Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

En formationCette histoire s’est passée il y a environ 10 ans. Mon ancien emploi réclamait de nombreuses formations, souvent à Paris, et généralement sur 2 voir 3 jours. Avant ce jour précis je dois dire que j’avais horreur de faire ces déplacements. Nous étions toujours le même groupe, tous les soirs le même restaurant, et à chaque fois les mêmes prises de bec. Bref, c’était pas ma tasse de thé.Mais cette fois la donne a changé. Deux autres collègues se sont jointes à nous. J’en connaissais une, mais l’autre juste de vue. Céline, la trentaine, une jolie blonde avec une grande gueule qui ne la fermait jamais, la plus part du temps pour parler de cul…n’était pas celle qui m’intéressait. Non, elle parlait vraiment trop et j’avais l’impression que ce n’était que du vent. Chaud, certes, mais toujours du vent. C’est Florence qui me plaisait. Une petite brune aux cheveux courts, la quarantaine et de jolies formes, discrète et pleine de charme, mais hélas mariée.Ce matin là, nous avons donc pris l’avion au départ de Strasbourg sur les coups de 6h30. Mais le RDV était à 5h30 à la cafétéria de l’aéroport. Je ne suis pas très matinal et pour arranger le tout je déteste prendre l’avion. Déjà avant d’embarquer Céline m’avait gonflé la tête pendant qu’on prenait un café. Nous étions une dizaine et, manque de bol, c’est elle qui était assise à côté de moi pendant le vol. Florence était juste devant nous. D’un côté j’aurais préféré que ce soit elle à la place de Céline, mais j’étais tellement stressé que je n’aurais de toute façon pas eu grand chose à lui raconter. Donc bon, je prend mon mal en patience et j’écoute Céline me raconter sa vie.A la descente de l’avion je retrouve mon collègue Franck, c’est avec lui que je bosse au quotidien, un gars sympa, plus très loin de la retraite, et on prend un taxi de notre côté direction le lieu de formation où on file direct à la cafétéria. S’il n’avait pas était si tôt, bien que je ne boive que très rarement, je crois que j’aurais pris une vodka histoire de me calmer le cerveau. Petit à petit les autres nous rejoignent, et Florence, vient à notre table.”Dis donc elle parle beaucoup Céline…” me lance t-elle avec un grand sourire.”Oh lala m’en parle pas, j’ai la tête comme une pastèque””Me dis pas qu’elle t’as saoulé, j’en ai pas raté une miette, c’était chaud””Ouais mais non, pas à cette heure ci et surtout pas en avion…”Il nous reste encore une bonne demi heure avant que le formation ne commence et on continue à papoter de tout et de rien devant nos cafés. La journée se passe et vers 17h on va prendre nos chambres dans l’hôtel d’à côté. Un peu plus tard on se retrouve tous au bar de l’hôtel et, pour changer, Jean Pierre réserve une table dans le même resto que d’habitude. Faut quand même dire qu’il est pas mal ce petit resto, pas donné non plus, mais ça on s’en fout c’est la boîte qui paye. Pour une fois la soirée se passe à merveille, pas d’engueulade, personne qui râle, serait-ce dû à la présence de Céline et Florence ? Il y a de forte chance à en voir le rentre dedans qu’elles subissent, surtout de la part de JP qui essaie de les brancher depuis le matin.Le repas terminé on retourne à l’hôtel et le lendemain se déroule de la même manière. Enfin presque…Ce soir JP n’est pas là (mais on retourne quand même dans le même resto). La soirée se passe tout aussi bien, peut être même mieux encore. Céline, éméchée, se lâche nous faisant part de ses aventures et Florence rebondissant là dessus nous annonce que JP était venu toquer à la porte de sa chambre la veille, complètement torché, et lui avait fait des avances. Tout le monde éclate de rire, surtout que le JP est un vieux cochon frôlant les soixantaine, et on comprends enfin pourquoi il n’est pas présent ce soir. Dans le feu de l’action, sans être complètement désintéressé non plus, je lui balance :”T’as qu’à venir dans ma chambre, il viendra pas toquer chez moi, et en plus j’ai une grande baignoire””Si on rentre à deux dedans je pourrais me laisser tenter””Bah écoute, chambre 405, tu passe quand tu veux…pis si t’ose pas je passerais te voir moi…””Que de la gueule ! Moi c’est la 310…”La soirée continue sur la même lancé et sur le chemin du retour