French

Ma femme Nadia l’a fait

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Ma femme Nadia l’a faitJ’ai une femme de 30 ans, Nadia. Depuis quelques années, je ne suis plus un amant assidu, à cause de soucis de santé suite à un accident. Comme elle est une de ces femmes qui prétendent ne pas être accro au sexe, elle a toujours dit que ce n’était pas un problème. Mais pour moi, je restais persuadé qu’elle ressentait un manque.Nadia est une petite brune (1m58), mince (55kg), petite poitrine ferme (85b) très joli cul qu’elle s’est toujours obstinée à me refuser. Très appétissante de l’avis général, mais désespérément prude ! J’arrive, parfois à lui faire mettre des tenues un peu sexy, mais pas assez souvent. L’été, elle accepte de rester sans SG à la maison et parfois, le soir, sans culotte non plus !Donc, je voulais franchir un cap essentiel pour moi. La voir se faire tringler, par un mec bien monté, devant moi. Je lui en avais parlé régulièrement, mais elle me traitait de pervers à chaque fois.Il y a un an aujourd’hui, après quelques mois de recherches, je faisais la connaissance d’un mec qui était ok pour me permettre de réaliser mon souhait. Je voulais un homme entre 40 et 55 ans, marié et bon baiseur ! De plus, je pensais souhaitable que la femme de mon « complice » soit parfaitement au courant et qu’elle me donne son accord. Je sais que je compliquais ma recherche mais, ayant pris l’avis d’hommes « prêtant » leur femme, je pensais que c’était une sécurité.Louis, un coopérant français vivant au Maroc, avait 42 ans, marié à Cathy, 40 ans, il se présentait comme un cocufieur expérimenté. Il me fournit des photos de lui : 1m85, 95 kg, brun, plutôt beau mec, il possédait une bite de 21cm, droite et fine, donc parfaite. Très vite, nous avons réfléchi à un scénario. C’est sa femme Cathy qui nous soumit une idée qu’elle pensait jouable. L’idée que Louis puisse se faire ma femme Nadia la réjouissait. Les photos, très sages que j’avais fournies, plaisaient tellement à Cathy qu’elle m’avait informé qu’elle serait heureuse d’initier ma femme au saphisme, si j’en avais envie. Je lui promis que si Louis parvenait à la baiser, je lui offrirais volontiers ma femme une fois prochaine.Vendredi 6 Juillet 2011 : j’informe ma femme qu’un ancien collègue sera notre invité à partir du Lundi 9 et pour une semaine. Elle est un peu surprise, mais elle n’a pas d’objection.Le 9 vers 15h, Louis arrive à notre domicile. Je les présente et je remarque que ma femme le trouve immédiatement sympa. Discussion sur la terrasse, puis, vers 18h, Louis demande à prendre une douche. Je lui indique la salle de bain (tout cela était dans le scénario) et il monte dans la chambre d’amis, pour prendre des vêtements. Je demande à ma femme d’aller donner un drap de bain et un gant à Louis. Elle va donc lui porter le tout dans sa chambre. La porte étant entrouverte, elle entre et se fige. Louis est nu, la bite au repos. Intégralement bronzé, il l’impressionne, elle rougit, bafouille, pose le tout sur le lit et redescend vite fait.Je lui demande hypocritement ce qu’elle a, elle me dit ce qu’elle a vu et je me moque d’elle : « Ben, tu ne vas pas en perdre la vue ! C’était si impressionnant que ça ? »Elle esquissa un sourire timide, haussa les épaules puis dit : « Il est très bien foutu ! Et ça doit être un naturiste, car il est intégralement bronzé… »« Ben tu lui demanderas après sa douche ! »Elle gaziemir escort haussa à nouveau les épaules et rougit un peu.Quand Louis eut fini, nous passâmes au salon. Ma chérie déclara qu’elle allait prendre une douche avant de manger. Comme elle allait vers la salle de bain, je la suivi et je lui dis : « Tu devrais te mettre directement en nuisette, comme d’habitude. »« Pas devant Louis ! »« Pourquoi pas, si tu veux, tu mets un peignoir par-dessus. De toutes façons, il ne va pas te sauter dessus… »« Bon, je vais voir. »Je savais qu’il n’y avait pas plus de 50% de chances qu’elle le fasse, mais je la sentais troublée par Louis. Nous en avons profité, lui et moi, pour faire un bilan. Il était certain qu’elle avait fixé son zob avec intérêt. « Je pense que si elle revient en peignoir et nuisette, elle aura fait un grand pas ! Donc, je manœuvrerais pour que tu puisses l’enfiler dès ce soir. »« Avec plaisir ! »Ma femme nous rejoignit 15mn plus tard. Elle portait son peignoir japonais et dessous, une nuisette de voile mauve. Profitant que nous étions tous les deux dans la cuisine, je passais une main sous ses vêtements et je relevais le tout pour voir qu’elle portait un Tanga mauve en dentelle ventilée. « Humm, tu es très appétissante comme ça ! »« Arrête, voyons, si Louis entrait… »« Il se rincerait l’œil, comme toi dans sa chambre ! »« N’importe quoi !!! »« D’ailleurs, si tu étais reconnaissante de t’avoir montré son corps, tu pourrais lui donner un aperçu du tien. »Là encore, elle haussa les épaules et je la sentis troublée…Le repas fut aussi agréable que possible. Louis portait un short et un tee-shirt qui le moulaient sérieusement. Malicieusement, je fis boire un peu plus d’alcool à Nadia qu’elle n’en a coutume. A la fin, elle était juste un peu guillerette…Je l’aidais à débarrasser la table et à ranger. La sentant un peu déphasée, j’en profitais. « Tu sais que Louis n’arrête pas de te mater ! Il aimerait en voir plus, le cochon ! Si tu étais gentille, tu lui montrerais ton sexe pour être à égalité ! »Elle me regardait avec stupeur. Tranquillement, je la coinçais contre le mur et je lui ôtais son tanga. Elle tenta de m’en empêcher avec un manque de conviction troublant. Je déposais le Tanga sur la table de cuisine et je l’entraînais vers le salon. « Je crois que Nadia te doit des excuses pour t’avoir surpris nu »« Y a pas de mal, elle est excusée. Mais j’aurais bien aimé que les rôles soient inversés ! »« Tu vois, ma chérie, Louis aimerait te voir nue. Sois mignonne, ôte ton peignoir et ta nuisette ! »Elle protesta mollement, prétextant que c’était indécent. Louis souriait, charmeur à souhait. Finalement, elle ôta son peignoir, rougissante.« Allez, la nuisette, maintenant ! »2 à 3 minutes d’hésitation, puis elle la fit tomber au sol. Louis m’avoua avoir failli pousser un cri de joie. Elle était là, à 2 mètres de lui, nue, ses petits seins fermes, presque arrogants et sa moule ornée d’un petit « ticket de métro ».« On dirait bien que Louis te trouve très à son goût ! Regarde la bosse de son short ! »Il bandait ferme le salop. Nadia se relâcha brusquement, une digue venait de sauter dans sa tête. Il lui fit signe de s’approcher. Elle vint tout prêt de lui. Il se leva et sa bouche vint se coller à celle de ma femme. Elle lui rendit un long et tendre gaziemir escort bayan baiser. Doucement, il la fit asseoir sur le canapé. Il s’agenouilla, lui écarta les jambes et vint lui lécher la chatte, avec une infinie tendresse. Louis est particulièrement doué dans ce domaine. Ses doigts entrèrent dans la danse et, en moins de 5 mn, elle eut un superbe orgasme. Au passage, je remarquai qu’il lui avait glissé un doigt dans le cul.Il se releva et ôta short et tee-shirt. Puis il présenta son gland aux lèvres de ma chérie. Elle me jeta un regard anxieux et je lui fis signe de sucer. Pas vraiment adepte de la chose, elle se montra maladroite. Il lui donna des ordres précis qu’elle exécuta docilement. Tiens donc, elle manifestait une tendance à la soumission qui m’était inconnue ! Elle prit la bite quasi totalement en bouche et lécha les couilles comme il le lui demandait. « C’est bien ma belle, tu as beaucoup à apprendre mais j’ai le temps ! Mets-toi à genoux sur le canapé, face au mur, croupe tendue ! »Là encore, elle me jeta un regarde et, sur mon signe de tête, elle s’exécuta. Magnifique vision de femme bien offerte et d’une longue bite qui s’infiltrait entre ses cuisses pour venir pénétrer sa chatte humide. Elle poussa un cri aigu car il l’avait plantée sèchement. Lui saisissant ses petits nichons, il commença à limer en accélérant progressivement. Rapidement, il prit un rythme qui me parut incroyable. Les fesses de Nadia claquaient fort et elle commençait à pousser des grognements caractéristiques de l’orgasme qui lui venait. « Putain, t’aime ça ma salope, hein ? »« Oui…. »« Oui, quoi ? Dis-le à ton mari cocu ! »« Oui, j’adore comme il me baise, mon chéri cocu ! »« T’en veux encore petite pute ? Ben, tu ne vas pas être déçue. Tiens, prends ça ! »Il lui assena trois énormes coups hyper rapides et elle jouit avec une puissance que je ne connaissais pas. Louis arrêta ses mouvements puis, lentement, il sortit sa bite de la chatte dilatée de Nadia. La penchant plus en avant, il lui écarta les fesses et glissa un doigt mouillé dans son cul serré. Il fit quelques allers-retours, puis ajouta un deuxième doigt. Elle poussa un petit cri de douleur, mais il reprit les mouvements. Le troisième doigt la fit protester. « Non, arrête, ça fait trop mal ! Aïe !!! »« Tais-toi idiote, ma bite a besoin de ton cul et tu vas la prendre comme la bonne chienne que tu es !».Soudain, je m’apercevais qu’il avait décidé de la traiter durement. Plus tard, il m’expliqua qu’il avait vite compris que mon épouse était une soumise inexploitée.Sortant ses doigts, il les lui mit dans la bouche. Elle les lécha sans protester (cela confirmait qu’elle avait l’habitude de se doigter le soir et même de glisser un doigt dans son cul). Je vis alors qu’il positionnait son gland à l’entrée du cul de Nadia. Elle tenta de protester, mais il lui colla une énorme claque sur les fesses. Le gland força le passage et elle hurla de douleur. Puissamment, il enfonça le tout dans ce cul qui était quasi vierge. Elle se mit à pleurer et à supplier. Grave erreur, car il se montra plus froidement déterminé et beaucoup plus excité ! Le va et viens commença avec un rythme ascendant qui, bizarrement, calma les pleurs et cris. Cette garce prenait goût à la sodomie, avec une facilité qui me surprenait. escort gaziemir « Dis-moi, salope, ce n’est pas la première fois qu’on t’encule ! Je sens bien que tu pratiques de temps en temps… »Elle ne dit rien et il lui donna plusieurs grosses claques sur les fesses. « Réponds quand je te pose une question ! »« Non, ce n’est pas la première fois… mais c’est rare… oui continue, c’est bon… »Il accéléra et bientôt, elle fut emportée par un orgasme qu’il accompagna en vidant ses couilles dans le cul de ma femme. Moi, j’étais consterné. Ma femme se faisait enculer à mon insu. Mais par qui ?Lorsque la pine de Louis fut sortie de cette étroite rondelle, il la mit sur le dos et demanda : « Qui est ton enculeur occasionnel ? »Le visage de ma chérie se décomposa. De nouveau, elle eut des sanglots, mais sentant qu’il ne lâcherait rien, elle avoua : « C’est Ali. Il me prend une ou deux fois par mois. Mais je ne voulais pas, tu sais… »Elle me regardait en disant cela. Ali est un de nos voisins, dont la femme est absente tout au long de la semaine. Depuis 2 ans, mon épouse allait 2 fois par semaine, faire un peu de ménage chez eux. Ainsi, la maison était propre au retour de Madame. Ali travaillant, il n’était que très rarement au domicile quand ma femme allait faire le ménage. Mais, je savais qu’une ou deux fois par mois, il lui arrivait d’être en repos… Etant donné que c’est un beau mec de 35 ans, marié à une superbe blonde du même âge, je ne me doutais pas qu’il puisse s’envoyer ma femme. « Tiens donc, il t’encule et te baise, je suppose ? »« Oui, il m’oblige aussi à le sucer et il jouit dans ma bouche. Une fois, il a fait des photos et il m’a dit que si je ne me laissais pas faire, il les montrerait à mon mari. »« Quel genre de photos ? »« Un jour, je croyais qu’il n’était pas là. Alors, en faisant le ménage dans leur chambre, j’ai sorti un gode qui se trouvait dans le tiroir de la commode. Je le savais depuis le début, mais ce jour là, j’étais très excitée et je me suis dit que ça devait être un bon moyen de se soulager. Je me suis déculottée et allongée sur le lit, j’ai commencé à me le mettre. C’était assez bon. Soudain, je l’ai vu, il était sur le pas de la porte et il faisait des photos avec son portable…j’ai sursauté et j’ai voulu me relever et me rhabiller. Il m’a ordonné de continuer en me menaçant de faire voir les photos … Comme je n’arrivais pas à me détendre, il s’est déshabillé et il est venu sur le lit. Il m’a prise et j’ai aimé ça… Il n’a pas joui dans mon vagin, mais dans ma bouche en m’ordonnant d’avaler. J’étais humiliée, mais j’ai obéi… Depuis, il profite de moi chaque fois qu’il ne travaille pas. »Incroyable !!! Nadia ma chérie se faisait baiser dans mon dos, alors que je rêvais qu’elle le fasse devant moi… Ce salop de Ali ne perdait rien pour attendre. Je pensais déjà au moyen d’en profiter pour me faire sa femme, cette chienne de DJamila. « Mais dis-moi, il n’a pas peur que tu le dises à sa femme, ton Ali ? »« Elle sait tout. Ils sont libertins et il lui a montré les photos. Elle me l’a dit et c’est même elle qui lui a demandé de me sodomiser… »Merde, mon plan tombait à l’eau avant même d’être élaboré !« Et sa queue est comment ? »« Moyenne, 18cm. Pas très grosse, moins que la tienne je pense. Mais il est très résistant. Ça peut durer plus d’une demi heure et 2 ou 3 fois presque de suite. »Comme elle restait 3 heures chez eux, cela supposait qu’il ait une sacrée constitution ! « Finalement, tu te trompais sur ta femme, mon pauvre Karim ! Non seulement elle te trompait, mais en plus, c’est une vraie salope soumise. Je vais bien me régaler, moi ! »FIN.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Exhibition… Partie 5

