French

Match retour!

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Match retour!Ceux qui me suivent depuis un moment savent que j’ai eu une expérience avec Nico et son sexfriend gay Arnaud, d’ailleurs l’histoire est toujours sur mon profil. Je vais vous raconter l’acte 2 de cette rencontre près du Mans chez Arnaud. Sachant que c’est Nico qui mène la danse souvent dans nos histoires de sexe, il décide de faire une surprise à Arnaud la même qu’il la faite mais a lui cette fois! Nous arrivons donc chez Arnaud vers 18h30, alors que nico devait passer le voir à l’apéro sachant que cet un homme marié et que son homme doit rentrer dans la nuit… A la porte Arnaud fût encore plus surpris que moi la première fois de nous voir à sa porte mais il nous laissa entrer dans son pavillon très joliment décoré. Il expliqua à nico que ce n’était vraiment pas sérieux même si il savait que j’étais une personne de confiance que c’était trop, alors il n’était pas sur d’accepter. Nico ne négociait pas longtemps et 5min plus tard nous visitons la maison succinctement pour nous arrêter dans la chambre d’amis à l’étage. Nico m’avais expliqué que c’était la a chaque fois que cela ce passé alors je ne me fit pas d’illusions, nous n’allons pas faire plus de visite. Dans la chambre un grand lit en bois, une chaise pour déposer des vêtements et un fauteuil. Arnaud redescends chercher une bouteille pour prendre quand même un petit verre, que nous buvons assis au bord du lit, nico commence alors à s’approcher de moi et de les lèvres, on commença par de tendre baisers sensuels, Arnaud est en face de nous et nous regarde, il est face à nous dans son jean serré avec une chemise à carreau bleu des petites lunettes sa barbe de trois jours et ces cheveux dégarni, ce qui m’intéresse le plus chez lui est son énorme queue même si je n’y ai pas droit! Nico att**** Arnaud pour qu’il se rapproche de nous, on se regarde et il le demande si je me souviens, je lui répond qu’elle est difficile a oublier. Une énorme bosse se forme sur son jean, Nico le carrosse a travers alors la bosse grandi encore. Je me redresse Nico aussi et je commence à déboutonner la chemise d’Arnaud, pendant qu’il commence à s’embrasser c’est dingue comme ils sont sensuels leur langues se croisent, ils prennent leur temps et s’embrasse le cou, je continue par enlever le Polo de nico qui lui porte aussi un jean, je caresse leurs torse et leur dos pendant qu’ils s’enlacent. Nico passe une main autour de ma taille pour me rapprocher le lui, nous langues à tout les trois se touchent, puis nico me place face à Arnaud qui m’embrasse doucement nico est derrière moi les caresse sont douce, je le sent très bien, nico commence doucement à retirer la fermeture de ma robe noir Cm par Cm jusqu’au bas de mes reins. Il retire une épaule et tout deux me dépose de baisers sur cette épaule, puis il retire l’autre epaule et ma robe tomba sur le sol me laissant face à eux en sous-vêtements en dentelle blanche. Les caresses sur mon corps généreux redouble avec toujours autant de douceur, mais déjà le bruit de la ceinture de nico se fait entendre alors je me tourne et termine de lui enlever et m’agenouille face à lui pour déboutonner son jean, dans un bruit rapide j’entends escort beşevler Arnaud faire de même alors que je viens de libérer la queue de nico en érection face à mon visage. Je commence alors par lui poser des baisers sur son pubis, puis ses cuisses, sentir son entrejambe, faire des petits bisous le long de sa queue pour enfin la prendre en bouche quelle délice elle est encore fermé mais avec ma mains je la décalotte d’un mouvement et avec ma langue s’enroule son jolie gland tout découvert. Arnaud viens alors à mes côtés, je suis partageuse alors je lui tend l’objet du désir. Il prend la même délicatesse que la mienne avec cette queue c’est agréable de voir son amant aussi bien traité, nico me relève pour que l’on s’embrasse, qu’il puisse me libérer les seins qu’il aime tant et me caresser le corps rond qu’il apprécie dans ces moindres recoins. Arnaud accélère le mouvement et la glisse entièrement dans sa bouche alors la queue de nico est luisante, Arnaud se redresse et nico le pousse sur le lit, il est en boxer et sa queue ne tiens pas dedans Nico me fait alors signe de m’en occuper.Je passe sur le lit, je suis en string et Nico viens de s’installer sur le fauteuil pour se détendre sa queue est luisante sur son bas-ventre il me regarde. Je m’approche du boxer d’Arnaud, je sent son entrejambe, sa queue est gonflé mais pas au max je pense, je caresse sa queue à travers son boxer puis la mordille ils me regardent tous les deux, je passe doucement mes mains de chaque côté de ses hanches pour agripper son boxer et commence à lui retirer pour enfin libérer les 20cm de cet homme. Sa queue est étalé sur son ventre je me rapproche doucement et commence à la base avec ma langue puis remonte jusqu’au sommet. Je la prend en main pour la redresser puis commence, a approcher ma bouche ouverte son gland n’est pas encore découvert il a l’air énorme, sa queue est lourde. Je commence des vas et viens le long de sa queue puis avec ma mains je découvre de gland énorme. Que je lèche, suce, caresses avec ma langue et je peut vous dire qu’il a l’air d’apprécier pour un homme gays. Il me le fait savoir et me dis de continuer ainsi, je ne lache pas le morceau et mon amant viens me donner un coup de main, enfin il att**** mes cheveux et me dis que je peut y aller qu’il aime quand on prend tout en bouche alors je me laisse guider je descend, mais elle est énorme arriver à un moment mon envie de vomir est trop grande alors je ressort, Nico me montre alors la voix. Il me dis regarde, il tire légèrement la langue puis y vas cm par cm, un petit va et viens et il force un coup pour enfiler les 20cm dans sa bouche Arnaud gémit fortement et lui dis que c’est un salaud, il le pompe quelque seconde puis me laisse la place, je retente ma chance mais c’est encore un échec, c’est alors que nico me retourne sur le lit. Il m’approche la tête du bord du lit, mes seins lourd balotant, Arnaud quand a lui est encore à se caresser la queue sur le lit, nico retire mon string en 2 temps 3 mouvements puis commence à me caresser doucement, il fait signe a Arnaud de se mettre debout et de m’amener sa queue, ce qu’il escort esat fit sans rechigner. Nico se rapproche de mon visage pour m’embrasser et guider la queue de cet homme vers ma bouche, il la glisse dans ma bouche et commence à s’enfoncer nico me dis que sa ira mieux comme sa. Nico me regarde faire, et sa y est il entre en entier j’ai envie de vomir et tout deux sont en extase car ma gorge a gonflé à l’arrivée de sa queue il ressort puis reviens et il se disent bien que c’est sa queue qui apparaît ici. Arnaud sort et nico m’embrasse malgré la bave importante, puis il se dirige vers ma chatte qui est en attente depuis un moment. Il embrasse ma chatte lisse, puis lèche mes lèvres, pose des baisers un peu partout puis fini par découvrir mon clito en écartant mes lèvres généreuses. La succion est importante, les jeux de langues aussi je monte en flèche il le sait à mes gémissements, il ralentit et demande une capote à Arnaud, il viens lui donner, mais il att**** Arnaud par la queue et le pompe pompe avant de lui enfiler la capote et de me dire c’est ton jour de chance moins du miens car ce n’est pas sur que je serve à quelque chose après mais on verra. Je souris et n’en reviens pas cet queue énorme va me pénétrer, je lui dis que je ne suis pas prête mais il s’approche, nico le guide et pose sa queue sur le haut de ma chatte, il me caresse avec et le dis c’est pour toi sa. Arnaud se présente alors à l’entrée pendant que nico reviens à mon visage, il le pénètre je n’en reviens pas de cet sensation elle est grosse, et cela n’en fini pas j’ai l’impression que sa queue est interminable, il est à la garde et je kiffe il commence les coups de reins en douceur c’est génial et nico me caresse la poitrine et la tête je me laisse aller a des cris comme souvent je n’arrive pas a me retenir puis sa accélère, quel bonheur nico me présente alors sa queue. Le bassin d’Arnaud tape contre moi, il est pourtant passif d’après ces dires mais ne se débrouille pas si mal, nico lui demande de lui laisse la place, il regarde alors ma chatte elle est ouverte il le dis que je ne vais pas le sentir, il le pénètre et c’est vrai qu’il a fallu quelque aller-retour pour que je sente sa queue puissante me pilonner. Il me retourne pour accéder à mon cul, qu’il badigeonne généreusement de gel, pour enfiler sa queue rapidement en moi, la je sent bien qu’il est dur il envoie alors le.gel a Arnaud et lui dis de se préparer aussi. Il le prend le cul comme il faut, je me caresse en même temps et commence à sentir l’orgasme arriver, il accélère moi aussi puis je m’effondre sur le lit, le jambes tremblante, nico en moi qui me.dis que sa queue est serré comme rarement alors il ressort et me laisse terminer mon orgasme en douceur.Il se dirige alors vers arnaud qui est étonné qu’il n’ait pas joué en moi, il lui dis qu’il est proche et que c’est lui qui va en profiter, alors il enfile une capote et met arnaud sur le bord du lit les jambes en l’air, la queue d’Arnaud est tendu sur son ventre, nico le pénètre alors en douceur, puis commence à le branler en même temps, et moi je les regardent faire, nico le pilonne et accélère escort çankaya la branle, il genissent tout les deux et arnaud lui dis qu’il viens, nico lui aussi viens il sort alors sa queue et enlève la capote, c’est alors que dans des râles de plaisir tout deux avec les mains de Nico envoie d’énorme jet sur Arnaud, le jus de nico arrive sur le visage d’Arnaud, qui lui envoie un jet épais sur son torse et sa continue chacun avec 4 ou 5 jets sur le ventre d’Arnaud ainsi que son sexe, la quantité de jus est vraiment importante même eux font la remarque. Je leur demande si c’est moi qui leur fait de l’effet et Arnaud me dis que ce doit être sa et que c’était très plaisant de pénétrer une femme, que j’étais sa première qu’il ne regrette en rien et qu’il aurait été déçu en faite de nous renvoyer comme il aurait voulu à notre arrivée et nico très souriant me demande si j’ai aimé. Je leur dis que je recommencerais sans soucis et qu’il fallait que l’on s’organise une soirée chez moi prochainement et ils ont acquiescé tout le deux. Direction la douche pour eux deux, les queues pendantes et le sperme qui coule au sol, moi allongé sur le lit je les regardent d’un coin de l’oeil, nico se laisse nettoyer par les mains douce d’Arnaud et cet situation m’excite, je me caresse en les regardant, mais j’ai l’impression que mon nico regonfle doucement il sort alors de la douche et s’essuie, sa queue est bien remonté, arnaud lui est sous la douche son membre énorme dégonflé mais pendant entre ses jambes, je continue de me caresser puis arrête quand nico sort de la salle de bain la queue entre-deux eaux. C’est alors qu’il me regarde et me souris, les deux trois mètres qui le sépare du lit le fond redurcir, il me tire alors vers lui il reste debout au bord du lit, il rempli mes jambes pour avoir un acces à ma chatte humide. Il frotte sa queue sur ma vulve, avant de me pénétrer. Je lui dis et il le sent ma chatte s’est resserer après le passage d’Arnaud, c’est bien plus agréable pour nous deux. Il me pilonne alors rapidement comme j’aime et vu qu’il a jouie il ne viendra pas trop vite, je prend vraiment mon pied et Arnaud qui reviens la queue pendant qui nous observe assi sur le fauteuil qui dit à nico d’accélérer encore, il obéit et me fait crier sous ces coups de boutoir, je sent alors que mon orgasme arrive je dis alors à nico de ne surtout pas s’arrêter il me tien encore plus fermement les jambes et repart de plus belle, il a chaud et Arnaud viens derrière lui lui mettre des claques sur le cul comme pour lui dire d’y aller! Il met ces dernières force dans la bataille et me fait jouir, un frisson me traverse, mon corps se contracte ma vulve se resserre et coule je jouie et deviens hypersensible alors Nico sort de ma chatte dégoulinante et me regarde jouir Arnaud lui att**** alors la queue pour le terminer, il le branle rapidement son gland est rouge il gémit il se rend se contracte et m’envoie un jet jusqu’à mes seins un second tout aussi long et puissant puis 2 petits sur le haut de ma chatte légèrement poilu, il demande à Arnaud de lâcher sa queue écarlate et ultrasensible aussi. Tout le monde a le sourire au lèvres, après ces jouissances Arnaud nous félicitent pour ce beau moment. Nous nous lavons tout le deux puis on se rhabille direction le salon pour un dernier verre et le départ!!!J’attends vos commentaires et message sur cette histoire récente et cette belle queue de 20cm a la quel j’ai eu droit!!!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Belle soeur-le trou de la serrure 3

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info erotik sex hikayeleri okuyucuları,derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.Neredeyse tüm google da bulabileceğiniz tüm hikayeleri bir arada..