Franck vient me voir et me dit que Florence attend de voir si je vais oser venir toquer à sa porte mais qu’elle n’y croit pas. Punaise, il est entrain de se foutre de moi là ou quoi ? Pourquoi est ce qu’elle serait allée lui dire ça à lui ? Je suis pris d’un gros doute mais j’ai aussi envie d’y croire. Lui me jure que ce n’est pas du pipeau…et qu’elle doit aimer les homme plus jeunes qu’elle, preuve en est son mari qui a 35 ans selon ses dires. En même temps je le connais bien Franck et je sais que c’est un beau parleur, parfois mytho et qu’il ne sait pas tenir sa langue. Alors je lui répond que j’en ai rien à cirer d’elle et que de toute façon elle est mariée. Mais j’ai vraiment envie d’elle, elle a quelque chose que je ne saurais expliquer et qui m’attire fortement.De retour dans nos chambres, ce que Franck m’a dit continue de me travailler. Et puis merde, au pire je me prend un vent. Mais pas envie de me prendre la porte aydın escort quand même, alors je prend le téléphone de la chambre et j’appel la chambre 310…une femme répond mais le son est tellement pourrit que je ne sais pas si c’est elle ou pas.”Florence ?””Oui””C’est David…””Ahhhhh””Franck m’a raconté un truc mais je sais pas si je peux le croire””Et c’est quoi ce truc ?””Et ben, que tu lui aurais dit que je n’oserais pas venir toquer à ta porte…””Si si c’est ce que je lui ai dit, maintenant si t’as le courage tu connais le numéro, non ?””Euhhh oui oui, 310, 3ème étage à côté de l’ascenseur, c’est ça ?””Tout à fait. Donc je t’attend ?””Je prend une douche et j’arrive…”Elle rigole et raccroche. Moi je saute dans la douche et 5 minutes plus tard je suis devant sa porte. Je toque doucement, pas de réponse. Oh punaise…je me suis fais avoir ? Petit moment de solitude, je recommence un peu plus fort et là elle m’ouvre.”Ah ben si t’as osé””Comme tu le vois…mais alors, tu me laisse entrer ou tu me laisse dehors comme JP ?””Non, entre, désolée j’ai pas de chaise mais installe toi sur le lit”Je me fais pas prier, je m’assieds adossé contre la tête de lit et elle vient s’installer à côté de moi. On discute quelques minutes, la télé est allumée, je lui raconte l’histoire avec Franck en lui précisant ses qualités mais surtout ses défauts. J’ai pas envie qu’il sache quoi que ce soit sinon le lendemain la moitié de la boîte sera aussi au courant. Elle me dit qu’elle non plus puis elle se rapproche de moi et pose sa tête sur mon épaule.”Ca te dérange pas si je me met contre toi ?””Du tout, tu peux même venir plus près…””Et si je met ma main là ça te dérange pas non plus ?” me dit-elle en passant sa main sur mon torse”Non plus, met la où tu veux…””Ah bon ? Alors je peux la mettre là aussi ?” en glissant sa main dans mon short”J’en espérais pas moins…””Alors déshabille toi, je reviens”Elle va à la salle de bain pendant que je m’exécute et en ressort 2 minutes plus tard vêtue d’une nuisette légèrement transparente, laissant entrevoir un boxer et, par l’absence de soutien-gorge, ses tétons qui pointent. Elle est carrément sexy et j’ai du mal à cacher mon excitation, me tenant là, debout, à poil. Elle s’allonge sur le lit et me dit de la rejoindre. Alors que je m’approche elle pose un pied sur mon torse. Il est petit, fin et soigné. Je le prend par la cheville et l’embrasse, remontant jusqu’à ses cuisses, puis je me met à 4 pattes au dessus d’elle. Nos regards sont plongés l’un dans l’autre, je réalise que je suis dans ce lit, avec cette femme ravissante, c’était pas une blague.Elle glisse ses doigts le long de mon torse, passe une main sur ma nuque, l’autre sur ma joue puis sur mes lèvres et, rapprochant les siennes elle me murmure à l’oreille “Fais moi l’amour”…Ma bouche frôle la sienne, un bisous, puis un plus gros, un troisième où nos langues se croisent et au quatrième on ne répond plus de rien. Nos langues sont mêlées, ma main passe dans ses cheveux puis sur sa joue et je glisse un pouce dans sa bouche alors que je commence à l’embrasser dans le cou et à descendre doucement vers sa poitrine puis son ventre. Mes mains glissent le long de son corps tendu, remontent jusqu’à ses seins et frôlent ses tétons à travers le fin tissus de sa nuisette. Puis redescendent vers ses hanches alors que j’embrasse ses cuisses.Là elle se redresse