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

Exhibition… Partie 5Pour moi l’intitulé de notre webcam est « Jolie pute jouisseuse »…Il y a eu une pose mais les voyeurs partis ont été remplacés par d’autres.Toujours plus d’un millier d’internautes.Je suis seule en cam, Chloé est partie se débarbouiller puis s’est allongée sur l’un des canapés.Elle regarde soit l’écran soit dans ma direction.Les yeux de Marie sont braqués sur l’écran.Toutes ces queues tendues semblent la fasciner.Nous avons plus d’une vingtaine de web cam ouvertes.Toutes sont des hommes en train de se masturber.Stéphane a laissé la cam sur la table basse face à moi.Ils ont jouit tous les trois avec Chloé.Et je me demande ce qu’ils vont me faire…Je ne tarde pas à l’apprendre…Je dois jouir… Et c’est tout !Je dois rester exhibée et jouir jusqu’au premier palier.Puis je serai godée sans arrêts jusqu’à ce que le second palier soit atteint.Et enfin, baisée et sodomisée par nos deux toys quand le plafond serait atteint.Et tout est écrit sur le statut de notre webcam.Sans attendre ils sont tous les trois autour de moi.Non… Marie est aussi de la fête.Et très vite, je ne sais plus qui touche quelle partie de mon corps.Chloé décidément fatiguée est chargée d’essayer de compter mes orgasmes.Je suis bousculée, et même un peu malmenée sous les mains de ce joli monde.Marie dit très vite…J’en ai trop envie… Lèche-moi petite salope karşıyaka escort ! Lèche-moi !Je jouis en la mangeant, une puis deux fois quand je l’entends jouir à son tour.Des doigts courent sur mon corps, s’insinuent en moi et je jouis encore.On me doigte chatte et cul, on tire sur mes pointes en me traitant de salope et de pute.J’ai dû sucer un une queue redevenue dure et me suis encore tordue sous une vague de plaisir.Le premier palier est atteint.Assise jambes relevées par Corentin et Stéphane, Marie me gode le sexe.Elle le fait vite et fort tout en suçant Patrick qui bande à nouveau.Je dégouline de mouille et on entend même les clapotis que provoquent les aller retours du toy.Marie l’enfonce et le ressort presque complètement et j’ai l’impression qu’elle se retient de me défoncer plus encore.Elle me parait surexcitée par ce qu’elle fait.Je jouis quand elle enfonce brutalement un doigt dans mon petit trou en me disant de jouir comme une salope.Patrick me lit des commentaires.Les voyeurs me traitent comme une pute, me demande de dire que je suis une salope, une cochonne…Corentin me dit d’obéir et de le dire. Je jouis de suite et m’exécute.On me dit de regarder l’écran et je vois mon visage en gros plan.Patrick me répète de leur dire que je suis une salope.Je le dis entre chaque orgasme. Je jouis sans presque karşıyaka escort bayan discontinuer.Les internautes veulent que l’on me doigte me baise, qu’on me gode.Patrick lit tout et par moment je vois mon propre visage ravagé par le plaisir sur l’écran.Je tombe des nues quand on m’explique qu’il reste la dernière partie à jouer.Patrick demande à Marie un second jouet et la rousse s’éloigne pour en ramener un.Cette fois les hommes m’ont collée à quatre pattes sur le sol. Visage sur le paquet et cambrée.Je sais très bien pourquoi…Patrick dit « Excellente idée » et Marie a un petit rire.Je n’ai pas le temps de me poser de question et je sens le gode me pénétrer la chatte.Très vite. Très fort.Les clapotis résonnent et Marie qui s’exclame que je coule comme une cochonne.On me dit de regarder l’écran et toutes les queues qui bandent pour moi, je jouis aussitôt ces mots prononcés. Je m’entends crier sans pouvoir m’en empêcher. Puis le gode quitte mon sexe.Je sens quelque chose peser sur mon anus. Puis une poussée l’ouvre avant de le prendre.Marie vient de me sodomiser et maintenant s’active à faire bouger le toy.Elle est brutale et je me sens dilatée très vite. C’est à la limite de la douleur quand l’objet s’enfonce entre mes fesses mais le plaisir atténue la sodomie trop intense.Patrick me dit de regarder escort karşıyaka l’écran…Je vois mes fesses écartées par les mains de Corentin, celle de Marie tenant son gros gode presque totalement enfoncé entre mes fesses et ma chatte ouverte et détrempée.Marie a eu la bonne idée de te trouver un autre jouet.L’image que je renvoie me ferait presque jouir mais quand Marie enfonce doucement un concombre dans ma chatte trempée, je crie sous l’orgasme.Et je perds la notion de tout quand je suis prise par les deux orifices, l’image de tous ces gens qui me regardent en tête…Je ne me souviens pas avoir joui autant et si souvent.J’ai l’impression que mon sexe et mon anus sont toujours emplit du toy et du concombre.Patrick dit que le commentaire le plus écrit était…« Enculez cette salope avec le concombre ».Je préfère ne pas savoir si…Le contrat est rempli…Enfin presque !Les voyeurs insistent et veulent continuer à payer mais je dois être prise par deux des hommes.On me laisse doucement m’allonger sur le parquet.Et j’entends Patrick dire à haute voix qu’ils me laissent un moment pour récupérer.Mon mari est assis sur l’un des canapés et Corentin me relève pour m’installer sur lui. Patrick m’embrasse à pleine bouche et sans un mot, je sens qu’il me pénètre.Derrière moi des mains sur mes fesses m’écartent…Corentin lui aussi me prend d’un coup…Mes deux amants s’activent en moi, chacun allant et venant très fort dans la partie de moi choisie et plus rien ne compte…J’entends Stéphane dire qu’il essaie de tout montrer mais que ce n’est pas facile.Chloé avoue avoir cessé de compter à 17 orgasmes mais qu’il y en a eu plus… Peut être autant…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Dans le pré