Belle soeur-le trou de la serrure 3Le temps d’une petite pauseNous sommes dans sa chambre(notre chambre d’ami(e)s)Nous sommes enlacé l’un contre l’autre comme 2 amantsDiscutant sexuellement comme 2 amantsCurieuse de connaitre nos moments intimes avec sa soeur(ma femme)Me disant coquinement qu’elle aimerait qu’on fasse des choses que je ne faisais pas avec sa soeur ou que sa soeur ne voulait pas faireElle me caressait la queue de ses petits doigtsEn me fixant de ses magnifiques petits yeux bleu Elle me dit elle est à moi aussi maintenant Quoi? lui demandèrentSachant très bien ce qu’elle voulait direça qu’elle me fit en secouant de ses petits doigts ma queueDis le moi j’ai envie de t’entendre me le dire De nouveau elle me répondit ça qu’elle me fit en secouant de ses petits doigts ma queueNONNNN pas comme ça dis le moi d’une autre façonSes petits yeux bleu dans mon regard TA BIIITEEE ELLE EST AUSSI A MOIII MOOONN BEAUFFFFFDis le moi encoreTAAAA BIIITEEE ELLE EST AUSSI A MOIII me répondit elle coquinement en canlı bahis me secouant la queue entre ses petits doigtsTu me suces la bite BELLESOEUR lui demandèrent en fixant son joli regard bleuHUMMM OUIIIII MOOON BEAUFF me répondit elle coquinementElle descendit doucement le long de mon corpsMe donnant de petits bisous frissonnantsElle se retrouva allongée entre mes jambesComme un petit chat ou devrais je dire comme une petite chatteElle jouait avec ma queue ( ma bite comme elle dit coquinement)Elle l’admirait prenant le temps de faire connaissance de son nouveau jouet naturelleMe caressant de ses petits doigts du bout du gland jusqu’à la base de mes couillesMes couilles qu’elle manipulait entre ses petits doigts délicatement Elle déposait de petits bisous tendrement sur ma queueElle déposait de petits bisous tendrement sur mes couillesElle était d’une t’elle douceur ainsi que très coquine en mêmeJe connaissais déjà la douceur de sa bouche sur ma queueCe que je ressentais de nouveau quand elle glissa ses bahis siteleri lèvres sur mon glandElle me suçait en douceur ainsi que goulumentEngloutissant presque toute la longueur dans sa bouche gourmandeLa façon qu’elle avait de sucer mes couilles en douceurTU AIMES me regardant de ses yeux bleu?Tu suces trop bien continue lui répondis-je simplementELLE EST TROP BONNE TA BITE MON BEAUFFFT’es trop belle avec ma bite en bouche bellesoeurC’était devenu notre jeu de s’appeler ainsi ce qui était excitant l’un pour l’autreUn instant plus tard une onde de choc traversa tout mon corpsElle était entrain de sucer mes couilles quand sa bouche dévia en dessousJe pensai que c’était un geste maladroit de sa partMais NON elle me léchait le périnée (partie entre les couilles et l’anus pour ceux qui connaissent pas le corps humain)Très peu de maitresses m’on prodiguées cette pratique(même ma femme ne me fait pas cette pratique)Elle savait y faire la coquineElle avait mes couilles posées sur son nezC’était une vue très bahis şirketleri très excitantePendant que sa langue glissait en douceur sur la longueur de mon périnéeHeureusement que ce n’était pas le début de nos relations sexuellesCar j’aurai joui en quelques secondesL’idée que sa langue glissait à quelques centimètres de mon anus m’excitait encore plusJe remontai les jambes pour ressentir toujours plus de sensationsJe lui fit comprendre que j’aimerai que sa langue descende plus profondément vers mon intimitéElle compris très bien mes attentes luxurieuses Son magnifique regard bleu n’en laissait aucun douteJe n’oublierai jamais ce magnifique regard bleu quand sa langue toucha timidement mon anusSALOPE lui chuchotèrent doucement QUOIIIII? me répondit t’elle la bouche entre mes fessesExcusee jsuiiii trop excitéT’excuse pas me bafouillait t’elle jsuis ta SALOPE MO BEAUFFFFReplongeant sa bouche dans la partie la plus intime de mon anatomieJ’avais la bouche(surtout sa langue) de ma SALOPE de bellesoeur qui dégustait mon anusDe sa petite main elle me branlait la queue(la bite en même temps)Quelques gouttes de sperme jaillir sur mon ventreQu’elle lapait de sa langue gourmande en remontant des profondeurs de mes fessesLa suite peu-être

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

TRANNY SECRETARY HIGH SCOOL 9

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info porno hikaye severler için pek çok erotik hikayeyi sizlerin beğenisine sunuyor.Neredeyse google da bulabileceğiniz tüm hikayeleri bir araya toplayıp okkalı bir arşiv yaptık.

TRANNY SECRETARY HIGH SCOOL 9LES COURS D’ANGLAIS DE SAMANTHAsuppriméClaudia se remettait des émotions qu’elle venait d’avoir avec Samantha, son petit copain.”En fin de compte dans cet école, tu passes tout ton temps à BAISER avec ANNA!””Non” lui répondit Samantha d’un air indigné. “On a aussi des cours.”” Ah oui, quoi par exemple ?”Pleins, des math, du français… et également de l’anglais. D’ailleurs c’est la matière où j’ai le plus de difficultés. Heureusement qu’ANNA est là pour m’aider.”Ah mon avis, elle doit le faire à sa manière. Je suis sure que c’est encore un truc cochon. Vas-y raconte!”Samantha reprit son histoire.2 mois et demi plus tôt, 1er cours d’anglais.« Bonjour, je me présente. Je suis Miss TRANIHOLE, votre professeure de langue. Je précise qu’il s’agit d’Anglais. Pour ce qui est des autres langues vivantes, c’est Mme ANTOINETTE elle-même qui se charge de donner les cours.Je suis née et j’ai grandi en Angleterre, plus précisément dans la région du SUSSEX.Votre groupe est celui où on été rassemblées celles qui ont le plus mauvais niveau dans la langue de Shakespeare. Mon but n’est pas donc pas de faire de vous des interprètes ou de vraies secrétaires bilingues, mais juste de vous donner quelques notions de bases indispensables pour votre futur métier.D’une part car certaines d’entre vous seront amenées à travailler à l’étranger, mais surtout parce-que beaucoup de patrons français préfèrent s’adresser à leur secrétaire en Anglais pour certains travaux “particuliers”.Je considère que vous partez toutes du niveau zéro, ce qui je pense est proche de la réalité. Pour celles dont ce n’est pas le cas, je suis persuadée que vous apprendrez quand même beaucoup de choses.Je vous parlerais autant que possible en anglais pour que vous soyez habituées à entendre cette langue, mais rassurez-vous je traduirais systématiquement en français.””J’utilise une méthode visuelle simple, mais très efficace pour faire rentrer le vocabulaire dans la tête des élèves les plus récalcitrants.Je vais vous projeter sur grand écran des montages audiovisuels comportant : le mot en Anglais, sa traduction , sa prononciation, et… pour être sur que vos cerveaux enregistrent bien, un beau dessin canlı bahis en couleur.Vous devrez répétez ensemble le terme en Anglais plusieurs fois afin de bien l’assimiler et de le prononcer correctement.””On va commencer par quelques termes a savoir par cœur : We will start with a few terms that you should necessarely know.”J’en donnerais de nouveau à chaque cours. “I will give some other at each lesson.”Samantha était très concentrée. Elle n’avait jamais rien foutue en Anglais durant toutes ses études et elle était complément nulle. Cette fois-ci, elle voulait vraiment se ratt****r.Mme TRANIHOLE lança le film.Samantha vit le dessin d’une grosse verge apparaitre sur l’écran, avec les termes COCK et DICK ainsi que leur traduction BITE et QUEUE.Quand l’écran afficha “repeat after me” tout les élèves se mirent à répéter en chœur COCK, DICK… en s’efforçant de bien prononcer.Samantha vit ensuite apparaitre une belle poitrine, et elle répéta “BOOBS BOOBS..” avec ses camarades. Ce fut ensuite une paire de couilles ( BALLS) puis un cul “ASS”. La photo lui fit penser à celui d’ANNA. “Il a peut-etre servi de modèle pour le montage” se dit-elle.Le montage se poursuivit avec d’autres noms à connaitre, bitch, slut.. mais aussi des adjectifs tels que : hard, deep, big, large… Ce fut ensuite quelques verbes de base : To Suck, To Fuck, To Swallow….Samantha recopiait tout les termes avec application en notant à chaque fois la traduction.La projection se termina par des petites phrases telles “The boss is fucking his secretary very hard”, qui reprenaient l’ensemble des termes abordés avec évidemment une petite vidéo d’accompagnement.Miss TRANIHOLE stoppa l’appareil.”Maintenant, vous allez essayer de mettre en pratique ce que vous venez de voir”.« Samantha, si votre patron vous dit « Suck my dick little bitch ! » Que faites-vous« Je le suce ? »« Oui, c’est bien. Mais une d’entre vous aurait-elle la traduction exacte ? »Une autre élève leva la main : « suce moi la queue petite salope ! »« Oui, bravo mademoiselle. Excellent. »Les élèves terminèrent le cours en faisant des petits jeux de rôle de ce genre entre elles.———suppriméUn soir, dans la chambre.Anna regardait les notes de bahis siteleri sa filleules comme elle devait le faire régulièrement en tant que marraine.”Tu as de bons résultats dans l’ensemble, sauf en Anglais. »”Oui je sais. J’avais un très mauvais niveau dans cette matière en arrivant ici. Je ne foutais rien au collège et au lycée. Maintenant il faut que je ratt****. C’est dur.””Je vais t’aider à réviser. Je vais te poser des questions comme si j’étais ton patron, et toi tu devra me répondre en Anglais comme-ci tu étais ma secrétaire. OK?”OK”.« Samantha please, can you give me some tea? »« Auf course boss » répondit-elle avec un accent à couper au couteau.« Présente bien tes fesses sous mon nez pendant que tu sers le thé » lui précisa Anna.« Oh, very nice skirt, can i touch it ? » demanda le patron.« If you want soeur ». ANNA se mit à lui caresser les fesses sous sa jupe.« Oh nauti boy, you ask to tuch my skirt, not my ass ! » s’insurgea Samantha.« Don’t you like it ? »« Oh yes, very well thank you. »« And what if i put a finger in this little hole ? »« Hein ? » dit Samantha« Ton patron te demande si tu as envie qu’il t’introduise son doigt dans le cul. »« O yes, wif plaisieur. » répondit-elle.”Il y a du travail à faire” se dit Anna.« C’est très bien ma chérie, mais il y a deux ou trois choses à améliorer. En particulier ta prononciation. Ton accent est vraiment horrible.” On va faire un essai, répète après moi!”« Let me suck your cock, mister Smith! »« Lait mi seuk your coke, mister Smiss. » répéta Samantha.« Non, ça ne va pas, surtout le S de suck. Pointe légèrement ta langue hors de tes lèvres lorsque tu le prononce. Comme-ci tu y passais ta langue pour faire comprendre a quelqu’un que tu as envie de le sucer.”« Let me SUCK your cock, mister SMITH » prononça alors Samantha avec un accent impeccable.« Et bien voila, c’est parfait. Il suffisait juste de trouver des explications que tu comprennes. » lui dit sa marraine en riant.”Allez on reprends””Take my dick in your mouth!”Dick, mouth. Samantha se souvenait. Elle goba la queue de son patron.”Put your tongue around the cock.” ANNA tourna sa prope langue dans sa bouche pour lui faire comprendre.”Tu apprends l’anglais et bahis şirketleri tu révises tes cours de fellation en même temps. Si c’est pas merveilleux ça!’ lui dit ANNA en commençant à gémir de plaisir.”Humf, humf, your cock taste very good.” “Don’t speak with my dick in your mouth! ( ne parle pas la bouche pleine). It’s not correct.” lui dit sa marraine.”I come. Don’t forgett to swallow it all! I don’t want to mess my pants!” dit ANNA dans un rale de plaisir.Samantah n’avait pas besoin de traduction. Elle savait que son amante ne supportait pas qu’on laisse s’échapper une seule goutte de sperme. Elle maintint la bouche fermée quand elle reçu le foutre aux fond de la gorge.———“Et a part prendre des COURS de LANGUES avec ANNA, tu faisais quoi d’autre,” lui demanda de nouveau Claudia.”Arrête de m’interrompre à tout bout de champs. J’ai pas fini l’histoire.” lui dit Samantha en souriant.Elle reprit son récit :Après avoir déchargée dans sa bouche, ANNA embrassa langoureusement Samantha, mêlant leur parfum respectifs.”On va changer de rôle. Maintenant c’est moi qui fait la secrétaire, et toi le patron.” lui dit-elle.Anna lui expliqua en français un petit scénario, avec pour consigne de le traduire elle-même en anglais.”Oh, what a beautifuls BOOBS” dit le patron quand la secrétaire se penchait sur son bureau.”Do you like them? Do you wants to touch them?” répondit la secrétaire ANNA.”Oh yes , of course. With great pleasure” répondit le patron Samantha avec un accent saccadé?”And my ass, do you wants to touch it too?””Hum, yes.””Oh, I see that your cock is very hard. Let me get your pants off!”Comme Samatha était en jupe, ANNA fit semblant de lui défaire la braguette et de descendre son pantalon sur les chevilles.”And now, take my ass sir!””Can i go inside hard?””As hard as you can sir.”Samantha ne savait plus quoi dire.”Dis à ta secrétaire qu’elle a un très beau cul.” lui répondit ANNA empalée sur sa queue.”You have a beautiful ass!” dit le patron.”Maintenant dit lui que c’est une petite salope! On dit “SLUT” en anglais.”Sam traduisit la phrase comme elle pu.”Oh thank you mister SMITH, can you fuck me harder, please…”Là, Samantha n’avait pas besoin de traduction et se mit à pistonner furieusement l’anus de son amante.ANNA haletait. Depuis plusieurs minutes, elle ne disait plus que “Yes, Yes, Fuck, Fuck…”Samantha ne savait plus quoi faire : “Je dis quoi maintenant?””NOTHING! Just FUCK ME HARDER!”