et comme une bête sauvage elle retire sa nuisette, tout juste si elle ne l’a pas arraché, et m’att**** la tête avec les 2 mains en se laissant retomber sur le lit, m’entrainant avec elle et m’embrassant à pleine bouche. J’arrive à peine à reprendre mon souffle, je lui att**** les mains que je plaque derrière sa tête et l’embrasse à nouveau à pleine bouche puis dans le cou. Je laisse courir mes doigts le long de ses bras jusqu’à sa poitrine, mes mains caressent ses seins puis viennent les prendre par dessous les resserrant l’un contre l’autre. Ils sont gros et fermes, juste ce qu’il faut pour remplir mes grandes mains.J’en prend un en bouche pendant que je titille l’autre délicatement avec mes doigts puis je passe au deuxième avant de l’embrasser tout le long de son ventre pendant que mes mains continuent des caresser sa superbe poitrine. Enfin j’arrive à son pubis toujours caché sous le boxer mais je devine au travers une petite toison bien taillée. C’est pas encore le moment d’aller sur ce terrain, même si j’entends sa respiration haletante qui me laisse penser qu’elle est au moins autant excitée que moi. Alors je laisse filer mes mains sur ses côtes, vers ses hanches puis ses cuisses qu’elle écarte et que je caresse délicatement du dos de mes mains tout en les embrassant.Ma langue court le long de ses jambes jusqu’à ses petits pieds que je lèche avant de prendre ses orteils manucurés en bouche et de les sucer puis de revenir doucement jusqu’à ses cuisses. Sa respiration se fait plus forte alors qu’elle passe ses mains sur ma tête en la poussant doucement vers son entre jambe. Elle se tortille et laisse s’échapper de petits gémissements. Il ne faut pas que je la fasse languir plus longtemps, aussi je commence à l’embrasser escort aydın dans le plis des cuisses, de chaque côtés de son sexe, puis sur son pubis et enfin, en lui relevant les cuisse j’embrasse ses fesses avant de passer ma langue tout le long de sa fente et de m’attarder un peu plus au niveau de son clitoris.Ses gémissements deviennent plus audibles et la pression qu’elle exerce sur ma tête plus importante. Mes mains qui tenaient ses cuisses relevées glissent vers ses hanches pour agripper son boxer et le lui retirer. Elle est là étendue devant moi, les jambes relevées et serrées, m’offrant une première vision de son sexe qui, comme je l’avais imaginé, est épilé avec juste quelques poils taillés en triangle sur le pubis. Je reste quelques secondes à contempler ses lèvres charnues et gonflées ainsi que son clitoris proéminent.Alors que ses jambes sont toujours relevées, je descend en l’embrassant les long des cuisses jusqu’à ses fesses et m’allonge devant ce sexe luisant. La cyprine qui le fait scintiller en fait sans doute autant avec mes yeux et attire irrésistiblement ma langue qui s’enfonce dedans et remonte vers son clitoris. Elle a un goût métallique mais aussi sucré et presque fruité. Je sais pas si c’est moi qui plane ou si c’est une crème ou autre chose qu’elle a mise avant, mais c’est la première fois et aussi la seule que je goûte une chatte comme ça. Quoi qu’il en soit c’est délicieux. Alors je m’affaire du mieux que je peux à la lécher en en savourant chaque seconde. Mais je sent que ma barbe naissante est piquante et lui demande si je ne lui fais pas mal.”Non t’inquiète pas””T’es certaine ? tu vas être irritée sinon…””T’en fais pas…””Bon, ok”J’ai du y passer un sacré bout de temps parce que je commence à avoir une crampe à la langue mais je n’ai pas envie d’arrêter pour autant et alors qu’elle me plaque la tête plus fortement encore contre son sexe, me rendant la respiration difficile, elle commence à tortiller du bassin et aux gémissements se mêlent des “non…non…non…”. Je prend ça pour des “oui” et redouble d’effort. Quelques secondes plus tard les tortillements se transforment en secousses et les “non” en “ahhhhhhh”. Je continue encore un peu jusqu’à ce qu’elle se calme et me tire pour me faire remonter. Ses jambes sont prises de tremblements, son corps entier vibre et elle respire par saccades. Je remonte en l’embrassant partout jusqu’au cou, mais impossible de l’embrasser sur la bouche, alors je reste la regarder tout en frottant délicatement mon sexe contre le sien. Tout à coup sa main