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Gangbang

Dans le préL’été est torride. La chaleur est quasi insupportable même dans la maison de campagne. Pourtant je décide d’aller faire une longue balade en forêt espérant trouver de la fraîcheur et observer quelques oiseaux avec mes jumelles. Ma femme préfère rester. Elle est en maillot de bain deux pièces (un modèle bien sage) et pense lire à l’ombre du tilleul. Je pars seul donc, un petit sac à dos sur l’épaule.Sur la petite route, je croise le fils du fermier juché sur son tracteur. C’est un gaillard d’une vingtaine d’années, solide et plutôt beau gosse, surtout quand il est torse nu. Il m’annonce qu’il va faucher le champ à côté de chez nous et notre pré si on le veut. Je lui dis de voir ça avec ma femme et continue mon chemin. Après quelques minutes, un pressentiment étrange m’arrête net. Je reviens par la lisière du bois et m’approche du bas du pré. Je vois que ma femme lit sous le grand tilleul, allongée sur une couverture bleue. Le tracteur arrive au bord du champ et s’arrête à sa hauteur. Ils échangent quelques mots, puis l’engin redémarre. Il commence la fauche du champ sur toute sa hauteur.J’observe ma femme à la jumelle. Elle enlève son haut et se fait bronzer les seins au soleil avec une certaine impudence. Après deux aller-retours, la machine revient et oblique à gauche pour entrer dans notre pré. Juché en hauteur, le gars a une vue parfaite sur les formes généreuses de mon épouse. Pourtant il ne s’arrête pas et fait des ronds concentriques pour couper l’herbe. anadolu yakası escort Le travail est vite fait car la surface est assez petite. A la fin, ma femme s’approche du tracteur, ses grosses miches à l’air et les mains sur les hanches, franchement provocante. Elle semble proposer quelque chose et part vers la maison. Deux minutes après, elle apparaît avec un plateau, une bouteille de rosé et des verres. Mais surprise ! Elle a enlevé son bas et se trouve totalement à poil !Tous les deux se retrouvent sous le tilleul un verre à la main et trinquent. Ils parlent, ma femme devant expliquer qu’il fait vraiment trop chaud pour supporter le moindre vêtement. Le jeune mec sourit et n’arrête pas de mater les gros nichons et la chatte fournie de cette mature qui pourrait être sa mère. Depuis mon point d’observatoire, je vois qu’une bosse dans son short trahit son excitation. Durant la discussion, ma belle se rapproche progressivement jusqu’à toucher notre apprenti fermier. D’un coup, leurs bouches se collent. Ils se roulent une longue pelle tandis qu’il commence à lui tripoter le cul. Je me surprends à bander …Soudain ma femme s’agenouille et baisse le short de l’homme. Elle empoigne le membre en semi-érection, décalotte le gland, crache dessus plusieurs fois et commence immédiatement à le sucer. Elle pompe avec vigueur la belle queue bien droite. Toute la bite disparaît presque dans sa bouche. Elle qui prétend ne pas aimer du tout faire des fellations ! Elle s’attarde anadolu yakası escort longtemps sur le gland, lèche la tige avec gourmandise et avale les boules l’une après l’autre. Le gars apprécie visiblement de se faire bouffer les couilles. Il trique comme un âne et moi aussi ! Ma femme se relève, le type se met à lui téter les pointes des miches goulûment. Puis elle prend appui sur le tronc de l’arbre et lui offre son cul rond tout frétillant. Aussitôt le mec se baisse et lui fouille la moule et la raie des fesses avec la langue, en même temps qu’il la pénètre plusieurs fois avec les doigts.Puis il enlève son short, il cherche l’entrée de la chatte et enfile doucement mon épouse. Ses mouvements deviennent ensuite plus rapides et plus profonds. Le visage de mon épouse montre son extrême plaisir. Elle doit crier. Il la bourre maintenant avec v******e. Ses loches se balancent en rythme des coups de reins. Il la défonce sauvagement pendant un bon moment, puis s’arrête net. Il lui crache dans la raie puis cherche une autre entrée. Il lui met un doigt dans l’anus et avec une grande douceur l’encule ! Ensuite il lui lime le fion régulièrement, méthodiquement, lui tirant sur les seins en même temps. Au début, ma pauvre épouse couine de douleur et de plaisir mélangés. Quelle découverte ce doit être pour une femme mariée vierge du cul ! Les deux amants sont déchaînés : ils baisent comme des animaux en rut. Ma moitié semble frôler l’évanouissement. Progressivement anadolu yakası escort elle se détend et sourit d’extase … Elle encourage même son jeune amant à continuer sa sodomie profonde.Soudain le mec semble éjaculer. Ils restent coller un long moment savourant leur jouissance, puis il se retire. Ma femme passe sa main entre ses cuisses et suce avidement ses doigts. Encore excitée, elle se jette sur la queue ramollie et la nettoie en la suçant. Elle se lèche les lèvres. Puis ils s’embrassent à nouveau avec fougue. Je me dis que j’ai une vraie salope ! A force de m’astiquer la nouille, j’ai juté sur mon bermuda …Enfin le baiseur remet son short, il remonte sur son tracteur et reprend la fauche du champ. Moi, je fais une mini-balade et me retrouve sur la route. Je croise notre fermier qui me fait un franc salut et un large sourire presque triomphant. Il s’arrête et me dit : « C’est bon pour le pré. Madame a été très contente ! Et très très sympathique aussi … »Je rentre à la maison plein de pensées contradictoires. Ma femme m’accueille avec encore un peu de sperme sur les lèvres. Je questionne : « Tu as vu le fils du paysan ? ». Elle me rétorque : « Ne m’en parles pas ! Il a fait tellement de bruit avec son engin que je n’ai pas pu lire ! Une vraie horreur … ». Je reste sans voix, stupéfait ! Plus tard, découvrant mon bermuda tout taché, elle me gronde en me disant que je ne peux pas rester propre. Je ne réponds rien. Beaucoup de cocus honteux préfèrent rester silencieux …Deux jours après, le jeune fermier et un ami à lui sont venus pour fignoler la coupe de la périphérie du pré. Depuis l’orée du bois, j’ai pu mater ma femme totalement à poil sucer deux bites, se faire bouffer la chatte puis prendre en double sous le grand tilleul …