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

la journaliste 5

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info porno sex hikayeleri okuyucuları,derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.Aradığınız tüm hikayeler burada

la journaliste 55/ Une rencontre qui tourne malLe militaire s’arrête: “Halte, nous y sommes, on devrait voir la ferme, vers le bas. Nous rampons et silence radio.” Nous sommes au sommet d’une colline, à couvert d’une futaie de châtaigniers. L’équipe est allongée dans les feuilles, de la mousse, dissimulée derrière un arbre abattu. Jean examine le terrain, tout semble à l’abandon, la ferme, un bâtiment long, en pierre, une sorte de toit de chaume en mauvais état. Deux hangars délabrés, fait de tôle ondulée rouillée.L’un doit abriter une porcherie. On sent l’odeur du lisier de porc alors que nous sommes à plus de cinq cents mètres et contre le vent. .L’autre hangar permet de stocker la récolte de maïs. Un grand champ devant la ferme est en train d’être labouré. Un tracteur, qui doit bien dater des années 70 avec sa charrue, est à l’arrêt au milieu du champ. Le fermier, un pépé, vêtu d’une combinaison bleue crasseuse, se dirige vers son tracteur une caisse à outil d’une main et un jerrycan d’essence de l’autre. Il doit avoir 60, 65 ans. Et dans ce coin paumé, les visites doivent être rares.Le soldat nous fait passer à tour de rôle sa paire de jumelles. Il nous explique “Je préférerai utiliser la méthode douce avec le vieux. Il va falloir que vous le manipuliez pour lui acheter de la nourriture sans qu’il nous dénonce au bourg, on n’est jamais trop prudent. Ici, les gens sont méfiants depuis la guerre du Kosovo avec les étrangers, avec mon look de mercenaire…”“Je vais vous couvrir au cas où la mafia aurait réussi à suivre notre trace.” Il montre du doigt un chemin de terre qui rejoint une petite route de campagne qui va vers le bourg de Mladenovac.“On se retrouve au carrefour d’ici une heure environ. Votre job à toutes les trois, il tend deux billets de cents euros à Sonia, c’est de lui acheter de la nourriture pour deux ou trois jours. Vous jouerez les idiotes.”Jean glisse, avec un sourire, “vous n’aurez pas de mal, des étudiantes parties à l’aventure à trois. Pour le chien, je vous laisse gérer … tout qui maintenant, rentrent sur Belgrade en stop. Avec des signes vous devriez vous faire comprendre du vieux. A son âge, cela doit faire un moment qu’il n’a pas vu des filles aussi sexy alors jouez en … “Jean s’approche de Beth on la joue soft les filles, et il ouvre son blouson, replie le tee-shirt un peu au dessus du nombril et d’un cou sec abaisse le jean de manière à ce que le haut du string soit visible.La brune la joue provoc, commence à baisser le zip du jeans … “Stop Beth, la mission d’abord, j’ai dit des étudiantes sexy fofoles pour venir dans ce bled, pas des putes…”Le même jour, le Commissariat de la Zandarmerija de Mladenovac (L’équivalent de la Gendarmerie). Le chef de brigade, dans une friche industrielle près de la gare, des ouvriers viennent de découvrir une femme à moitié morte. Comme les cinq précédentes, elle est nue, ligotée, complètement rasée, droguée et alcoolisée jusqu’à l’os, amnésique et qui a été violée. Des marques de fouet, des brûlures de cigarette et un tatouage sur les seins, les initiales de la sinistre police politique responsable de tant d’exaction lors de la guerre de Yougoslavie de 1992- 1995. C’est la sixième, toujours le même mode opératoire.Le chef de brigade est de mauvaise humeur, il s’est fait passer un savon par le Général du District et pire, Marko Slajvnic, le grand ponte de la mafia pour la Serbie centrale l’a menacé. … Ce ne sont pas des menaces en l’air, au mieux un passage à tabac et deux mois d’hôpital pour l’exemple, au pire, un accident de voiture, le fossé, l’incendieMarko déteste tout ce qui nuit au business. Pas de vague. Le chef se tourne vers son adjoint, il va falloir coincer ce fils de pute, il pourrait au moins faire disparaître ces victimes, on serait pas emmerdé.Je regarde s’éloigner ce mercenaire, un drôle de sentiment en moi, je le hais et pourtant je suis toute chose en le suivant du regard. J’évite de penser à mon chéri qui doit se demander ce que je fais, cela fait deux jours que je ne l’ai pas appelé et il doit remuer ciel et terre pour me retrouver, j’en suis sure, du moins je l’espère dans ma petite tête de linotte.Perdue dans mes pensées je réalise que les deux filles sont déjà près de la ferme. discutant avec le vieux.. J’hésite à les rejoindre, les observant du haut de la colline et me décide enfin. Je les distingue bien et entendant même Beth lui parler en riant fort, je souris dans ma petite tête blonde en prenant mon temps pour descendre la colline, me sentant en sécurité.Tous les trois entrent dans le hangar et je ne les vois plus. je mets bien cinq minutes à arriver à la porte branlante du vieux hangar. Pas de bruit, curieuse, je jette un œil dans une fente de bois, je ne vois rien, personne, le hangar est vide. Je commence à m’inquiéter et entre en faisant le plus discrètement possible.Un hennissement me fait tourner la tête, je vérifie le moindre recoin, personne, je commence à avoir peur et sort en silence… je m’approche à pas de loup de la maison délabrée. Je manque de défaillir en voyant Beth, nue, attachée comme une bête de somme et le vieux en train de s’occuper de Sonia, elle aussi dévêtue, je lis dans ses yeux le même regard canlı bahis şirketleri hagard qu’elle avait la veille et je comprend qu’elle doit être droguée car elle se débat à peine alors que le vieux la tripote en riant grassement.La québécoise me voit, elle crie excitée, “Entre Betty, on n’attend plus que toi “ … Le pépé se retourne, dans un français approximatif, “Entrez Melle, vous devez être Betty notre dernière invitée, nous vous attendions … .”Je sursaute, fais des signes désespérés à Beth qui rit en parlant fort, m’interpellant. Je recule, affolée, voulant m’enfuirIl brandit un drôle de gros pistolet, me vise en pleine poitrine. je reçois le projectile en pleine poitrine, me cambre sous le choc, une violente décharge, un tazer. Je tombe, tétanisée sous l’effet du choc électrique, essayant de reprendre mon souffle.Je reste paralysée au sol allongée sur le dos mais consciente. Le pépé s’approche, “Une jolie blonde, ici c’est rare les blonde, et en plus avec des gros seins et un gros cul.” Se retournant vers Sonia, caresses toi, prépare aussi ton cul pendant que je m’occupe de l’autre gouine. La rousse, docile se doigte, une main devant, une derrière, mécaniquement.Il m’att**** par la tête, glisse son bras dessous. Il la relève, ouvre ma bouche en pressant sur le côté de mes mâchoires, puis me fait avaler de force au goulot, une mixture verdâtre. “Tiens un petit remontant pour que tu sois en forme comme tes amies. Dans moins de dix minutes, cela aura fait son effet et tu devrais avoir récupéré du choc électrique ma jolie. Tout le monde doit s’amuser”.Betty paralysée, hoquette, elle est consciente mais ses muscles ne répondent plus. Dans un coin de la salle, trône une planche inclinée. Du bois brut. Le pépé porte la jeune blonde dans ses bras, elle est sans force. Il l’installe sur la planche, la tête vers le bas. La croupe offerte cul et sexe exhibés. Ses seins dépassent de la planche. Betty se voit, un sentiment de honte l’envahit. elle est attachée à la planche par la taille, puis par les chevilles pour la maintenir cuisses totalement ouvertes.“Tu es souple, la blonde, et la vue est superbe, bien en position pour te faire défoncer, profond…”.“Voila, c’est parfait, putain tu me fais bander tu es complètement ouverte, juste ton cul qu’il va falloir préparer, il m’a l’air bien étroit”. En même temps, son doigt teste l’élasticité de mon anus, comme le ferait un maquignon avec une vache. Il me tripote les fesses, me doigte, “une vraie cochonne la blonde, tu réagis bien à ma mixture, on voit que tu aimes montrer ton cul…”Il continue son exploration, me doigte à deux doigts la vulve.“tu mouilles bien … Regarde”il exhibe deux doigts luisants sous mes yeux puis les place à deux centimètres, juste devant ma bouche.“Lèche, tire la langue, montre que tu es bien docile ….” consciente mais sous l’emprise de la drogue je m’exécute, n’arrive pas à me contrôler.J’étire la langue, lui lèche les doigts. En même temps je me sent honteuse humiliée. Il palpe ensuite mes seins, les claque pour tester leur souplesse leur fermeté.Je me réveille peu de temps après, la bouche pâteuse, incapable de réagir, les yeux vitreux, je me sens lourde et je réalise que je suis liée comme du bétail. “Ho non ça recommence!’ hurlant dans ma tête en voulant me dégager mais je ne bouge pas d’un pouce malgré la fureur qui m’habite. Je ne peux même pas tourner la tête alors que ce vieux salaud triture mes fesses, faisant rentrer quelque chose de froid, je comprend qu’il envoie de l’eau froide dans mes entrailles, je veux crier mais reste docile. “Ho nonn arrêtez!! c’est trop chaud!! je hurle, ça me brûle les entrailles maintenant, je me sens dégouliner; ça me coule du cul, je le sens sur mes cuisses, je suis écœurée, l’odeur, ça pue…, une fois encore, et encore.Et Sonia qui m’embrasse à présent, cette salope est complètement droguée, je le vois bien dans son regard, elle me roule un patin, et je me vois lui répondre comme dans un rêve, je lui lèche la langue pour le grand plaisir du vieux qui mate ses deux gouines qui se lèchent les langues devant lui. Je tressaute, il rit grassement, je le sens me doigter le cul, il prend un malin plaisir à l’ouvrir, à l’écarteler de ses doigts crochus et il enfonce quelque chose de dur, je ne sais pas ce que c’est mais ça fait mal, je crie dans ma tête, me cambre, me crispe et plus je hurle dans mon cerveau, plus mon corps semble aimer cette intromission brutale. Il insiste en riant, m’encule au plus profond qu’il peut et tout s’arrête d’un coup… je frissonne et le vois poser un manche de pioche en riant, je comprend qu’il vient de me sodomiser avec. “T’as vraiment le plus beau cul des trois, blondasse!!” il rit en me claquant les fessesTu parles d’un compliment, je m’en passerais bien et l’insulte dans ma tête en le regardant faire alors qu’il sort de mon champ de vision. Je tremble de peur, regarde les deux filles qui se lèchent sans s’occuper de ma petite personne.Jean regarde sa montre… Qu’est ce qu’elles foutent cela fait près de 45 minutes qu’elles sont avec le vieux. Ah ces filles, elles doivent profiter de son hospitalité, se pomponner, manger et on m’abandonne, je sens bien canlı kaçak iddaa leur vengeance mesquine, vivement Belgrade que je largue cette équipe. Il fixe la ferme avec ces jumelles. Bizarre, pourquoi le vieux rentre son âne. Il décide de s’approcher.J’entends du bruit dans mon dos, des bruits de sabots, j’ai peur de comprendre son intention et essaye de regarder ce qui se passe, je ne peux pas tourner la tête, maintenue par les liens qui cisaillent ma gorge.