de ces gens autour d’elle, rien n’existait d’autre que ce poing énorme, qui allait et venait, qui fourrageait ses entrailles rudement, qui tournait contre ses parois tendues, et soudain elle explosa. Son excitation était montée en flèche et son orgasme fut violent : ses cuisses tremblotaient, elle tenait à peine sa position. « Ça t’a plu ma belle hein ? Attends, c’est pas fini. »On toqua à la porte.« On n’a besoin de rien merci ! » répondit impatiemment la voix grave. « C’est Véronica mon chou ! On avait dit 19h, j’ai un poil de retard mais je resterai au-delà de l’horaire convenu pour me faire pardonner ! »« Mais… quoi ? Mais alors, t’es qui toi ? Jean, allume la lumière ! »La pièce s’éclaira subitement. Clignant des yeux, presque aveuglée, Aline vit autour d’elle six hommes, d’environ son âge. Certains étaient un peu bedonnants, d’autres athlétiques, l’un avait même un masque en latex, mais ils avaient finalement l’air plutôt normal. Elle se releva. L’un des hommes lui tendit une serviette et elle tenta de se nettoyer avec.« Je… mon mari m’a préparé une surprise… pour mon anniversaire. Il m’a dit de venir au château et… voilà ! » Même devant l’incongruité de la situation, Aline se sentait très calme. Ces hommes la regardaient, surpris, mais elle voyait toujours le désir dans leurs yeux. Une envie qui n’était pas passée. Elle rajusta sa robe, sortit un petit miroir de son sac à main, et prit le temps de se passer la main dans les cheveux et de vérifier que son visage ne trahirait pas ses récentes activités. Elle sortit également de son sac l’une de ses cartes de visite. « Appelez-moi dans la semaine, si vous voulez… j’aurai peut-être un rendez-vous à vous proposer. Il y aura sans doute un homme en plus ! »Aline quitta la pièce, sous leurs regards hébétés, laissant entrer la fameuse Véronica à sa place. Elle remarqua au passage ses escarpins à talons aiguille et sa mini-jupe, et se dit qu’elle allait certainement faire quelques emplettes très bientôt.Aline se dirigea vers la porte qu’elle avait négligée à son arrivée au château. Le silence y régnait toujours, mais ça ne pouvait qu’être là. Elle se dit qu’à la fin de la soirée, elle aurait sûrement quelques surprises à proposer à Julien elle aussi. Notamment un passage qu’il n’avait jamais pris… elle sentait déjà son anus la chatouiller à cette idée. Elle inspira et poussa la porte.« Suuuuurpriiiiiiiiiiise ! »La cinquantaine d’invités se pressèrent autour d’Aline. « Ben alors chérie, t’en as mis du temps ! On commençait tous à ‘s’impatienter ! » lui dit son mari en l’embrassant.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

 Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


ankara escort antalya escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort kadıköy escort tuzla escort aydınlı escort maltepe escort pendik escort şişli escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan didim escort sakarya escort sakarya escort ensest hikayeler izmir escort izmir escort ankara escort maltepe escort gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort gaziantep escort maltepe escort mersin escort bursa escort kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort canlı bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis illegal bahis sakarya escort bayan