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

L’iris pourpre – Partie 1

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Dicks

L’iris pourpre – Partie 1Le chant des cigales résonnait encore dans ma tête. J’avais la tête appuyée contre la fenêtre du train qui m’emmenait vers une nouvelle vie, loin de mes parents, loin de mes amies, loin de tout. J’allais poursuivre mes études à 400 kilomètres de ma maison. Pour la première fois, j’allais avoir mon propre appartement. Après tout, à 19 ans, c’est normal de quitter le nid, non ?Ce qui l’es moins en revanche, c’est d’avoir toujours sa virginité. Toutes mes copines l’avait déjà fait de nombreuses fois, j’étais la seule encore vierge. Je n’avais même jamais embrassée de garçon. Ce n’est pourtant pas l’envie qui m’en manquait, mais j’avais comme un blocage. Très peu de garçons m’approchaient, et je refusais catégoriquement toutes leurs propositions. J’étais anadolu yakası escort pourtant une grande fada de sexe. Il y a même des fois ou je me faisais un peu peur quand à mes pratiques solo. Je me masturbais plusieurs fois par jour, et, seule, j’avais déjà fait tout ce qui était faisable, et j’avais jouis plusieurs fois sur toutes les catégories de vidéo porno trouvables sur internet.J’ai toujours appréhendée le fait de devenir une adulte, et encore plus le fait de ramener un copain à la maison, et de devoir le présenter à mes parents… Le malaise… Mais cette fois, j’étais bien décidée à coucher, et peu importe avec qui. Je ressentais un manque constant, et la masturbation n’arrangeait rien, au contraire.Le train était déjà arrivé en gare. Je ne mis anadolu yakası escort pas longtemps avant d’arriver a mon appartement. Je l’avais déjà un peu aménagée lorsque j’étais venu quelques semaines plus tôt. J’avais donc juste à défaire ma valise. J’allais reprendre les cours que dans deux semaines. Je n’aurais donc aucune occasion de rencontrer des mecs d’ici là. Comme je n’avais rien à faire ce soir, je sortis mon plug anal gonflable, mon vibro hitachi et mon gode. Je les avais acheté tous les 3 en cash au sexshop de ma ville pour ne pas laisser de traces bancaires. En plus, si je les avais commandés sur internet, mes parents seraient certainement tombés dessus dans la boite aux lettres, et je ne veux pas qu’ils sachent que leur fille est une salope.Après anadolu yakası escort les avoir sucés goulûment pour les lubrifier, j’enfonçais sans hésitations mon plug et mon gode. Je mis en marche mon vibro et caressa mon clitoris avec celui-ci. Puis j’attrapai l’extrémité du gode et commença à faire des va et viens de plus en plus rapides, jusqu’à finir trempée.Je tremblais de plaisir, j’avais à la fois chaud et froid, puis au bout d’un moment viens l’orgasme tant attendu. J’arrêtais mon vibro, et je m’allongeais comme une masse sur mon lit, nue, avec mes orifices toujours comblés par mes jouets. Après plusieurs minutes de récupération, je mis mes sextoys dans le lavabo puis je remis mes fringues. J’avais encore faim. Une faim irrassasiable de sexe. Il m’en fallait plus. Il m’en faudrait toujours plus. Je traînais sur internet pour avoir des réponses. “Comment coucher rapidement”, “comment baiser dans ma ville”… Je cherchais à peu près tout et n’importe quoi. Je m’arrêtais net sur le topic d’une fille qui se faisait payer…A suivre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

queue pour moi

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

queue pour moiun soir je sort dans un bar esperant rencontrer un autre homosexuel comme moi je discute avec une femme y a pas d homme interesse ,alors je lui demande si elle veut me vendre sa petite culotte et la sniffer devant elle en lui avouant que j aime les hommes et je suis incapable de baiser une femme,surprise elle accepte de me vendre sa culotte et m avoue qu elle croit que son voisin es homo aussi elle m invite a aller chezz elle sa culotte toute souille de son jus vaginal en sentant je bande et mexcite elle appel son voisin qui s empresse d arriver et moi nu devant lui suis gene et elle dit je vous laisse mon appart je retourne au bar le voisin pas tres jolie s approche de moi et carrese mes fesses et je devient a l aise vite fait je lui dit moi j aime etre femme et parler en femme ma belle wueue toute dur il veut meii gouter anadolu yakası escort je refuse comme tout femme digne de se nom et moi j entreprend de lecher son corps poilu je touiche son penis qui es de taille normale et l embrasse il me dit viens che moi on se film alors la jy cours dans son lit je porte la cullote de la fille et je dit elle me vont mieux a moi que elle avec son vagin la queue ddu mec dur pas loin de moi j ai hate qu il me rejoigne mais il me fait languir il mejt un film gay moi suis en adoration devant la porno jme doigte l anus et l suce mon doigt je souris il me dit appel moi goerge moi je dit moi c es suzanna et il m embrasse la je grimpe et me snalement sa queue dans ma main je commence a masturber et me demande si quel qu un peut venir nous regarder j acepte subito presto un homme agé de 72 ans beau anadolu yakası escort monsieur et je v eut l epater on s embrasse moi et goerge grace A LUI JE ME SENT VRAIMENT HOMO sa queue dans ma face laide je leche son sexe son anus et je le remercie de me prendre je lui demande de m enculer j ai trop envie de tout faire il me penetre et apres me met sa belle queue dans bouche je pleure de joie et la lui prend ma queue et me suce je suis a 4 patte mon cul dans la face du vieux je suis une porstar tellement je suis bien le vieux ime ce qu il voit et goerge sait y faire je viens en peu de temps alors il m attache et ma sucer toute la nuit sans que moi je puissr le gouter suis venue 4 fois et ma dit revient plus tard je veut te ravoir j etais tellement heureuse que j ai été m acheter 300 dollard de lingerie depuis se temps je suis anadolu yakası escort la copine de goerge il me comble de sexe et me laisse etre femme avec lui et chaque fois le vieux vient nous regarder jme suis offert a lui mais ne veut pas il dit qua regarder le comblais,et la voisine me salut chaque fois merci a elle je suis pas en amour avec goerge mais avec sa queue qui m appartiens et je lui offre de beau cadeau car il me doone ce j ai besoin sperme et me film c es excitant de se revoir en video malaideur es le plus beau de ses video et quand je retourne aux travail ou chez moi je fait comme sij etais hetero personne sait dans mon entourage.je suis tellemet looser qqque jme cache hihihihi j alors mon argent va toute en lingerie et en cadeau a cet homme si cochon et pervert ce soir je vais surprendre le vieux je vais lui xracher le sperme dans face je voudrais que sa femme voit ce qu il regarde mmmmmmj ai demander a goerge de le marier symboliquement et a accepter car il es si heureux avec moi de vieux fifi bon la je vais me vider de mon sperme et me maquiller avec merci la vie une tapette epanouie