“Regarde blondasse, regarde la jolie bébette.” et il guide, par une laisse, un âne d’une saleté repoussante. Je pousse un hurlement terrifiant dans ma tête alors qu’il demande à Sonia et Beth de s’occuper de faire durcir la bête. Ces deux idiotes s’exécutent devant moi, léchant, suçant cette queue énorme qui pendouille sous l’âne. Je tremble en les voyant faire, affolée à l’idée de ce qui va se passerEstimant que le sexe est assez dur, le vieux salaud conduit le baudet dans mon dos. Je n’ose pas bouger d’un centimètre, tétanisée de peur et tressaute malgré la drogue. Je crie en me sentant posséder les reins par la chose monstrueuse, faisant s’écrouler de rire ce vieux fou qui enfonce lui même le chibre bestial dans mon petit cul qui s’ouvre facilement.L’âne brait, prend appui sur ses pattes de derrière, son sexe bestial se gonfle, se verrouille dans mon cul étroit.Le vieux tire une bouffée sur son mégot; le bout rougeoie, puis il écrase le mégot sur la fesse de Betty Par réflexe, celle-ci cambre brutalement sa croupe et s’empale à fond sur le pieu, elle a l’impression d’exploser, ses parois sont comme limées par le sexe de son amant à quatre pattes. Sonia et Beth massent les couilles de la bête, l’encouragent à monter sa femelle blonde.Sous l’effet du choc, de la douleur, Betty reprend conscience. Le vieux s’approche de la tête blonde, d’une main, il presse les seins de la jeune blonde,“Bonne pouliche, oui remue ton cul, excite ton amant, je vais te faire encore plus belle! et ensuite tu passeras la nuit dans la porcherie.”Le pépé fouille dans son tiroir et en sort une tondeuse industrielle pour bétail, sous les yeux effarés de la journaliste. Il la branche, l’outil vibre , ronronne clic clic clic…. Betty sent le contact froid du métal contre son front, la tondeuse trace une bande en plein milieu de son crane du front à la nuque. Elle voit ses cheveux blonds bouclés tomber à terre.Jean entend une sorte de hennissement, un mélange de cris, de rires avinés… Il décide de contourner la bicoque, passant par le hangar. Il découvre trois containers alignés. Le premier contient des habits de femmes : jupes, chemisier, lingeries, pantalons, de quoi en équiper une dizaine. Le suivant contient une dizaine de paire de chaussures et le dernier , une sorte de bidon est à moitié rempli de cheveux, blonds, bruns … Il revient sur le premier container, il est à peu près sûr de reconnaître les habits que portaient les deux canadiennes. Inquiet, il dégaine son automatiqueLa porte est restée ouverte et découvre le spectacle dans la salle. Betty en train se faire monter par un âne d’une saleté repoussante, Beth caressant les couilles de l’âne Sonia pressant les seins de la petite bourgeoise et le vieux juste vêtu de sa chemise en train de caresser le crane de Betty, tondue. Il lui passe une sorte de lotion, sur la tête. Les trois femmes sont nues. Beth et Sonia semblent libres consentantes dans cette orgie. Betty, elle est ligotée, elle se cambre, reste collée à son amant à quatre pattes. Sans résistance, Elle ouvre sa bouche largement pour accueillir la queue du vieux qui lui bascule la tête.Jean est choqué en découvrant ce spectacle, il n’aurait jamais dû les laisser entrer seules.Son trouble s’accroît quand il note l’attitude complice, on dirait même le plaisir des deux filles et le contraste entre ce que subit la pauvre Betty et sa docilité, pire son implication, en se plaquant, en collant sa croupe contre le vieil âne. On dirait trois stars du pornos appliquées dans un tournage. Le vieux a dû les droguer à mort.Le vieux plante sa queue écœurante dans ma bouche et je vomis immédiatement, il rit et me gifle, en replantant profondément sa verge sale dans ma gorge, je grimace de douleur, l’âne enfle dans mes reins, hennit, se déchaîne, je suis secouée comme un prunier et ce vieux qui guide ma tête, s’active dans ma bouche, me faisant saliver.Il râle et crache son sperme en riant, je grimace de dégoût, forcée à le garder en bouche par sa main sur ma nuque…je tressaute, l’âne se vide en moi, je cris dans ma tête, hurle en me sentant emplie de cette semence bestiale et le vieux éclate de rire en pissant dans ma bouche me tenant fermement pour que j’avale sa pisse tiède.Il se redresse et pisse sur Beth et Sonia qui s’empressent de boire le liquide doré en riant. Je tremble, la bouche souillée, le ventre douloureux, du sperme s’écoule de mon cul distendue. incapable de bouger, je reste prostrée, liée.Jean se démasque dans l’encoignure de la porte. Il a son air des mauvais jours. En Serbe, il interpelle le pépé. Son blouson est ouvert. Il s’approche de Betty, tout en gardant le vieux à l’oeil et garde son dos au mur pour éviter toute traîtrise. Il pointe son arme canlı kaçak bahis sur le vieux. Celui-ci se tient immobile, fixant l’automatique.Jean claque Betty. “Réveille toi?! “ Il la claque une paire de gifles “; “On revient sur terre après s’être envoyé en l’air. Compris. ““Je vais te détacher et te prendre avec moi. Pas de rébellion, compris bébé, je te ramène à Paris. “ Devant ton absence de réaction, toujours sur ses gardes, il remplit d’une main un seau d’eau froide puis le verse à grande eau sur la blonde de la tête au pied.Betty est secouée de frisson, se réveille, découvre le spectacle, un cauchemar … Elle voit Jean sortir son couteau de combat, faire d’abord sauter les liens autour de sa gorge , lui masser, le cou. A voix basse“reste calme, Betty, je vais te sortir de là, des mains de ce détraqué.”La jeune femme se sent honteuse d’être exhibée ainsi, humiliée, dilatée souillée, tondue …Je pousse un petit cri en sursautant sous l’effet de l’eau glacé. Je me sens soulevée du sol et il me pose facilement sur ses épaules puissantes… Je bafouille, tremblante, épuisée, la tête lourde, la bouche pâteuse, ayant du mal à parler.“Heu tu les …laisses?…” Regardant Sonia et Beth qui nous regardent sans trop réagir. “Elles sont droguées… elles aussi… s’il te plaît … les laisse pas…” le suppliant en restant inerte, nue, sur ses épaules.Je tremble alors que Jean me repose sur le sol. Il ramasse une longue corde en nylon, elle doit faire au moins quatre mètres de long. Il tient toujours en joue le fermier Serbe, le doigt crispé sur la gâchette. Le vieux a compris au regard de Jean qu’au premier mouvement d’un petit doigt, cela en serait fini de lui.Il me lance la corde, passe lui autour du cou et fait un noeud coulant. Puis se tournant vers le vieux, tu vas être saucissonné alors pas un geste sinon, il mime le tir pan pan et plus de tête.Le pépé ne fait pas un geste, il pense s’en tirer à bon compte, il se libérera tout seul ou un voisin viendra le libérer… il a juste un regret pour ces trois femelles de luxe qui vont lui échapper.Je m’applique, lui serre le cou au maximum à ce sadique, je ne comprends pas où Jean veut en venir, lui qui a la gâchette si facile, une balle dans les couilles et une autre dans la nuque et adieu papy.Le mercenaire s’approche, vérifie mon noeud, pose un sac en jute sur la tête du fermier qui est aveuglé …”Bien ma poupée, tu as fait de la voile… il est parfait ton noeud” . Je n’en reviens pas, enfin un compliment.“Aide Papy à monter sur la table…” Je comprends de moins en moins, le vieux aussi. Maîtrisant ma répulsion, je l’aide, le guidant par la main , il monte docilement en bordure du plateau de la table.“Éloigne toi poupée …” Médusée, je vois Jean lancer la corde par dessus une des poutres apparentes du plafond. Il tire dessus, la tend, puis la relance à nouveau. La corde fait deux tours autour de la poutre… Elle ne glissera pas.Il parle en Serbe, il me commente, je lui dis que nous allons l’abandonner là et qu’il n’aura qu’à se libérer tout seul. Le vieux sous son sac ne bouge pas immobile.Jean lui annonce, d’un air moqueur, bienvenue en enfer le boucher, il retire la table des pieds du vieux, il se retrouve pendu , mon noeud coulant lui serre le cou, il gigote, ses mains essaient d’accrocher la corde. Effarée je pousse un hurlement strident, me sens mal, mon estomac se serre, je me détourne, je ne peux m’empêcher de vomir, je suis complice en plus … je me sens m’évanouir …Le corps est agité de quelques tremblements. Puis il reste totalement figé, un dernier sursaut. Il est mort quand je reviens à moi. Sa langue pend horriblement, il s’est souillé en plus.Je regarde ce mercenaire, je suis épouvantée, morte de trouille, ce type est un sadique, un pervers, peut être qu’il prépare aussi notre exécution.Voyant mon dégoût, il m’att**** et m’emmène dans le hangar, me fait découvrir le bidon rempli de cheveux, les containers … “il a du violer, torturer, tuer une bonne dizaine de femmes. Compris et comme je l’ai déjà dit si tu veux t’en aller Betty, la porte est ouverte et Belgrade c’est plein Nord. En le découvrant pendu, cela va arranger la police locale, ils vont parler de suicide, cela leur évitera de faire une enquête, et personne ne va pleurer ce serial killer… “. Me tirant par le poignet nous rejoignons les deux autres filles dans la salle. Complètement shootées, elles n’ont pas bien compris, ce qui venait de se passer.Jean reprend la main, sans un regard pour le pendu. “assez baisé les filles, vous allez prendre une douche froide pour calmer vos hormones et ôter votre puanteur, trouver des fripes correctes. Il y a un 4×4 dans la cour, on rentre à Belgrade direct, j’ai mon compte.. Betty je te déposerai dans ton hôtel de poule de luxe et vous Beth et Sonia, il faudra me dire c’est quoi le terminus. Le plus tôt je me serai débarrassé de vous, le mieux cela sera”.Je titube, ayant du mal à me tenir debout, Sonia est tétanisée de douleur, une fléchette encore plantée sur son sein gauche, je lui retire en grimaçant pour elle. Beth commence à retrouver ses esprits et vaillante et elle nous douche d’un jet glacé, cela me réveille d’un coup, je me sens lasse, vide.20 minutes plus tard nous sommes enfin rhabillées de propre, ayant trouvé dans la maison du vieux de quoi nous vêtir, je pleure en me voyant tondue, le crâne complètement lisse et je reste prostrée à l’arrière du 4×4 pendant le trajet qui nous ramène à Belgrade.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mûres104/lettres obscènes2/ex vieille cochonne

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info sex hikayeleri okuyucuları, derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.okuyup keyif almak ve sırılsıklam olmak işte tüm mesele bu.