descend comme un éclaire, se saisie de mon pénis et le fait entrer tout aussi vite dans son vagin, m’arrachant à mon tour un petit gémissement.”Hmmmm…tu veux pas qu’on mette une capote quand même ?”Et elle me répond tant bien que mal, toujours haletante :”Je m’en fout, je veux juste que tu me baise”Mouais, bon, de toute façon j’en ai pas et elle sans doute pas non plus et puis ça y est j’y suis déjà, alors autant continuer sur cette lancée qu’il serait malvenue d’interrompre. Aussi je commence le va et vient doucement puis j’accélère, j’alterne le rythme durant quelques minutes, peut être 4 ou 5 avant qu’elle ne m’att**** par les fesses et me tire plus fort en me disant “vas y, vas y, t’arrête pas”. Alors j’y vais, sans m’arrêter malgré ses jambes qui commencent à nouveau à trembler et l’instant suivant elle lâche un cris que tout l’étage a sans doute entendu. Mais elle ne m’a pas dit d’arrêter, donc je continue et rebelote après quelques minutes de plus mais un peu moins violemment.Je calme le rythme, on est en nage tous les deux. Elle me regarde avec un rictus ponctué de sourires et finit par se relâcher, se laissant tomber dans un grand soupire et s’essuyant le visage avec le drap. Je fais de même avant de l’embrasser. Elle m’enlace et je ne sais comment, ce petit bout de femme me retourne en une fraction de seconde et je me retrouve sur le dos, elle me chevauchant. Je reste scotché alors qu’elle continue à s’empaler sur moi énergétiquement et en riant.”Tu l’as pas vu venir celle là, hein ?””Nan j’avoue, j’ai cru que je tombais du lit…”On continue comme ça un petit moment mais elle y va tellement fort que mon pénis ressort à plusieurs reprises.”T’as pas envie de moi ?” me demande t-elle souriante”Oh que si, j’ai pas envie que ça s’arrête””On dirait pas, tu ressorts tout le temps””Tu plaisantes ? tu sens pas comme je suis dur ?””Hmmm si je te sens bien t’inquiète…”Elle transpire tellement que des gouttes volent dans tous les sens, alors elle s’allonge sur moi, mon sexe toujours bien au chaud en elle, et att**** à nouveau le drap pour nous essuyer. Ses mains passent dans mes cheveux, je la serre dans mes bras et on s’embrasse tout en poursuivant le va et vient. Puis elle se retire, descend vers le bas du lit et passe sa langue le long de ma verge avant de la prendre en main et en bouche. Là elle m’offre une fellation que je n’oublierais jamais, pas plus que le reste d’ailleurs. Elle se retourne tout en me suçant, place ses jambes de chaque côtés de mon corps et m’expose en pleine face son magnifique fessier. Je l’att**** aydın escort bayan à pleines mains et le tire vers ma bouche pour goûter à nouveau son délicieux nectar tout en caressant ses fesses.Après un petit moment passé comme ça elle se place à côté de moi, le cul en l’air, la tête dans l’oreiller et me demande de venir la prendre. Je lui resserre les jambes et commence à la pénétrer. Au bout de quelques minutes elle recommence à gémir et me prend une main qui la tenait par la taille puis la dirige vers ses fesses. Je les lui caresse, mais ce n’est pas ce qu’elle voulait. Alors elle prend un de mes doigts et le fait passer sur son anus en appliquant une pression qui le fait commencer à entrer dans son petit orifice pas si serré que ça tout compte fait. Si c’est ce qu’elle veut, pas de soucis. Je récupère un peu de sa cyprine et l’utilise comme lubrifiant pour y glisser un premier doigt, puis un deuxième. Alors qu’elle va avoir un nouvel orgasme je retire mes doigts et augmente la cadence mais elle me reprend la main et me remontre la direction de son anus. Cette fois j’y met le pouce et quasiment au même moment elle explose à nouveau et je sent les contractions de son anus m’enserrer fortement.Mais là j’en peut plus, la vue de ce cul, mon doigt dedans, l’intensité des ébats, l’excitation etc font que si je continue une seconde de plus je vais exploser à mon tour. Et si je ne m’abuse, elle a l’air d’aimer qu’on prenne un soin particulier de sa rosette, alors pas question de passer à côté. Je me retire mais elle fait un demi tour instantané et reprend mon sexe en bouche. Je suis à genoux, assis sur mes talons et avant d’avoir pu dire “ouf” elle s’assied sur moi et me fait entrer dans son intimité. Rapidement elle a