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

L’APPRENTIE…11

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

L’APPRENTIE…11SUITE DE “L’apprentie…10″PRENDRE CE RÉCIT AU CHAPITRE 7 N’A PAS GRAND INTÉRÊT, N’HÉSITEZ PAS A LIRE LA TOTALITÉ DE CETTE HISTOIRE EN VOUS RENDANT SUR MON PROFIL POUR Y TROUVER LES CHAPITRES PRÉCÉDENTS Elle se précipita dans sa direction en hurlant le prénom de sa petite fille.- Angela ! Angela ! viens, ma chérie !Le vieux, surpris, s’arrêta et tourna la tête dans direction. Elle s’agrippa à lui et pesa sur de toutes ses forces sur son corps fatigué, l’obligeant à s’agenouiller.Narcisse qui avait assisté à toute la scène, prit son fusil à lunette et visa le premier garde qui venait d’épauler et de mettre en joue Vanessa. La détonation retentit, emplissant l’espace. Il vit le garde s’affaisser. Son visage traduisit la stupéfaction. Il lâcha son fusil et porta les mains à sa jambe, contemplant son genou explosé et le sang qui pissait, maculant de rouge la petite cour ombragée. Le deuxième garde déposa son arme à terre en tournant la tête dans tous les sens, cherchant où pouvait bien se trouver le tireur qui les prenait pour cible.Vanessa reprit alors le contrôle de la situation et s’adressa au sbire qui venait de mettre à plat ventre.- Tu vas me chercher Ange ! Pas de blague ! Compris ?Ce dernier se releva lentement, les mains sur la tête, jetant des regards affolés vers la montagne. Une deuxième détonation retentit. La balle souleva une gerbe de graviers juste à côté de l’homme qui se mit à hurler. Il n’eut pas le temps d’atteindre la porte d’entrée. Ange fit son apparition. Il portait un vieux pantalon de chasse et un maillot de corps blanc. Mal rasé, il regarda Vanessa d’un air mauvais et eut un geste d’impuissance à l’intention de son grand-père qu’elle maintenait fermement. Ce dernier ne cherchait pas à se débattre. On aurait dit qu’il attendait le bon moment pour agir, sûr de lui. Ange, mû par une pulsion subite, se précipita vers lui dans la cour au mépris du danger. Il voulait visiblement en découdre avec Vanessa. Sa rage aveugle se lisait sur son visage.Une troisième konak escort détonation le stoppa net. Ange venait de recevoir une balle qui lui avait traversé le bras. Il s’écroula au sol et se mit à ramper en hurlant de douleur en direction de Vanessa. Le sang coulait abondamment de sa plaie. Il retira son maillot et enveloppa son bras pour réduire l’hémorragie. Il resta étendu sans bouger à geindre. Ses yeux avaient perdu de leur intensité et il n’était plus l’héritier espéré. Il se montrait tel qu’il était vraiment, un parvenu lâche qui avait profité de la situation dominante de sa famille.Vanessa se releva et se saisit de la canne du vieux. Ils étaient maintenant à sa merci. D’un signe de main, elle fit un signe en direction de la montagne. Le vieux s’adressa à elle, espérant sans doute l’amadouer par de nouvelles propositions.- Ecoute, petite, ce n’est pas comme ça qu’il faut traiter les affaires ! On peut se parler toi et moi. Mi vene in quella di pigliallu à calci ! dit-il en désignant Ange. C’est un bon à rien ! Je l’ai toujours su ! Mais, toi ! Tu es de la trempe des Di Marco ! Tu es comme moi ! Le club, je te le donne ! Il est à toi ! Et pour que tu puisses élever mon arrière-petite-fille, je lui donne de l’argent. Beaucoup d’argent ! Bien plus que tu n’en as jamais vu ! On signe les papiers sur la table de la cuisine et basta ! Tu repars ! Tu oublies cet imbécile ! Il ne te touchera plus ! Ca te va petite ? Dis à celui qui se cache qu’il peut venir ! Il ne serait pas un peu photographe, par hasard ? Je lui offrirai un verre de vin, de mes châtaignes et un peu du fromage de mes chèvres !Vanessa écoutait attentivement. Le vieux se taisait à présent, attendant sa réaction.- Tu me laisserais le club ? Et, j’aurais de l’argent ? Combien ?- Le club, je te l’ai déjà dit ! Et l’argent ? 200, 3OO …- 500 000 euros ! Pas moins ! Je te connais, qu’est-ce que tu attends de moi en retour ?- Va bene, pour 500 et puis, tu sais, entre amis, c’est normal de se rendre des gaziemir escort services.- Qu’est-ce que tu appelles des services ?- Tu pourrais garder quelques valises ou …- Remplies de came ou de billets tes valises, c’est ça ?- Qui peut le savoir … mais oui, c’est possible, qui peut le savoir !- Alors, il me faut une commission sur chaque valise ! 50 OOO euros ! Sur un compte à l’étranger !- Tu demandes beaucoup, petite ! Ca se réfléchit ! 30 000 ?Ange se redressa et s’adressa à son grand-père :- Ne l’écoute pas, c’est une salope ! Elle va nous embrouiller !- Toi, tu te tais quand je parle ! Vai à fatti leghje ! Tu n’es plus de la famille ! Qu’est-ce que tu en dis, petite ?- 30 000, c’est pas assez ! Je veux ma part sur la came, c’est à prendre ou à laisser ! Vous n’êtes pas en position d’exiger quoique ce soit ! Maintenant, dit-elle, c’est moi qui décide ! Voilà ce que je veux : je reprends Angela et vous me versez 50 000 euros par valise sur un compte à l’étranger ! Kapisch ?- Tu es dure en affaires, petite ! Mais, c’est bien comme ça ! L’amitié, ça ne se marchande pas ! Je ne peux rien te refuser, tu vois, si c’est pour la petite !- Je savais bien que nous pourrions nous entendre ! C’est en paix et pour le bien de tout le monde que je le fais ! La famille, c’est sacré !- Ca, je crois que ça ne va pas être possible !Vanessa se retourna vers celui qui venait d’entrer dans la cour. Narcisse tenait un portable qu’il agitait.- Tout est enregistré. Tu peux raccrocher, je viens de transférer les confidences du vieux à l’instant à notre avocat ! Avec les photos que je lui ai laissées avant de partir, c’est fini pour les Di Marco !Le vieux le toisa et cracha dans sa direction. Ses lèvres tremblaient et son regard se durcit à nouveau. Enfin, il prononça quelques mots incompréhensibles avant de parler d’une voix éteinte :- Toi, tu ne mérites pas que je te parle ! Ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, c’est moi qui le décide ! Les juges, ils mangent dans ma main izmir escort ! Alors, tes enregistrements de merde, je m’en fous ! Tu entends, je m’en fous !Narcisse qui l’écoutait tranquillement lui coupa la parole :- Sur le continent, les juges ne te connaissent pas ! Mais, ce n’est pas ça qui est impossible ! Dis-lui Vanessa ! C’est le moment !Vanessa sortit du sac à dos les trois enveloppes et les agita sous le nez du vieux.- Ca, tu vois, vieille merde, ç’est la preuve que ta pourriture de petit-fils n’est pas le père d’Angela ! Il y a trois analyses ADN, la mienne, celle de Narcisse et celle de notre fille ! Je te les donne ! Ca te fera des souvenirs !Puis, lâchant le vieux, elle se précipita en direction de la maison. Ange qui avait tout entendu se leva malgré la douleur et lui barra le passage.- Tu dis n’importe quoi ! Angela est ma fille ! Je t’ai suffisamment baisée, petite pute, pour le savoir ! Lui, c’est un PD qui n’a pas de couilles ! C’est moi, le père d’Angela !Pour seule réponse, elle leva la canne et lui en donna un premier coup qui lui brisa le nez. Le deuxième lui fracassa le genou. Emportée par sa rage, elle frappa encore son ancien compagnon qui hurlait de douleur à chaque fois que la canne du vieux touchait une partie de son corps. Ange s’écroula au sol essayant de se protéger et d’éviter vainement le châtiment que Vanessa lui réservait. Il fallut que Narcisse la prenne dans ses bras et jette la canne au loin pour qu’elle retrouve peu de calme.Sur le perron, dans un rayon de soleil, elle vit apparaitre alors sa petite Angela qui lui faisait signe. Derrière elle, une vieille femme portant un fichu noir contemplait le carnage. Sa main ridée essuya une larme quand la petite courut rejoindre sa mère pour se jeter dans ses bras.Narcisse se rapprocha alors de Vanessa, l’enlaçant tendrement, ses lèvres effleurèrent les siennes et dans la petite cour ensanglantée, ils étaient désormais, tous les trois, seuls au monde, à devoir construire un avenir pour eux deux et pour leur petite fille.— F I N —Voilà un bon récit de 11 épisodes qui se termine, merci à tous ceux qui ont pris le temps de lire les 11 chapitres, sans çà l’interet et bien moindre. Il est évident que j’aimerai vraiment avoir votre avis sur ce récit, vos commentaires.Merci