Mûres104/lettres obscènes2/ex vieille cochonnechère Brigitte,Je sais qu’il est bien difficile de faire le premier pas lorsqu’on désire se retrouver, après une relation qui s’est achevée de manière houleuse.J’ai cru comprendre qu’après nos scènes de tensions et de jalousies, tu as senti que notre grande différence d’âge ne facilitait pas l’organisation de notre quotidien.J’avais 40 ans, et toi tu en avais 72…certes, tu étais bien jolie, toujours bien mise, bien coiffée, une jolie petite dame blonde que j’ai pinée sans ménagement pendant trois ans. Mais tu aurais voulu une attention continue, exclusive. La moindre attention vers l’extérieur, et même vers un livre ou une musique pouvait provoquer tes aigreurs.Certes, nous n’avons supporté la douleur de ces tempêtes que par la périodique anesthésie de nos jouissances sexuelles. en effet, les raideurs de ton comportement autoritaire alternaient avec de quotidiennes séances de sexe, dont personne ne pouvait soupçonner l’intensité. Personne ne devait se dire: “cette vieille dame bourgeoise et sophistiquée, fine et hautaine, se met toute nue, pour que le jeune homme grimpe sur elle et la pénètre, et c’est dans les bras de cette vieille dame qu’il connaît les plus violentes excitations de sa vie”.Il faut dire que je faisais bien plus que monter sur toi toute nue, ce que la douceur de ton vagin toujours accueillant et humide rendait bien agréable. Tu me gratifiais de merveilleux spectacles, dans tes tenues provocantes, avec tes bas résilles, tes bustiers de vinyle…tu gémissais en roucoulant lorsque ma langue te chatouillait l’anus, et tu me gratifiais de merveilleuses feuilles bahis firmaları de roses et de léchages de couilles, parfois même au milieu de la nuit.Ta petite maison devait être celle, de toute la rue, où avaient lieu le plus de sodomies…car je t’enculais pratiquement tous les jours.Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir montré comment tu te branlais debout, en écartant les lèvres de ta chatte, en te plaçant au-dessus de la baignoire, afin de ponctuer ta branlette par de grands jets de pisse sur mon torse, qui te faisaient grimacer de plaisir.Avant de me connaître, tu avais fricoté avec un vieux monsieur prétentieux, rencontré par le biais d’une agence. Tu me disais que tu avais parfois mal pendant les rapport, que ta vieille chatte n’accueillait qu’avec difficulté la verge de ce vieux renard.De ces pénétrations laborieuses, tu avais gardé l’habitude de te lubrifier la vagin avant un rapport, à l’aide d’un tube de gel que tu gardais à portée de main. J’ai pris comme un compliment le fait que, très vite, tu n’aies même plus jamais pensé à ce gel, car tu mouillais bien lorsque je m’apprêtais à te la mettre.tu te rappelles que, lorsque nous nous regardions dans les yeux quand je te fourrais, nous étions excités par le bruit de clapotis, de succions et d’humidité que faisaient nos sexes en coulissant l’un dans l’autre.Si par la suite, tu avais un pot de vaseline sur la table de nuit, ou sur le lit, c’était uniquement pour ton trou du cul, dans lequel je venais me vider les couilles presque à chaque fois.Même lorsque tout se passait bien en te fourrant par devant, tu voulais quand même que je vienne kaçak iddaa par derrière, ce que je trouvais très excitant, surtout de la part d’une femme de ton âge, si pomponnée, si bien coiffée…A tes jambes bien galbées, et à la façon dont tu les maintenais très haut dans des positions très ouvertes, je pouvais me rendre compte que tu avais été très sportive dans ton jeune âge. Cette vigueur, cette souplesse ne te servait guère plus que pour prendre des positions bien cochonnes, pendant qu’un homme plus jeune que ton fils te fourrait en pleine après-midi.Même si notre accouplement se déroulait au mieux, et que nous étions partis pour une bonne giclée dans ton vagin, tu te saisissais tout de même du pot de vaseline, tu te retournais sur le flanc, et sans rien dire, tu te pommadais la rondelle.Lorsque nous nous sommes quittés, j’ai joui dans le vagin d’un certain nombre de prostituées, mais jamais avec le même plaisir que dans ton oeillet serré, ma chère Brigitte.J’ai compris que, peu après mon départ, tu as tenté de démarrer une relation avec un homme de ton âge, relation qui s’est rapidement terminée.As-tu réussi à te faire aussi bien et aussi souvent enculer qu’avec moi? Ou bien, étais laborieux, même dans le vagin? Peut-être devais tu as nouveau le lubrifier pour permettre à ce monsieur de t’enfiler.Pour ma part, j’ai renoué avec ma jolie Marlène, mon amante rousse. Nous avons baisé comme des castors.Rassure-toi, aucune de mes jouissances avec toi n’est tombée dans l’oubli. Bien au contraire, je revivais le détail de chaque scène, et je racontais tout à Marlène, qui me demandait toutes les précisions possibles…Cela kaçak bahis me faisait bien bander, et comme je ne parlais de toi à Marlène que lorsque j’étais bien enfoncé dans son vagin, elle ressentait le moindre tressautent, le moindre raidissement de ma queue, qui lui procurait des élancements de jouissances.Tu ne peux pas savoir à quel point j’aimais évoquer ton souvenir, tout en ayant le sexe gainé dans celui de Marlène.Je lui faisais aussi de longs récits pendant que sa langue toute douce me léchait les couilles.Loin d’être jalouse, Marlène était ravie d’apprendre que ta langue m’avait tant fait jouir en me caressant sur toute la raie du cul.Jamais je n’ai cédé à l’opportunisme, au compliment facile. tout en appréciant le comportement extrêmement salace de Marlène, et son petit cul qui est également délicieux à défoncer, je ne lui ai jamais dis qu’elle suçait mieux que toi.J’ai toujours fait l’éloge de ta langue, et n’ai jamais renié, même dans les bordels, toute la valeur des scènes lubriques que nous avons vécues. Il m’est souvent arrivé de parler de toi à une pute que j’étais en train d’enfiler, ce qui me permettait de jouir en elle.Maintenant que nous avons repris contact par le biais de cette lettre, j’espère, ma chère Brigitte, avoir bientôt l’occasion de te retrouver. Je t’écrirai tout prochainement à ce sujet. J’ai d’ailleurs reçu une proposition très originale, qui pourrait nous permettre de faire du sexe ensemble tout en gagner une somme non négligeable. Je t’entretiendrai de ce projet, en espérant que tu voudrais bien y donner suite.Dans l’attente de jouir bientôt avec toi, et avec l’espoir que ta vulve se sera réveillée en me lisant, je t’embrasse affectueusement, y compris sur ton joli petit anus auquel je compte bien rendre bientôt l’hommage le plus ardent, le plus sincère que tu puisses imaginer.Langauchat

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Paul dans le bus

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info porno hikaye severler için pek çok erotik hikayeyi sizlerin beğenisine sunuyor.Neredeyse google da bulabileceğiniz tüm hikayeleri bir araya toplayıp okkalı bir arşiv yaptık.

Paul dans le busComme tous les matins je prends l’autobus pour me rendre au travail. Ce matin l’autobus est en retard, il est du même coup bondé, alors qu’habituellement il n’est plein à moitié. Je monte et dis bonjour à la conductrice qui, visiblement, me reconnaît. Il s’agit d’une très belle femme, une blackette avec un beau visage, des formes intéressantes et des lèvres purpurines. Je n’ai pas le choix et je suis obligé de m’asseoir à côté une autre personne, moi qui, habituellement préfère les banquettes individuelles. Je m’assieds à l’avant près d’une fille d’environ 20 ans, habituée à ce parcours et qui, je l’avais déjà remarqué, semble plutôt attirée par les femmes. Elle est grande et très mince, elle a les cheveux longs et elle est probablement d’origine asiatique. Son allure de garçon manqué dans ces jeans moulants m’excite. Elle ne bouge pas du tout et j’ai peine à m’asseoir confortablement, la nana prenant plus que sa place avec ses jambes écartées et son gros sac de sport. Je m’installe en faisant attention de ne pas la déranger, mais manifestement ma présence à ses côtés à l’air de la contrarier. Discrètement, j’observe entre ses jambes toutes ouvertes vers moi, sa fourche et imagine cette vue si elle était nue… Du coup, une légère érection s’installe. J’observe également son visage sérieux et ses petits seins qui doivent être bien durs sous son tee-shirt moulant. Que j’aimerais la voir baiser avec une autre femme !Arrivé à l’arrêt suivant une femme monte dans l’autobus et reste debout tout près de nous. La fille à mes côtés (on va l’appeler Corinne) regarde avec envie le corps de la femme d’environ 40 ans qui bouge constamment au rythme des secousses de l’autobus. Cette femme est très sexy, le sait et le montre. Elle a une jupe courte qui permet de contempler ses longues jambes et d’énormes seins qui semblent plutôt fermes pour son âge. Elle se penche pour déposer son sac et on voit très bien ses gros nénés dans leur soutien-gorge. À ce moment, Corinne prend son sac par terre, le dépose sur ses genoux et garde une main sur ses cuisses. Je suis trop près pour regarder directement mais je vois sa main frotter sa chatte à travers son jeans. Elle fantasme sûrement sur l’autre femme. L’autobus se vide de plus en plus en se rapprochant du terminus. Je canlı bahis suis extrêmement excité et ma voisine voit très probablement mon érection à travers mon pantalon. Corinne prend alors doucement ma main et l’emmène vers sa fermeture éclair déjà ouverte qui est protégée des regards par son sac et mon blouson. Aussitôt fait, j’insère mon majeur dans sa chatte toute mouillée et entreprends de la masturber. Elle se laisse faire en fermant les yeux et en déposant ses deux mains sur son sac. Son clitoris est gonflé à bloc. La femme devant nous descend à l’avant dernier arrêt mais je continue de donner du plaisir à ma voisine.Tout à coup, l’autobus change de direction. Ma voisine semble surprise également et referme sa fermeture éclair en s’asseyant de façon plus conventionnelle. Je constate que nous ne sommes plus que tous les deux l’autobus ! Je me lève pour demander à la conductrice la raison de ce changement d’itinéraire. Elle me répond d’un ton sec : – Va t’asseoir et continue ce que tu as commencé ! Tout étonné, je m’assois sur la première banquette pour constater que j’avais été repéré. Ma voisine semble désespérée et ne dit pas un mot. Elle se tourne vers moi avec un regard apeuré. La conductrice aurait-elle l’intention de nous livrer chez les flics pour outrage aux bonnes mœurs ? L’autobus s’immobilise dans le fond d’un grand parking où il y a déjà plusieurs autobus vides.La conductrice se lève : – Je vous ai dis de continuer, vous n’avez rien à craindre, au fait je m’appelle PamelaCorinne semble terriblement excitée par les ordres de la conductrice et détache son jeans pour l’enlever complètement. Je suis vraiment très surpris et heureux de voir la tournure des événements, je décide donc de passer à l’action. Je m’approche doucement de ma voisine qui vient tout juste d’enlever son slip et lui embrasse lentement les cuisses en me dirigeant vers sa vulve offerte. Je soulève son tee-shirt qui lui descend sur les cuisses pour tâter de ma langue cette merveilleuse petite chatte fraîchement rasée et toute douce. Je lèche avec de plus en plus de vigueur ses lèvres et son clitoris dans le but de l’entendre gémir ou jouir un peu. Je ne semble lui faire que peu d’effet, tout à coup, elle se déhanche un peu et émet un gémissement des plus voluptueux.Je relève ma bahis siteleri tête pour constater qu’elle se caresse les seins à travers son petit soutien-gorge et quelle est ma surprise de voir son regard fixé sur la conductrice qui est maintenant complètement nue et qui se masturbe debout près de nous. Ma partenaire est visiblement troublée par le corps de Paméla. Celle-ci a la peau très noire, elle est très peu métissée, ses seins sont très gros avec des mamelons d’un brun très foncé, sa chatte est recouverte d’une épaisse touffe de poils frisottante parfaitement triangulaire. Dans l’ensemble, bien que son corps ait de l’expérience, les petites rondeurs sont très excitantes. Elle est debout, les jambes un peu écartées avec une main dans son sexe qui effectue un va-et-vient très vigoureux, l’autre main se trouve sur sa poitrine et malaxe fermement ses gros seins. De temps à autres elle change de main pour humecter sa poitrine de son jus abondant. De plus, elle commence à gémir très fort et encourage ainsi Corinne à faire de même. Je n’en peux plus, je me lève, baisse mon pantalon et sort ma queue qui ne peut plus attendre pour trouver un refuge. Lorsque Paméla voit mon pénis, elle s’agenouille devant moi et se met à me sucer avec vigueur. Pendant ce temps, Corinne se masturbe très rapidement pour se rendre à l’orgasme. Je ne peux résister à ce spectacle ainsi qu’à la bouche expérimentée de la conductrice, je suis sur le point d’exploser. Paméla me voit venir et dirige, tout en continuant de le masturber, mon pénis vers Corinne. J’éjacule au moment où submergée par le plaisir mon ex-voisine atteint son orgasme en criant d’une façon folle, mon sperme gicle sur son tee-shirt, son visage et ses cheveux.Corinne se lève brusquement et m’éloigne de la conductrice, elle enlève son tee-shirt et son soutien-gorge et me les lance en pleine figure. Elle enlace Paméla et dégringole avec elle sur le sol, la conductrice est sur le dos et Corinne s’assied sur son visage et se penche pour entamer un 69 endiablé. C’était très excitant de voir ces deux corps si différents se joindre et se tortiller de cette façon. Les seins de la conductrice apparaissent de chaque côté du petit corps de Corinne, je m’en approche et embrasse un des seins en me dirigeant vers son visage et en bahis şirketleri traversant les jambes et le petit cul ouvert de la lesbienne eurasienne.. Pendant que la conductrice fait travailler sa langue dans la chatte de Corinne, elle me fait un signe que je comprends rapidement. Je m’accroupis derrière ma voisine et lui enfonce mon pénis bien dur, je me penche sur elle et pince ses petits tétons de mes doigts, ce qui lui arrache de petits cris de jouissance. Paméla a un orgasme incroyable qui la fait hurler de plaisir, je sens à ce moment le vagin de Corinne se resserrer sur mon pénis et son dos se cambrer de jouissance, sans retenu j’augmente le rythme de mes coups de bassin pour la bourrer copieusement et finir en apothéose.J’ai soudain une envie d’uriner qui devient véritablement pressante. Je l’indique à Corinne, qui à ma grande surprise me susurre que je peux me soulager sur elle, car elle est aussi amateur de ce genre de choses. Je ne me le fais pas dire deux fois, et tandis que Paméla est allé faire quelque chose sur son tableau de bord. J’asperge copieusement ma partenaire de mon jet doré. Je dirige mon pénis pour l’arroser un peu partout, les cuisses, les seins, le ventre et même le visage parce qu’elle n’hésite pas à se lécher les babines de ce curieux nectar. Elle me fait ensuite part de son désir d’inverser les rôles. Je m’allonge alors dans le couloir du bus déjà passablement mouillé de ma propre urine. Et Corinne se concentre un petit moment avant de lâcher son pipi juste sur mon pénis. Voilà qui est nouveau pour moi et qui me met en érection. Je commence à y prendre un goût certain quand soudain Paméla déboule furieuse !- Mais qu’est ce que vous fabriquez, bandes de porc ! Pisser dans mon bus ! Non mais ça ne va pas la tête ?Elle retourne vers le tableau de bord et sort d’une espèce de soute une espèce de cravache !- Allez donnez-moi votre cul ! Je vais vous punir pour les saletés que vous avez faites !On implore sa pitié, mais elle ne veut rien savoir, le premier coup tombe sur les fesses de Corinne, cela n’a pas l’air de lui déplaire, d’autres coups tombent, elle a présent les fesses toutes rouges, elle gémit sans que je puise savoir si c’est de douleur ou de plaisir.- A toi, maintenant ! Dit Paméla !Je reçois le premier coup sur les fesses !- Aïe !- Vous vous êtes fait mal ? me demande ma voisine- Non ça va ?Une contraction musculaire probablement ! Je me réveille, le bus est plein à craquer, quel étrange rêve ! Mais pourquoi ma braguette est-elle toute humide ?Paul