un autre orgasme et aussitôt je me retire lui demandant de se remettre à 4 pattes.J’entreprend alors de lécher sa petite chatte dans cette position et remonte par moment jusqu’à son anus en l’effleurant du bout de la langue. A chaque fois elle tortille ses fesses et les poussent vers ma bouche. Alors je met mes mains sur ses fesses, les écarte et lèche la raie de ce fessier sur toute sa longueur avant de plonger ma langue dans sa rondelle. Même si elle me fait encore mal, j’y met tout ce que j’ai pour la faire entrer dans son petit trou et très vite il s’ouvre en grand. Je lui demande si je peux aller plus loin ou non ? Non, je tente le coup on verra bien comment elle réagit.Me redressant je prend ma queue dans une main et écarte une fesse de l’autre puis frotte mon gland le long de sa raie. Pas de réaction négative, elle m’aide même à me frotter…alors je me présente à l’entrée en tentant d’être délicat. Mais à peine le bout de mon gland à l’intérieur, elle pousse brutalement son cul vers moi et me fait entrer d’un seul coup.”Wahouuuu””Hmmm vas y, prend moi à fond”Je la pénètre de toute la longueur de mon sexe, pas trop vite, mais pas doucement non plus. Mais ça ne lui suffit pas.”Défonce moi le cul, vas y”Restant sans voix, j’y vais franco. Mes testicules claquent sur sa chatte mouillée. Je la défonce comme elle me l’a demandé. Elle gémit, grogne, me dit de continuer mais au bout de quelques minutes j’en peux plus et j’ai encore envie de la prendre mais dans une autre position. Je me retire et la retourne sur le dos en la tirant vers le bord du lit de manière à ce que ses fesses dépassent un peu. A genoux par terre je suis juste à la bonne hauteur et je m’enfonce à nouveau dans son anus. En même temps je lui caresse le clitoris et après quelques minutes elle m’enlève la main pour se caresser elle même, vigoureusement, et jouir en m’arrosant copieusement.”Viens là que je te suce”Je remonte sur le lit et lui présente ma queue raide comme du bois. Elle l’empoigne et la suce comme si c’était la dernière qu’elle verrait. En quelques secondes je sent l’orgasme arriver et lui dit de faire attention. Elle retire sa bouche, continue à me branler et 4 ou 5 énormes jets lui arrosent le visage et la poitrine, puis elle me reprend en bouche et me suce encore quelques instants avant que je ne m’effondre, tremblant, incapable de bouger ni de parler. Elle prend le drap, nous essuie avec, le jette par terre et viens s’allonger contre moi. Il est 4h du matin, à 7h30 RDV à la cafétéria avec les autres collègues, la nuit va être courte…Le lendemain on se réveille toujours collés l’un à l’autre, il est déjà 7h30. Je retourne vite dans ma chambre prendre une douche et descend direct histoire de ne pas éveiller les soupçon, pensant qu’elle mettrait plus de temps que moi. Mais elle arrive quelques secondes seulement après moi. Tout le monde avait finit son petit déjeuner et était prêt à partir. Forcément ce qui devait arriver arriva avec Franck.”Bizarre vous débarquiez en même temps, en retard et avec la tête dans le cul…vous avez baisé toute la nuit ?””Hahaha…”Un café vite fait, on embarque 2-3 croissants qu’on mange en chemin. Quand on entre dans la salle de formation, sous les néons, je remarque que Florence a le cou irrité et rougit à cause de ma barbe de 2 jours. Bien entendu je ne suis pas le seul et un autre collègue de balancer :”Putain David, t’aurais au moins pu te raser, regarde ce que tu lui as fait…”Et oui, c’est ce que je craignais, mais c’est trop tard. Par contre ce n’est que le début d’une aventure qui durera un peu plus de deux ans. La suite une prochaine fois…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

 Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


maltepe escort ankara escort sivas escort adana escort adıyaman escort afyon escort denizli escort ankara escort antalya escort izmit escort beylikdüzü escort bodrum escort tekirdağ escort diyarbakır escort edirne escort aydın escort afyon escort bursa escort kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort kayseri escort bursa escort tuzla escort bursa escort canlı bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis illegal bahis sakarya escort bayan sakarya escort bayan sikiş izle hendek travesti