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

RENDRE SERVICE 02

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Tits

RENDRE SERVICE 02Le soir venu, je quitte mon bureau un peu en avance histoire de passer plus de temps avec Sophie. Au passage je préviens mon épouse du fait que je rentrerais plus tard puisque je dois récupérer ses notes. Quand j’arrive à la porte je bande comme un âne à l’idée de sauter à nouveau cette jolie femme si facile et accueillante qu’est Sophie. Je sonne. La porte s’ouvre et je me retrouve nez à nez avec un homme. Alerte ! Alerte ! Plan cul foiré ! Retour à la base ! Je me présente et explique la situation en prenant bien soin de ne pas parler de ma première visite ce matin. Marc, le mari de Sophie m’invite à entrer. Sophie lui a parlé de ma visite et a mis de côté les notes de cours pour ma femme. Si je veux bien m’installer au salon pour prendre un verre, il va chercher les notes. En pointant la porte du salon il me dit avec un grand sourire :”J’ai installé l’apéritif sur la table basse si vous voyez quelque chose qui vous fait envie, n’hésitez surtout konak escort pas faites vous plaisir. On est à la bonne franquette ici.” Un peu surpris par cet accueil, je le remercie et entre dans le salon. Et là ! Sur la table basse je vois Sophie totalement nue, allongée sur le ventre, les jambes écartées, les bras ligotés dans le dos et les yeux bandés par un masque comme ceux que l’on donne dans les avions. Elle est installée de façon à ce que sa chatte, son cul et sa bouche soient parfaitement accessibles à qui en aurait envie. Mon érection revient instantanément. J’aperçois une bouteille de whisky et des verres, je m’en sers un et commence à le siroter en tournant autour de Sophie qui s’agite un peu et suis ma progression en tendant l’oreille. Sa chatte est luisante d’excitation. Au passage je glisse un doigt le long de ses lèvres sans la pénétrer, Elle pousse un petit gémissement de surprise et essaie de pousser contre mon doigt. Mais gaziemir escort comme Marc l’a bien ligotée elle ne peux vraiment pas bouger. C’est justement à ce moment qu’il fait son entrée dans le salon avec la chemise des notes sous le bras. Il me la tend en souriant. Je la range aussitôt dans la serviette et le remercie. “Je vous remercie pour le verre et la vue.” “C’est avec plaisir. Vous ne voulez rien de plus… disons plus consistant qu’un whisky ? Si Sophie avait son mot à dire elle insisterait pour que vous fassiez comme chez vous et que vous rentriez dans le vif du sujet.” “Alors si le maître de maison et la charmante hôtesse insistent je ne veux pas vous froisser.” Je défais ma braguette, sors ma bite et mes couilles du pantalon et me place devant Sophie. Je passe mon gland sous son nez, elle entre ouvre la bouche et je m’y engouffre d’un seul coup le plus loin possible. Sa bouche est chaude et accueillante. Je tiens Sophie izmir escort par la tête et commence à lui baiser la bouche lentement quand son mari qui était en train d’enlever son pantalon se place devant ses fesses et la pénètre d’un seul coup. Sans vraiment le vouloir nos mouvements se synchronisent de sorte que nous sommes au plus profond de Sophie en même temps. Elle grogne sur ma bite ce qui est une sensation bien agréable. Au bout de quelque temps je m’adresse à Marc. “Je ne voudrais froisser personne mais je crois que je vais jouir dans la bouche de Sophie.” “Faites donc cher ami, ma petite salope de femme adore ça.” N’y tenant plus je m’enfonce plus loin encore dans sa gorge et jouit à longs traits en m’agrippant à sa tête. Pour bien savourer la sensation je continue à baiser sa bouche jusqu’à ce que je commence à débander. Pendant que je réajuste ma tenue, Marc se retire de la chatte de Sophie et jouit sur ses fesses. Le spectacle est bien excitant. Quand je fais mine de partir Marc me dit “Vous êtes sur de vouloir partir déjà ? Nous recevons quelque amis ce soir et quand il y en a pour quatre il y en a pour cinq.” “Je vous remercie de votre invitation. Peut être une autre fois mais il faut vraiment que je rentre chez moi.”

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Avec ma mère 3.

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Avec ma mère 3.Avec ma mère 3.Je rentrais à la maison plus tôt que prévu, et qu’elle ne fut pas ma surprise en surprenant ma mère et ma sœur dans les bras l’une de l’autre et entrain de s’embrasser !!« Eh bien les filles, on prend du bon temps à ce que je vois !!! »Inutile de dire que je me mis à bander d’un coup, d’autant plus, qu’ayant bu un peu trop avec les copains, je me sentais tout guilleret et en pleine forme..- Adeline chérie, viens vite mon amour, ma poulette adorée, j’ai envie de toi !! Tout en disant cela, je sortis ma bite du pantalon et la pointais vers elles.Adeline se précipita, se courba et la mit en bouche pour une succion divine. Puis se relevant, elle s’accouda sur une chaise, les fesses tournées vers moi. Elle passa une main entre ses jambes et de ses doigts elle ouvrit sa chatte en me disant :- Je t’attends ! Je vins me placer derrière elle, pine au vent. Dès qu’elle sentit mon gland contre elle, elle le saisit du bout des doigts et le guida pour le faire entrer. Je la pénétrais en force et brutalement. Elle poussa un petit cri de protestation mais me laissa faire. Je la pilonnais de toutes mes forces. Ma mère s’approcha de nous, se mit à genoux et embrassa ma sœur dans le cou, se mit à lui pétrir les konak escort nichons. Cette dernière gémissait de plaisir. Je me retirais de cette grotte chaude dans laquelle je m’épanouissais et la tendis à ma mère qui s’empressa de la mettre dans sa bouche, pleine du liquide de ma sœur et qui la suça avec avidité. Je demandai, alors, à Adeline de se mettre à quatre pattes sur le tapis, les fesses en l’air. Je demandais la même chose à ma mère, ce qu’elles firent rapidement avec un ensemble touchant, leur cul levé vers moi. Je saisis ma sœur par les hanches et plongeais de nouveau en elle, par petits coups, puis me retirais pour faire la même chose à Yvette. En la pénétrant, je sentis quelque chose de dur et ne pus aller plus loin. Tout surpris, je me redressais et demandais ce qu’il se passait !! Adeline, en gloussant, vint se mettre à genoux derrière notre mère, enfonça ses doigts dans cette chatte toute mouillée de plaisir, et à ma grande surprise je la vis retirer lentement un truc tout rouge que je reconnus comme être un godemiché. Elle se releva en souriant et me disant : – Vas-y maintenant, la place est libre !!- Ben merde alors, je vois que vous vous êtes bien amusées pendant que j’étais absent !!Je gaziemir escort m’engouffrais de nouveau dans cet antre adorable, au plus profond possible, puis changeant, je revins vers ma sœur et ainsi de suite, je passais de l’une à l’autre et fus pleinement heureux de les entendre gémir de plaisir. Ma mère jouit la première, puis sentant que j’allais éjaculer j’en avertis ma sœur qui se releva prestement, me prit juste à temps dans sa bouche où je me déversais sans retenue…..Plus tard, tous trois assis dans les fauteuils du salon, je leur demandais de me raconter cette histoire du godemiché, ce qu’elles firent sans aucune gêne. Au fur et à mesure que mes deux femmes racontaient leurs exploits, une idée me vint et d’un coup me fit de nouveau bander. Je me dépêchais d’ôter mes fringues pour me retrouver la pine à l’air. Leurs regards étaient fixés dessus. Je leur dis, en toute innocence, que je n’avais jamais vu deux femmes faire l’amour entre elles et que j’aimerais bien les voir faire et cela de suite.Elles ne se firent pas prier une seconde et ce fut ma sœur qui entama les hostilités. Elle prit sa mère et commença par l’embrasser à pleine bouche tout en lui caressant les seins. Ses mains virevoltaient izmir escort sur tout ce corps merveilleux que j’avais eu tant de plaisir à posséder. Tout en se tenant enlacées, elles se laissèrent choir sur le tapis, se mirent en position du 69 et les léchouilles ne cessaient d’être de plus en plus fortes et profondes. Les gémissements et les soupirs étaient de plus en plus rapprochés et de plus en plus forts. Un cri, un raidissement de tout son corps : ma sœur venait de jouir. Yvette la suivit de peu, mais elle, elle poussa un grand cri en se raidissant aussi. Ma sœur lui planta alors ses doigts dans la vulve et la masturba violemment. Les cris redoublèrent pour finir en un long gémissement. Je me penchais vers ma sœur, lui saisis le poignet et la forçais à entrer sa main plus profondément. Comme elle avait de petites mains et des petits poignets, cela se fit sans trop de difficulté. Ma mère se retrouva avec la main et la moitié de l’avant-bras de ma sœur dans le vagin. Adeline le fit aller et venir lentement et chose extraordinaire elle se mit à jouir rien qu’en faisant cela. Ma mère quant à elle ne cessait de geindre de bonheur et se mit à crier « je deviens folle !!!! » Je me masturbais comme un fou, moi aussi. Le calme revint, chacun reprit ses esprits et je pus contempler tout mon sperme étalé sur les fesses de ma mère et en partie dans les cheveux d’Adeline.Tout le monde était épuisé et nous avons remis notre conversation à plus tard, pendant le dîner, peut être….. Armand