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Aatun

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info porno sex hikayeleri okuyucuları,derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.Aradığınız tüm hikayeler burada

AatunDerrière la gare il y a tout un quartier semi abandonné de friches industrielles avec de grands terrains vagues, des usines désaffectées, des rues sombres. C’est un lieu de prostitution assez organisé.En journée ce sont les femmes en camionnette qui stationnent avec les warning allumés ou une lampe posée sur la planche de tableau de bord pour indiquer que le service est ouvert. Ce sont souvent des femmes mures mais pomponnées parmi elles quelques africaines. Elles sont maquillées et ont souvent de très gros seins bien visibles. Elles travaillent à l’arrière de leur véhicule bien équipé d’un lit assez large. Elles ont comme clients des hommes qui veulent tirer un coup vite fait pendant qu’on les croit au travail et avant de rentrer voir bobonne et les gamins. Ces femmes en ont beaucoup vu. Elles maîtrisent bien le procédé. Je suis allé une fois avec Lulu une grande black charpentée. Une fois installée sur son lit elle m’a branlé avec du gel puis elle m’a sucé avec ses grosses lèvres rouges en agitant ses gros seins. Enfin elle m’a mis une capote et a écarté ses cuisses dodues. Je suis rentré en elle et elle m’a mis un doigt dans le cul en me serrant les couilles dans son autre main.Le soir il y a trois zones différentes. Près des boulevards ce sont les bandes de Bulgares, des filles très brunes, sèches et revêches. Elles sont surveillées par leurs maquereaux qui tournent en grosses limousines. güvenilir canlı bahis siteleri J’ai fait monter dans ma voiture une femme d’environ 30 ans pas très belle parlant très peu. Elle m’a demandé l’argent puis m’a indiqué où me garer dans un coin sombre. Elle a fait un geste avec sa main pour me proposer une pipe. J’ai sorti ma bite et elle m’a sucé énergiquement en serrant bien ses lèvres. C’était efficace mais assez peu romantique. Je l’ai ensuite déposée près de ses collègues qui, comme elle, attendaient le suivant.Près du marché gare où passent beaucoup de camions il y a les jeunes blacks presque toutes originaires du même pays anglophone. Elles sont souvent dodues, souriantes et n’hésitent pas à racoler activement en restant sur la chaussée pour montrer leurs grosses fesses. Si un client s’arrête pour discuter elles montrent leur seins et cherche à monter de force dans la voiture. Ce sont des filles qui en veulent car si l’argent ne rentre pas elles se font dérouillées par leurs mecs qui ne rigolent pas. Pour faire un client elles proposent facilement la sodomie pour peu cher. J’ai essayé avec une fille assez jeune. Elle savait très bien faire. Elle m’a branlé puis est venu entre moi et le volant en se tenant accroupie ses pieds sur mon siège. Elle m’a baisé avec sa chatte. Puis en me regardant bien elle m’a demandé « tu veux dans mon cul ». C’était bien serré et güvenilir illegal bahis siteleri pendant que ma bite coulissait entre ses fesses elle m’a dit « t’es cochon toi, ça me plait ».Enfin il y a une petite rue qui contourne un garage et qui est le coin des travestis et transsexuelles. J’aime les regarder draguer au bord du trottoir. Ils donnent bien le change car on les confond facilement avec des femmes. Une fois il y avait une grande black avec des seins dépassant de son corsage ouvert. Quand une voiture ralentissait devant elle, elle relevait sa minijupe pour montrer une bite respectable en semi érection. Je dois dire que cette vision m’excita beaucoup. Je l’ai regardée un moment puis je me suis décidé à lui demander de venir avec moi. Elle était grande, féminine, avec un joli visage et habillée très sexe. On a roulé un peu en parlant puis on s’est garé sur un terrain abandonné et on a commencé par parler. Elle s’appelait Aatun et m’expliqua que cela voulait dire « la fille aux secrets ». Elle était en Europe depuis longtemps, parlait bien la langue et avait un discours intelligent voire cultivé. Je lui ai demandé si elle avait fait des études. Elle me répondit sibylline « Oui mais c’était avant dans une autre vie et n’a rien ajouté». Je lui ai posé plein de questions. Elle me répondait gentiment et elle ajouta « tu es curieux toi, c’est bien la curiosité ça rend güvenilir bahis şirketleri intelligent ». Puis je lui ai dit « j’ai envie de ta bite ». Elle a soulevé sa jupe et son gros sexe a pointé en l’air. Il était beau, bien droit. Je l’ai pris dans ma main et je l’ai caressé doucement. Ce contact chaud d’une peau soyeuse sur un membre bien dur me fit bander. J’ai regardé Aatun et je lui ai dit « j’ai très envie de te sucer ». Elle mit sa main sur ma tête et me dirigea vers son sexe. Je l’ai pris en bouche et j’ai adoré ce geste. J’ai passé ma langue sous le gland et je me suis enfoncé profond pour le sentir dans ma gorge. Elle a laissé faire un moment puis m’a relevé en disant « arrête sinon je vais jouir et tu n’as pas payé pour ça ». On a discuté encore un moment. Elle m’a dit qu’elle se prostituait pour financer une nouvelle pose de seins qu’elle voulait plus gros. Dans sa tête elle était vraiment femme depuis toujours. Je l’ai questionnée sur ses clients. Elle m’expliqua qu’elle venait rarement sur le trottoir parce qu’elle avait un réseau d’habitués. J’ai voulu en savoir plus et elle raconta en restant très discrète. « J’ai toutes sortes de clients mais souvent des gens aisés qui ont de l’argent. J’ai des médecins, des avocats qui viennent réaliser quelques fantasmes. J’ai même une femme, une intellectuelle prof de fac, qui vient régulièrement pour profiter de mon physique. Elle est très cochonne quand je la baise. Tu sais ce métier de prostituée m’a rendue tolérant et j’ai beaucoup appris sur la société et sur la fragilité des humains. » Elle m’a demandé si je voulais jouir mais j’étais bien comme ça et je l’ai déposée sur son spot de drague en gardant un très bon souvenir de notre échange.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Jacqueline la mère d emon copain suite 4

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info sex hikayeleri okuyucuları, derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.okuyup keyif almak ve sırılsıklam olmak işte tüm mesele bu.