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Pierre, notre voyeur 2

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Tits

Pierre, notre voyeur 2Pierre se joint à nousSi après m’être ainsi affiché en spectacle devant notre voisin, je me suis convaincu de faire entrer dans ce cercle intime Pierre RENIER, il m’a fallu un long moment avant de trouver le courage d’entrer en contact avec lui.Pour me rassurer et cerner notre voyeur, je décide un jour de passer devant sa pharmacie. J’aperçois un homme derrière son comptoir que je pense être Pierre. C’est un homme entre quarante et cinquante ans, j’ai du mal à bien le juger depuis le trottoir où je me tiens. Il est brun, aux tempes grisonnantes, plutôt grand avec un visage carré. Sa voix est grave, mais bienveillante. Je suis fasciné par son calme alors qu’il sert une vieille mamie acariâtre qui n’arrête pas de lui dire qu’il se trompe. Il prend plus de cinq minutes pour lui faire comprendre qu’il suit scrupuleusement les instructions du médecin sur son ordonnance. Lorsque celle-ci s’en va toujours aussi furieuse, je reste un moment et je l’entends échanger quelques mots avec son employée, prouvant une fois de plus sa bonne éducation puisqu’il ne se plaint absolument pas d’elle. Un peu rassuré, je finis par retourner à mon agence.Il me faut tout de même attendre le milieu d’après-midi pour composer le numéro de portable du pharmacien. J’ai veillé avant à me mettre en numéro masqué par sécurité. À cause de cela, je dois attendre la quatrième tentative pour qu’enfin il décroche.— Allô ?— Pierre RENIER ?— Lui-même. Qui le demande ?— Monsieur PARC.Par sécurité, j’ai changé mon nom de famille tout en lui permettant de me reconnaître. Il y a un long moment de silence.— … Oh ! Oui, Monsieur PARC. Je suis heureux d’enfin vous entendre. J’avais peur que mon message reste lettre morte. Comment allez-vous ? Comment va Madame PARC ?— Bien, je vous remercie.— Bien, bien.Il y a de nouveau un moment de silence, aucun de nous deux ne semble vouloir faire le premier pas.— Si vous me contactez, c’est dans le but de m’informer sur la suite que vous souhaitez donner à ma demande. Me sera-t-il possible d’assister à votre prochaine représentation ?— En tant que spectateur ou bien acteur ?Je n’en reviens pas de la question que je viens de lui poser. J’avais décidé de le contacter seulement pour qu’il nous regarde, mais poussé par un fantasme malsain, ma langue a fourché. Une idée folle qui a l’effet de déstabiliser mon interlocuteur.— … Êtes-vous sérieux ?— Pour ma première offre, oui. Pour la seconde, disons que c’est une possibilité que je pourrais reconsidérer après avoir fait plus ample connaissance avec vous.— Quand seriez-vous disponible pour que je dissipe vos craintes ?Sa réponse particulièrement spontanée me fait comprendre son envie inavouable de pouvoir accéder à ma seconde offre.— Que diriez-vous de nous rencontrer autour d’un verre demain midi ?— Ce serait avec plaisir.Rendez-vous est donc pris le lendemain midi dans un bar de la ville.Pierre arrive à notre rendez-vous sur les coups de midi et demi. Il ne semble pas être surpris de me voir me lever pour l’accueillir. Si lui est censé connaître mon visage, ce n’est normalement pas mon cas. Nous commandons tous les deux une bière qui parvient à briser cette crispation que nous éprouvons de nous retrouver face à face. Pierre se présente. Il a quarante-deux ans et est veuf depuis un an, sa femme a été emportée par un cancer foudroyant. Je me présente à mon tour, puis mon verre fini, je lui pose l’une des questions qui me brûlent les lèvres depuis un moment.— Comment nous avez-vous surpris ma femme et moi ? L’endroit où nous nous trouvions est-il un au lieu de la ville pour les exhibitionnistes ? Êtes-vous un habitué ?— Pas que je sache. Et vous êtes les premières personnes que je surprends… ainsi.— Qu’est-ce qui vous a attiré vers nous ?— Je traversais le parc pour rejoindre ma voiture quand j’ai entendu des cris. J’ai cru à une agression et je me suis dirigé dans leur direction.— Vous pensiez jouer les chevaliers servants partis sauver sa princesse et vous êtes tombé sur un pervers en train de soumettre sa salope de femme.Pierre me regarde en souriant.— Ce sont vos mots, pas les miens.— Des mots qui décrivent assez bien la vérité, ne pensez-vous pas ?— Ma foi, oui.— Et la seconde fois ? Avez-vous fait le pied de grue dans l’espoir de nous voir remettre le couvert le samedi suivant ?— Non, je suis venu assister au second acte après celui du cinéma.— Du cinéma ?— Eh oui. La providence a voulu que vous veniez vous asseoir juste avant moi et que pour combler votre ennui devant ce film vous vous amusiez avec votre femme.— Et vous vous êtes dit que puisqu’à chaque fois que vous nous avez croisés nous nous donnions du plaisir et que vous aviez apprécié le spectacle, pourquoi rater nos autres représentations, comme vous l’aviez si bien dit.— Je plaide coupable, j’aimerais vous revoir. Et même plus.Je le dévisage longuement. J’étais parti à la recherche d’un spectateur et pourtant je brûle d’envie de le transformer en acteur. Bien que Sophie se soit libérée sexuellement et continue de me surprendre de jour en jour, je sais aussi que la présence de Pierre serait déjà une épreuve pour elle. Lui proposer de coucher avec lui serait brûler les étapes trop vite et aller peut-être bien trop loin ? Pourtant, rien que d’y penser, je sens qu’une érection me prend. Pierre n’est-il canlı bahis pas l’amant idéal pour franchir une telle marche ? Plus je l’observe et plus je me dis que oui.— Alors, à quoi pensez-vous ? me demande-t-il devant mon silence prolongé.— Seriez-vous libre pour venir dîner chez nous samedi soir ?— Bien volontiers. Mais pourrais-je savoir quel rôle je jouerais ?— Celui du spectateur, puis celui de l’acteur si tout se passe comme je le souhaite.Pierre affiche un large sourire— Et comment comptez-vous me présenter à votre charmante femme ?Je m’attendais à une telle question et mon scénario est déjà prêt. J’annoncerais à ma femme l’avoir rencontré par le plus grand des hasards en ville. Je le présenterais comme le fils d’amis de mes parents, un bon ami qui aurait été une sorte de figure de grand frère durant mon enfance. Je sais que Sophie posera peu de questions à ce sujet. Ma situation familiale avec mes parents est très compliquée et elle ne s’étonnera pas que je ne lui aie jamais parlé de Pierre.Nous nous séparons donc en nous donnant rendez-vous pour samedi. Je retourne à mon travail, heureux de porter un jean qui retient mon érection et convaincu que Pierre doit être dans le même état que moi.De retour chez moi, j’annonce à ma femme l’invitation de Pierre. Je lui raconte ma petite histoire. Elle est contente pour moi et m’annonce à son tour que dans la journée elle avait appelé sa mère pour lui faire garder une fois de plus notre fils. Je me retiens de trop sourire. Je n’ai pas besoin de trouver d’arguments pour l’éloigner, ce qui aurait suscité la curiosité de ma femme. Nous serons donc libres de faire tout ce que nous voulons ce soir-là. Absolument tout.Dès cet instant, je décide de frustrer sexuellement Sophie. Pas de fellation matinale avec sa ration de sperme ni de parties de jambes en l’air le soir. Sophie s’étonne de mon comportement et je lui réponds que c’est pour nous offrir un dimanche matin torride grâce à cette accumulation de frustration. La vraie raison est que je veux avoir les couilles pleines et que Sophie soit dans une sorte de manque et donc plus ouverte d’esprit.L’attente jusqu’au samedi me paraît interminable. Je brûle de savoir ce que nous allons pouvoir faire avec Pierre, ce que Sophie sera prête à accepter, jusqu’où elle osera aller. Pour faire honneur à notre hôte, à ce « grand frère » enfin retrouvé, Sophie s’est mise aux fourneaux dès le début d’après-midi pour être prête. Elle nous a mitonné un repas de roi.Il est dix-neuf heures, je suis seul dans le salon à faire les cent pas. Sophie est à l’étage et se prépare, Pierre est attendu dans une demi-heure. Quand elle descend me rejoindre, je reste un moment pantois. Sophie est absolument magnifique, à damner un saint. Elle a mis élégamment son visage en valeur avec un léger maquillage, ses cheveux sont attachés en queue-de-cheval, mais le plus magnifique de tout est la robe noire de soirée qu’elle s’était achetée pendant notre sortie shopping. Celle-ci dessine parfaitement sa silhouette et met en valeur ses seins et ses fesses.— Ça ne fait pas trop habillé ?— Non, dis-je avant de me reprendre, traversé par une idée délicieusement perverse. Attends, je change juste un détail.Je me rapproche d’elle, la regarde droit dans les yeux avant de m’agenouiller. Je pose mes mains sur ses chevilles et les fais remonter jusqu’en haut de ses jambes sous les yeux sans cesse plus écarquillés de Sophie. J’arrive enfin à mon objectif. Je me saisis de sa culotte que je descends jusqu’en bas avant de lui retirer et de la ranger dans ma poche.— Mais tu es fou. Que va dire ton ami ?