Jacqueline la mère d emon copain suite 4De retour de vacances je croyais retrouver mon petit copain pour partager nos branlettes mais hélas une jeune fille charmante avait aménagé dans la rue voisine avait ravi toute l’attention de Simon qui avait oublié les belles fesses de Béatrice et la petite queue de son ami Etienne.Je voyais donc moins Simon, qui était toujours avec sa chérie, la jolie Josiane, et donc aussi sa charmante mère.Certes sa mère, lorsqu’elle rentrait; passait chez nous, sans s’attarder, pour voir si tout allait bien car depuis la rentrée j’étais chargé d’aller chercher ma petite sœur à l’école.Heureusement le mardi après-midi elle disposait de plus de temps car Simon avait l’autorisation de rentrer plus tard trop occupé qu’il était avec sa Josiane.Je préparais le goûter pour ma petite sœur et offrait un thé à Jacqueline dont les cuisses me ravissaient toujours autant. Cependant, petit à petit j’oubliais un peu, pas totalement, son corps, pour apprécier simplement sa présence et nos discussions pendant que Cynthia regardait des dessins animés.J’attendais avec impatience le mardi après midi pour me retrouver avec elle. Sa présence, dénuée de toute connotation sexuelle me manquait. Sans le savoir je tombais vraiment amoureux pour la première fois. J’appréciais cette femme pour sa douceur, son côté un peu fou capable de me suivre dans mes délires quand ce n’était pas elle qui les initiait tout en étant quelqu’un de profond avec qui j’aimais discuter de sujets plus graves et sérieux, on a envie de savoir tant de choses à cet âge tout en voulant combattre toutes les injustices de la terre.Ces après midis étaient délicieux du fait de la simple présence Jacqueline qui savait de temps en temps se montrer très affectueuse en déposant sur mes lèvres un baiser furtif pour m’encourager lorsque je butais sur un devoir mais aussi pour me récompenser lorsque mes travaux scolaires la satisfaisait.Les mois s’écoulèrent ainsi jusqu’au printemps où tout bascula.Un mercredi de la mi mai ma sœur devait passer la journée chez une amie dont s’était l’anniversaire .Simon quant à lui était invité par les parents de sa dulcinée à aller visiter la cité de Carcassonne.Jacqueline proposa à ma mère de l’accompagner à la plage le matin puis de pique niquer au bord de la rivière où nous étions allés l’été précédent. Ce que ma mère accepta se disant que ce serait mieux pour moi que de rester seul.Le mercredi matin lorsque Jacqueline vient me chercher aux alentours de neuf heures.D’entrée je fus séduit par sa robe d’été qui offrait un troublant décolleté, elle faisait battre mon cœur d’adolescent très fort .-Tu es prêt mon chéri, tu as ton sac avec tes affaires pour te changer ?-Oui j’ai tout pris .-Allons-y dit elle en posant ses lèvres sur les miennes.Je me saisis du panier contenant notre déjeuner ce qui me valut un second bisou mais cette fois ci dans la cage d’escalier, ce qui me mit mal à l’aise craignant d’être surpris par les voisins.Durant le trajet en voiture vers la plage Jacqueline me pris tantôt la main tantôt me caressa la cuise.-On va passer une bonne journée tu verras, il fait si beau.Je n’en doutais pas un instant, elle était si belle et si câline ce matin, la journée ne pouvait pas mieux commencer. Je me mettais à imaginer la suite qui, bien évidemment, ne pouvait qu’être plus sensuelle, bahis firmaları en tout cas c’est ce que j’espérais.Nous allâmes sur une plage sauvage située au nord d’Argelès. Sur le parking il n’y avait que deux ou trois voitures et nous empruntâmes le chemin qui nous conduisait à las la plage en nous tenant par la main comme deux amoureux.Arrivés sur la plage quasi déserte en cette saison et aussi tôt, nous ôtâmes rapidement nos vêtements pour rester vêtus de nos seuls maillots.Jacqueline portait un bikini blanc comme l’été précédent à la rivière mais plus minimaliste surtout au niveau de la poitrine, le soutien-gorge était formé de deux triangles qui cachaient maladroitement ses seins. Ils avaient tendance à remonter pour découvrir le bas de ses seins.J’eus peu de temps pour apprécier sa tenue car dès que nos serviettes furent installées et nos corps protégés par la crème solaire elle courut vers le rivage et plongea dans l’eau sans hésiter.Je n’ étais pas aussi intrépide qu’elle et hésitais pour me mettre à l’eau que je trouvais, de prime abord, bien fraîche.Elle se moquait gentiment de moi, m’incitant à la rejoindre sans plus tarder, elle sautillait dans l’eau et son soutien gorge avait du mal à contenir sa poitrine tressautante.Une fois dans l’eau nous nageâmes et jouâmes comme des gamins. Elle était bien plus à l’aise que moi dans l’eau qui n’a jamais été mon élément préféré. Elle en profitait pour plonger sous l’eau et tirer le dos de mon maillot pour dénuder mes fesses sans toutefois parvenir à me l’ôter complètement.Après ces jeux nous nous promenâmes le long de la plage et à nouveau elle me prit par la main. J’étais fier que les quelques baigneurs présents me voenit aux bras d’une aussi jolie femme, ceci dit ils nous prenaient, sans nul doute, pour une mère et son fils.Nous finîmes de nous sécher sur nos serviettes placées l’une contre l’autre. Lorsque nous offrîmes au soleil nos torses Jacqueline me demanda si cela me dérangeait si elle retirait son soutien-gorge.Bien évidemment cela ne me dérangeait pas, bien au contraire, ceci je m’abstins de lui préciser mais je crois qu’elle s’en doutait.La vue de ses seins nus ne me provoqua pas de réaction sexuelle j’avais envie de la serrer dans mes bras, de sentir sa fragilité féminine et son cœur battant contre ma poitrine. Ses seins, ronds tels de belles pommes, étaient surmontés de petits mamelons bruns.Allongées sur le dos avec Jacqueline à mes côtés à demi nue qui me tenait par la main j’étais aux anges.-On se croirait aux paradis lu dis-je.-Pas tout à fait, au paradis nous n’aurions pas de maillot mon chéri, nous serions nus précisa-t-elle en souriant.-C’est vrai dommage… -Tu voudrais que l’on soient nus.-C’est pas ce que je voulais dire.-Ce serait pas mal après tout ….ajouta-t-elle mutine.Je fermais les yeux en songeant à l’Eden et à notre nudité, mon esprit se perdait dans des rêves paradisiaques et m’assoupis légèrement.Jacqueline me tira de ma rêverie en sonnant l’heure du départ de la plage de façon inattendue.-Mon prince à la plage dormant, il est temps de partir.-Humm on est si bien.-Allez, réveille toi mon prince charmant, tu ne vas pas faire attendre ta princesses ?Je la sentis bouger, ses longs cheveux frôlaient mon épaule puis ce fut un sein qui se pressa sur mon torse et ses lèvres qui m’embrassèrent kaçak iddaa de façon amoureuse. Sa langue pénétra dans ma bouche pour s’unir avec la mienne.Mon cœur battait très fort dans ma poitrine, cette fois c’était un baiser voulu, assumer, le plus merveilleux qui soit.Elle finit par retirer ses lèvres des miennes, allons-y dit elle avant que l’on ne nous remarque. Son sourire, en disant cela, était éblouissant.-Changeons nous, nos maillots ne sont pas bien secs encore.Comme je m’apprêtais à entourer ma taille avec la serviette, elle me dit -Inutile, il n’y a pas grand monde et peu importe si l’on voit nos fesses. Et joignant le geste à la parole elle se défit de son slip de bain me dévoilant, enfin, son pubis noir et généreusement fourni..Je retira mon maillot sans hésitation et n’éprouvais, cette fois-ci, aucune honte à me mettre nu devant Jacqueline, j’éprouvais même une sorte de plaisir à partager nos nudité.Je n’étais plus un petit garçon à ses yeux.Elle revêtit uniquement une petite culotte qui ne cachait rien de sa beauté, le fin tissu bleu en voile ne masquant rien de ses fesses et de son pubis.Elle m’emprisonna pas sa poitrine dans un soutien-gorge et ni n’agrafa entièrement le haut de sa robe laissant ses seins offerts à mon regard, les tétons tout juste cachés lorsqu’elle se tenait droite, mais au moindre mouvement…-Tu vas encore faire attendre longtemps ta princesse, me demanda-t-elle tandis que je finissais de boutonner ma chemisette.-Me voilà ma princesse, lui dis-je en avançant mon visage vers le sien pour un nouveau baiser amoureux qu’elle ne refusa pas bien que des baigneurs puissent nous voir à ce moment là.Nous regagnâmes la voiture en nous tenant par la main les doigts entrecroisés; sa poitrine sautillait découvrant de temps à un autre un téton épris de liberté.Arrivés à la voiture alors que nous venions de déposer nos sacs dans le coffre nous ne pûmes résister au besoin de nous enlacer et d’unir nos bouches sans nous soucier d’un couple qui se dirigeait vers la plage.L’avantage du printemps est qu’il n’y a pas encore de touristes et que l’on trouve plus facilement des emplacements tant à la plage qu’au bord de la rivière où nous pûmes nous garer au bord de la route et trouver un endroit pour déjeuner tout près de celle-ci tout en étant isolés.Notre déjeuner fut assez long car quasiment entre chaque bouchée nos bouches s’unissaient pour se bécoter.Après cela nous nous allongeâmes sur la même serviette blottis l’un contre l’autre, Jacqueline avait entrouvert ma chemise afin que nos poitrines soient nues l’une contre l’autre. Entre deux baisers, certains très intenses d’autres plus doux nous nous disions notre amour l’un pour l’autre et la nécessité de tenir celui-ci secret.Nous savourions notre bonheur, alors que j’étais sur le dos Jacqueline les seins dénudés avait posé son visage sur ma poitrine dont elle baisait de temps en temps un téton tandis que ma main caressait sa belle chevelure.Nous ne pouvions rester longtemps ainsi et le répit ne dura pas. Jacqueline s’allongea sur moi ses cuisses enserrant mes hanches et alors ce ne furent pas seulement ses seins qui se frottaient contre moi je sentais son sexe qui s’appuyait sur mon short.C’était trop intense pour moi et je sentis des contractions dans ma verge et le sperme qui envahissait mon slip.-Arrête, kaçak bahis arrête, s’il te plaîtElle devina immédiatement ce qui se passait.-Je suis désolé, je voulais pas.-Ce n’est rien mon chéri, ce sont des choses qui arrivent au début. Laisse moi t’essuyer mon cœur dit elle en me donnant un baiser rassurant.Elle retira un mouchoir de la poche de sa robe et entreprit de défaire ma braguette et de glisser sa main sous mon slip tout humide. Ses doigts touchèrent mon sperme et pour me montrer son amour elle porta les porta à ses lèvres pour lécher mon sperme.C’est délicieux mon chéri, le premier sperme que tu me donnes. Je t’aime et elle posa ses lèvres sur les miennes.Elle essuya avec son mouchoir le sperme en me précisant qu’elle garderait intact ce mouchoir en souvenir de ce moment d’amour.-Lève tes fesses je vais rincer ton slip dans la rivière il sera vite sec au soleil, sinon cela va te gêner tout l’après-midi.Et alors que mon sexe était nu et offert à ma tendre amie, elle caressa doucement ma boule et mon pénis .-Comme c’est doux mon cœur, laisse moi faire un bisou à tes trésors.Elle posa ses lèvres sur mon testicule et le couvrit de baisers, il est seul mais vaillant ton testicule mon chéri et ce petit oiseau, humm, il est rien qu’à moi.Elle retroussa mon prépuce et pris mon sexe tout mou dans sa bouche, ses lèvres se serrèrent autour de mon gland et de sa langue parcourut celui-ci pour sucer le sperme qui pouvait rester.Elle m’embrassa à nouveau en gardant sa main sur mon sexe qu’elle recouvrit de mon short.Elle alla jusqu’à la rivière pour rincer mon petit slip en lycra qu’elle posa sur un arbuste au soleil.Tandis qu’elle revenait vers moi elle retira sa petite culotte en disant moi aussi j’ai été troublée j’ai mouillé ma culotte. Et puis lorsque je suis avec mon fiancé je n’ai pas besoin de culotte. Elle s’allongea à mes cotés et me fit sentir sa culotte toute trempée, tu vois mon chéri tu as fait mouiller ma petite chatte.Ses odeurs intime m’enivrait et si je n’avais pas jouis quelques instants auparavant je crois que son odeur aurait suffit à me faire jouir.Elle me murmura à l’oreille les mystère de l’anatomie féminine, ce sont des choses que l’on susurre à jeune amant de peur de la vexer si on les lui dit tout haut.Elle employa des termes chastes pour me dire qu’un jour mon petit oiseau irait se nicher dans son nid d’amour chaud et accueillant qu’elle m’invita à caresser sous sa robe.Son sexe était tout chaud, soyeux et humide. Elle me guida dans mes caresses et lorsqu’elle sentit son plaisir monter elle guida mon visage sous sa robe pour me donner son jus de femme amoureuse.Je dus me montrer maladroit en posant ma langue et ma bouche sur ce mystérieux sexe féminin mais elle ne m’en dit rien et me prit dans ses bras pour un câlin charmant de douceur et de mots tendres murmurés à l’oreille.Nous dûmes repartir et si le chemin pour regagner la voiture était très court il donna lieu à mille baisers et pelotages surtout que Jacqueline n’avait pas remis sa culotte.Avant de remonter dans la voiture nous ne sûmes résister au désir de nous étreindre une dernière fois au risque de provoquer un accident.Jacqueline était de dos à la route déserte en cette saison et dan notre étreinte j’avais relevé sa robe pour lui caresser les fesses et c’est dans cette posture qu’un cycliste nous surpris et faillit terminer sa balade dans le décor tant il avait été ébloui par le fessier nu de ma fiancée.C’est dans un immense éclat de rire que nous montâmes dans la voiture et terminer ainsi nos jeux coquins..

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Petite verge excellente gicleur!

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info erotik sex hikayeleri okuyucuları,derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.Neredeyse tüm google da bulabileceğiniz tüm hikayeleri bir arada..

Petite verge excellente gicleur!Je ne suis pas trop compliqué pour m’offrir aux plaisir d’un vrai mec!! Cette expression va dans le bon sens donc je veux dire un homme que sait se servir de son sexe même si il est petit, qui aime sodomiser donc le sentir avoir plaisir et encore mieux si il est un bon gicleur!!J’ai été contacté par un ami avec qui j’ai eu 1 seule fois un rapport sexuelle mais je l’avait bien chauffé et il a beaucoup aimé ma façon de lui caresser son sexe comme peu des femmes savent le faire selon ses paroles. Alors ce jour là il m’a demandé si il pouvait gicler entre mes fesses car il n’avait jamais sodomisé un homme, il ne pouvait plus, je n’ai même pas eu le temps descendre ma petite culotte que lui avait giclé une merveilleuse quantité de crémeux sperme chaud, je me suis réjoui de le laisser sécher entre mes fesses et la petite culotte!!Par la suite il m’a envoyé des messages pour me remercier jusqu’à avant hier!! il m’a proposé de se revoir et cette fois si il voulait essayer de gicler dedans ma chatte anale!!Alors je l’ai attendu selon sa demande: bahis firmaları petite culotte en dentelle rose avec soutient gorge assortie, collants, mini jupe en jeans, blouse en satin et jolis escarpins.Petit café pour se mettre en confiance, puis quelques câlins sur son sexe déjà raide et dure comme du bois!! Chaque fois que j’ai décalotté son gland j’ai entendu un grand soupire et je avais l’impression que lui allait gicler donc je fessait des petites caresses pour éviter de perdre son sperme que avait promis me le donner dans ma chatte. Nous nous sommes allé dans mon lit…encore de câlins je lui ai sucés la verge, petite que rentré dans ma bouche entière même les couilles…10 minutes à le sucer la queue puis sans attendre trop je lui i demandé me prendre comme il avait promis…je me suis mise sur mon coté pour que lui vient derrière moi et il s’a bien collé contre mes fesses, j’ai mise un petit peu de crème et sa queue glissait entre mes fesses comme patin à glase et j’entendait derrière moi: ne bouges plus s’il te plait car tu va me faire jouir… s’il te kaçak iddaa plait arrêt je vais jouir. Je me suis arrêté et je le caressait son sexe doucement..Je ne pouvais plus non plus car je avais vraiment envie de me faire remplir, une 2éme fois j’ai mise de la crème entre mes fesses puis je lui ai demandé de se coller à moi et du première coup son gland perce ma rondelle et je sent son petit gland chatouiller dedans…arrêt, arrêt me disait, il ne pouvait plus et il avait encore de doutes… je lui ai dit que devait se lâcher, se laisser aller… je me suis mise en quatre pates, j’ai bien cambré mes fesses puis je lui ai offert ma belle rondelle avec une petite couche de crème pourque lui fonce et me féconde!! J’ai senti son sexe juste dans ma rondelle et d’un coup il a fait entrer sa petite verge de 12cm, il n’a pas fait 2 minutes et j’ai entendu dire je vais jouir…je vais….un grand gémissement comme si il avait eu le plus grand plaisir de sa vie et continuait à gémir pendant presque une minute, il bougeait très doucement et je lui ai répété tout le temps ne sort kaçak bahis surtout pas ta queue de mon cul, tu laisse couler la dernière goutte et tu te colles bien contre moi mon chéri…ce que lui a fait, il est resté un moment ainsi puis se retire rapidement pour que je le fase une toilette de sa verge avec ma bouche et je ai le plaisir de goûter ses dernières gouttes de sperme chaud…il s’a allongé dans mon lit comme si il avait fait une marathon!!Pendant ce moment de détente il m’a remercie de l’avoir donné la chance de jouir pour la première fois dedans un cul car il m’a dit avec beaucoup peine que ni avec une femme avait expérimenté un plaisir ainsi, tu sait?! il m’a confié: tu caresses mieux que plusieurs femmes que j’a rencontré jusqu’à présent et je te remercie…Je n’ai pas senti couler son sperme mais je sentais quelque chose tiède dedans moi…nous avons discuté un peu de tout et de rien, il s’a rhabillé puis il est parti. Quelques minutes plus tard j’ai commencé avoir comme des coliques et envie d’aller au toilettes puis du coup j’ai fait une petite poussée et son lait est sortie comme si j’avais eu un lavement, j’ai vu encore comme une bave gélatineuse coulait de ma rondelle avec un fort odeur de sperme…Je me suis dit: dommage que je n’ai pas pu le garder plus long temps!!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

LE CHEPTEL DE MADAME chapitre 12 concours de &#039

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba teyze.info hikaye okuyucuları birbirinden azdırıcı hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz okuyun ve ve yorumunuzu bırakın

LE CHEPTEL DE MADAME chapitre 12 concours de &#039LE CHEPTEL DE MADAME chapitre 12 concours de ‘miss’La recherche des candidats idéaux pour l’écurie de pony boys allait bon train.Josyanne avait parcouru toutes les réponses à l’annonce en sélectionnant d’abord ceux qui avaient fait le souhait d’être en permanence soumis, puis les demandes d’être ponyslave enfin parmi les autres ceux qui lui paraissaient les plus intéressants. Une dizaine de possibilités en tout. Il fut décidé de les recontacter par mail puis par téléphone pour mettre les choses au point avant de les faire venir au domaine.L’aménagement d’une « carrière » avait commencé. Le gros œuvre de terrassement ayant été fait par une entreprise locale, c’est Vincent le garçon d’écurie qui était mis au travail pour les finitions quand Josyanne n’était pas occupée à entraîner Enzo et ‘Sophie’. Il partageait donc ses journées entre le travail sous la surveillance étroite de Josyanne et ses « rectifications » à la cravache si le résultat n’était pas parfait, et l’entretien du parc en compagnie d’Hubert mais cette fois ci avec Marion comme surveillante et elle n’était pas avare non plus de « rectifications » ! il y avait en particulier des allées à préparer pour le futur parcours équestre.Paradoxalement, les deux appréciaient car cela leur permettait de sortir un peu de la cave même si c’était avec des fers aux pieds … Le soir ils regagnaient la cave pour le rituel du repas arrosé et la mise aux fers pour la nuit dans des positions plus ou moins confortables voire douloureuses si Marion ou Josyanne avaient été insatisfaites de leur travail du jour.Parfois ils subissaient aussi les envies de s’amuser de l’une ou l’autre des Maîtresses dans les combles aménagés pour cela avec croix de St André, palans à chaîne fixés aux poutres, piloris, carcans, banc d’étirement et de bondage selon les conseils de Margot. En attendant d’avoir leurs propres Pony boys, Claire et Josyanne avaient invité quelques unes des cavalières connues de cette dernière ayant leur propre monture pour un court séjour afin de tester les installations en cours d’aménagement. Chacune avait apprécié le cadre et les installations, proposé des aménagements ou des modifications.L’une d’elles, Magda, grande, brune aux formes généreuses venue avec une illegal bahis frêle pony girl Alba impressionna particulièrement Claire et Marion bien que prévenues par Josyanne. Perchée sur les épaules de la jeune fille qui titubait sous le poids de la cavalière elle lui tirait les cheveux pour la faire avancer. Assise sur le dos de celle-ci uniquement munie de coussinets aux genoux, elle la faisait avancer à coups d’éperons qui laissait des traces sanglantes sur les cuisses. Josyanne avait cru comprendre qu’il s’agissait surtout de punir l’esclave qui s’était mal conduite. Et de fait lorsqu’elle n’était pas sa monture, l’esclave recevait de nombreuses punitions à coup de gifles ou de cravache qui la laissaient en pleurs. Magda l’emmenait ensuite avec elle dans sa chambre pour la consoler, une relation lesbienne maîtresse – esclave qui ne manquait pas d’intriguer Marion et Claire. « Tu ne me ferais pas ça j’espère ! » avait dit Marion. « Eh eh, qui sait pourquoi pas … » avait rétorqué Claire.Magda avait demandé à utiliser les montures de l’écurie et si Enzo s’en était à peu près bien tiré, ‘Sophie’, qui était là pour un de ses stages, avait énormément souffert sous elle juchée sur ses épaules et lui labourant les flancs avec ses éperons. Vincent eut aussi affaire à elle, ayant un peu trop traîné à exécuter un des ordres. Coincé au fond d’un des box, il avait subi le fouet manié par Magda jusqu’à tomber à terre replié sur lui même zébré de traces sanglantes et implorant la grâce de celle qui continuait à lui appliquer ses coups puissants.Une autre des cavalières invitées était venue avec son pony boy qui avait été son patron avant de devenir son mari puis son soumis. Il portait un cache sexe très particulier que n’avaient pas manqué de remarquer Claire et Josyanne. Le soir, la cavalière se fit un plaisir de leur donner des explications. « Je n’avais pas envie d’avoir sous les yeux la preuve de sa masculinité, C’est pourquoi une amie qui l’utilise m’a suggéré de lui mettre ça en permanence ou presque. C’est une coque triangulaire en plastique rigide fixée à une ceinture. Les deux lanières à la pointe fixées derrière sur la ceinture permettent de bien faire plaquer la coque. Une fois les lanières réglées et la ceinture verrouillée, les couilles et la bite illegal bahis siteleri sont écrasés sous le plastique. Ça a l’avantage de causer une forte gêne au soumis et lui rappeler qu’il appartient à sa maîtresse et de laisser l’accès libre à son anus pour y mettre ce qu’on veut ! »Claire ayant particulièrement aimé cet accessoire de contrainte en fit venir trois exemplaires.Vincent et Hubert en reçurent un chacun. Josyanne quant à elle préférait les couilles et la bite d’Enzo à l’air libre pour le faire avancer plus vite en y donnant des coups de talon quand elle le montait. Claire admirative devant les éperons munis d’énormes roulettes de Magda s’en était offert une paire semblable et en avait offert une à Josyanne. Les pony-boys redoutaient ces éperons qui laissaient des marques en pointillés de sang sur les cuisses mais qu’heureusement les cavalières utilisaient avec parcimonie. Vincent et Hubert devaient donc travailler avec la gêne de ces coques rigides qui leur écrasaient fortement couilles et bites. Elles les empêchaient aussi d’uriner à leur convenance. Ils étaient obligés de supplier Josyanne ou Marion de la libérer le temps de vider leur vessie. Marion prenait un malin plaisir à les faire languir et les voir se tortiller lui donnait toujours un grand sourire.Un jour, Vincent ne put se retenir et l’on vit couler l’urine le long de ses cuisses ! Marion dans un grand éclat de rire lui dit « Non mais quel cochon, tu n’as pas honte …Pire qu’un bébé ! Tu pues la pisse, Il va falloir te nettoyer maintenant » Elle le libéra de la coque d’un air dégoûté et entreprit de le nettoyer au jet tout en continuant de se moquer de lui, visant particulièrement avec le puissant jet les couilles et la bite.Margot ayant vu les deux esclaves affublés de leurs coques et ayant trouvé ça superbe, s’empressa d’en acheter deux une pour ‘Sophie’ , l’autre pour certains de ses clients.C’est elle qui eut l’idée d’un défilé de ‘Miss pute mâle’ auquel participèrent Vincent, Hubert, ‘Sophie’, un des clients de Margot adepte de la féminisation surnommé par elle ‘la salope’ et Pierre réquisitionné pour la circonstance.Les cinq ‘Miss’, couilles et bites serrés dans une coque, affublés d’une perruque, maquillés outrageusement, serrés à l’extrême dans un corset, en porte-jarretelles, canlı bahis siteleri bas résilles, mini jupe et escarpins compensés à talons démesurés devaient défiler devant les Maîtresses rassemblées comme pour une présentation de mode. Défiler en tortillant au maximum de l’arrière train et en battant des faux cils devaient permettre aux juges-maîtresses d’élire la ‘Miss pute mâle’ de la soirée. Après plusieurs passages où certains s’en tiraient mieux que d’autres avec les talons vertigineux, c’est sans surprise ‘Sophie’ qui fut élue ‘Miss pute mâle’ avec ‘la salope’ et Pierre comme dauphines. Vincent et Hubert furent traités de grosses truies, de salopes de caniveau et de tous les sobriquets qui venaient à l’esprit du jury.Pour clôturer la soirée en beauté, les cinq furent conduits dans les combles. ‘Sophie’ en tant qu’élue fut suspendue par les poignets, tétons et langue tirés vers le haut par des pinces dentées reliées par des cordelettes passant sur des poulies à des poids pendant devant elle.Les quatre autres attachés à 4 pattes dans des carcans, cul en l’air furent cravachés sur les fesses jusqu’à ce qu’elles deviennent écarlates. Ils durent ensuite sucer les énormes godes ceinture qu’avaient mis les Maîtresses avant d’être sodomisés à grands coups de reins au cours d’un concours entre elles à qui irait le plus profond et le plus brutalement. Bien avant la fin les cinq étaient en pleurs et gémissaient, ‘Sophie’ sous la morsure des pinces, les 4 autres le cul et l’anus en feu. Margot, en lui triturant savamment les pinces des tétons et de la langue, fit avouer à ‘Sophie’, qu’elle était jalouse du traitement infligé au autres. Dépendue et mise à 4 pattes comme les autres, elle dût sucer les godes sortant des 4 trous du cul et subit à son tour les assauts de ces mêmes godes par toutes les Maîtresses successivement. Les cinq furent laissés toute la nuit dans leurs carcans.Délivrés, conduits au salon, ils durent remercier les Maîtresses avant d’être débarrassés sauf ‘Sophie’ de leurs tenues de ‘Miss pute mâle’. Seuls restèrent avec les coques Vincent, Hubert et ‘Sophie’. Pierre alla à la cuisine préparer le petit déjeuner des maîtresses. La ‘salope’ ravie de sa soirée et de sa nuit se répandit en remerciements envers Margot pour son idée et envers Claire pour son accueil. Margot, son client et ‘Sophie’ regagnèrent la ville, Vincent et Hubert retrouvèrent leurs tâches avec Josyanne et Marion. Claire s’offrit une bonne séance d’équitation avec Enzo.A suivre… Le cheptel chapitre 13 ‘Carpette’

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

ankara escort sivas escort adana escort adıyaman escort afyon escort denizli escort ankara escort antalya escort izmit escort beylikdüzü escort bodrum escort tuzla escort aydınlı escort maltepe escort izmir escort gaziantep escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan pendik escort gaziantep escort didim escort sakarya escort sakarya escort izmir escort konyaaltı escort maltepe escort escort kayseri escort izmit bursa escort kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort canlı bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis illegal bahis sakarya escort bayan sikiş izle hendek travesti