— Il ne va rien dire du tout, car il ne verra rien. On ne voit absolument pas la différence, nous serons les seuls à savoir que le seul tissu que tu portes est cette robe. C’est très excitant.Sophie ne répond rien, mais au sourire qu’elle affiche et à ses yeux désormais pétillants, je sais que la situation lui plaît.Pierre arrive enfin. Je le fais entrer et nous saluons devant Sophie comme si nous étions vraiment deux bons amis heureux de se retrouver après tant d’années. Ma femme est touchée par notre petite scène et apprécie également de voir Pierre lui tendre un impressionnant bouquet de roses et une bouteille de champagne.— Je vous remercie, il ne fallait pas.— C’est la moindre des choses. Et j’ai même honte de la simplicité de mes présents en vous voyant. Ils ne sont pas dignes d’une si magnifique maîtresse de maison.Par ces simples mots, Pierre a su faciliter son contact avec ma femme qui semble déjà l’apprécier. Sophie nous abandonne pour aller ranger la bouteille au frais et mettre les fleurs dans un vase. Je profite de ce moment pour glisser dans la poche de la veste de Pierre la culotte de Sophie. Pierre me sourit de toutes ses dents avant de glisser quelque chose à son tour dans ma poche et de rejoindre le salon. Je regarde rapidement ce qu’il vient de me donner. C’est un test de dépistage et celui-ci est négatif. Pierre veut jouer librement avec ma femme et s’il le peut je le laisserai faire puisque Sophie prend la pilule.La soirée est particulièrement détendue et agréable, Pierre est un invité plaisant qui sait charmer ma femme. Il se montre si naturel que l’on pourrait croire que nous nous côtoyons tous les trois depuis des années. Le seul moment de crispation bahis siteleri pour ma femme est quand elle nous demande comment nous nous sommes retrouvés. C’est Pierre qui choisit de lui répondre.— Nous nous sommes croisés au détour d’un parc. Je ne l’ai pas reconnu sur le coup. Ce n’est que lorsque nous nous sommes retrouvés une seconde fois que j’ai fait le rapprochement.L’allusion au parc a mis mal à l’aise Sophie, bien que rien ne sous-entende quoi que ce soit. Je dois quant à moi me retenir de trop sourire tant je trouve son idée amusante.Nous finissons cette soirée dans notre jardin autour d’un café dans une atmosphère plus feutrée qui réveille nos envies à Pierre et moi. Le dernier acte peut enfin commencer.Alors que nous continuons de discuter, je me fais plus tendre avec Sophie. Mes mains se retrouvent régulièrement sur ses cuisses que je caresse, mes lèvres visitent ses épaules nues, son cou. Nous échangeons quelques baisers passionnés plutôt bref. Pierre nous demande de l’excuser un moment, il doit assouvir un besoin naturel. Dès son départ, je fais se lever Sophie et je l’embrasse. Je la remercie pour cette merveilleuse soirée et je l’emporte dans une danse lente et sensuelle qu’elle apprécie. Lorsque Pierre est de retour, Sophie est dos à moi à frotter délicatement son corps contre le mien, s’amusant de façon évidente avec ses fesses contre mon érection. À la vue de notre invité, elle veut me quitter pour retourner s’asseoir, mais je glisse une main autour de la taille et je la retiens doucement. Un frisson la traverse et son corps se raidit quand mon autre main glisse sous sa robe et se saisit de son sein gauche. Elle tente de la retirer tout en s’excusant de mon comportement, prétextant que j’ai trop bu et que je suis soul.— Chut, laisse-toi faire. Pierre t’a déjà vu me faire bien plus.Je sens Sophie frissonner davantage. Elle n’ose pas croire ce que je viens de sous-entendre, ses yeux n’arrêtent pas de passer de moi à Pierre qui s’est assis et nous regarde en silence.— Oui, tu as bien compris. Si la première fois dans le parc il ne m’a pas reconnu, c’est parce qu’il faisait nuit et que toute son attention était accaparée par toi. Il ne pouvait détacher ses yeux de toi alors qu’il voyait mon pénis s’enfoncer encore et encore dans ta bouche en t’entendant prendre du plaisir.Sophie est incapable de parler. Les mots lui manquent. Son corps s’exprime à sa place. Sous mes doigts, je sens son téton se dresser. Ma main droite quitte son ventre pour venir se saisir de son sein droit. Je me mets à les caresser tendrement, sensuellement avant de remonter vers le haut de sa robe et de tirer dessus pour les faire ressortir et les exposer fièrement. Le regard de Pierre est devenu pétillant, il aime le spectacle que nous lui offrons.Mes lèvres contre son cou, mes mains abandonnent ses seins pour caresser son ventre puis ses hanches. Je ne tarde pas à m’emparer de sa robe que je replie doucement pour la faire remonter le long de ses jambes. Si Sophie avait supporté exposer ses seins, présenter sa vulve nue est trop pour elle.— Patrick…Sa voix s’éteint aussitôt. Elle ouvre de grands yeux en voyant Pierre sortir sa culotte de sa poche pour la poser sur la table à côté de lui.— Je t’ai menti, il sait que tu ne portes que ta robe et il attend que je le lui prouve.Sophie ne proteste plus et me laisse finir mon travail. Sa robe se retrouve finalement au-dessus de sa taille exposant sans pudeur son intimité à notre hôte. Sophie n’a pas mis ses mains devant, elle n’y a pas pensé. Elle n’en a pas envie plutôt.Maintenant que les plus belles parties de l’anatomie de Sophie ont été exposées, sa robe est superflue et j’entreprends de lui retirer en entier. Sophie me laisse de nouveau faire sans réagir. Pierre est visiblement troublé par le spectacle de ma femme exposé ainsi, il se frotte nerveusement le menton et remue dans son fauteuil comme un diable en cage. Avoir une telle beauté à moins d’un mètre de lui et devoir se contenir est un supplice pour lui. Je décide de me joindre à lui et je retourne m’asseoir pour profiter du corps de ma femme exposée nue à deux hommes.— Danse pour nous. Danse comme tu le faisais avec moi.Sophie reste immobile.— Allons, ne sois pas timide.Toujours aucune réaction de sa part.— Tu es mal à l’aise à cause de ta tenue ? Nous allons arranger ça.Je me lève et je commence à me déshabiller. Pierre ne tarde pas à faire comme moi sous les yeux exorbités de Sophie. Une fois nus tous les deux, nous nous rasseyons le plus naturellement du monde, non sans avoir vérifié la taille de verge de l’autre. Complexe masculin typique, je suppose. Même si nous ne bandons pas à fond encore, Pierre semble moins large, mais légèrement plus long que moi. Je redemande à Sophie de bouger, de réagir, de faire quelque chose. Elle finit par remuer mollement, les yeux fixés sur nos pénis. Ces mouvements n’ont rien pour rajouter à notre excitation et je lui dis d’arrêter puis de prendre des positions. Elle m’obéit docilement. Je lui demande de serrer ses bras sous sa poitrine et de se cambrer vers nous. Je veux ensuite la voir passer ses mains derrière la tête, bras ouverts pour mettre en valeur sa poitrine. Je lui fais enchaîner ainsi une dizaine de postures et elle se retrouve dos à nous, jambes écartées, bras levés au-dessus bahis şirketleri de la tête. Je lui dis de rester ainsi un moment avant d’ordonner qu’elle se penche excessivement lentement jusqu’à poser les mains par terre.Je profite alors de cet instant pour davantage présenter ma femme à Pierre qui a les yeux fixés sur ses fesses et sa chatte de plus en plus apparente. Je lui révèle que ce qu’il a aperçu n’est qu’un échantillon de notre sexualité. Je lui parle de notre première nuit torride et du lendemain, de ses exploits sur le bord de route, de notre partie de baise alors que notre voisin était à sa fenêtre.Je sens Pierre se tendre. Son regard se fait a****l. Après le tableau que je viens de lui faire de ma femme, il semble certain qu’il aura droit à sa part ce soir et il commence à se caresser lentement.Je choisis ce moment pour rejoindre Sophie à qui je dis de se redresser. Quand son visage se retrouve devant moi, celui-ci est écarlate. Elle est rouge de honte et d’excitation. Ses yeux sont brillants.— Maintenant que Pierre sait tout de toi, qu’il a tout vu de ton anatomie, il est temps que tu lui montres ton talent. Il en a déjà eu un aperçu dans le parc, mais il faisait sombre et il était loin. Ce soir, tu vas lui montrer comment tu suces, comment tu aimes que je te prenne par la bouche.Je commence à lever mes mains vers les épaules de Sophie, mais je n’ai pas le temps de les atteindre qu’elle est déjà en train de se baisser pour s’agenouiller devant moi. Face à cette réaction, à cette acceptation, à cette envie, chez Sophie, Pierre et moi nous échangeons un regard victorieux. La soirée promet d’être longue et particulièrement torride.Agenouillée devant moi, Sophie se saisit de ma queue dressée. Elle la caresse du bout des doigts, la masturbe doucement, puis elle se penche vers elle et se met à l’embrasser sur toute la longueur. Elle la fait ensuite se relever pour révéler mes bourses qu’elle embrasse à leur tour avant de les sucer et de les prendre une par une dans sa bouche. Ses lèvres sont ensuite remplacées par sa langue qui reproduise cette même merveilleuse caresse. Je suis plongé dans un moment de pur plaisir quand elle referme ses lèvres autour de mon gland avant de faire tourbillonner sa langue dessus. Sophie se saisit de l’une de mes mains qu’elle porte à ses cheveux pour me faire prendre sa queue-de-cheval. Elle me lance un retard d’une lubricité folle. Elle m’offre sa bouche pour que je la prenne comme je l’entends. Je tourne la tête vers Pierre et j’observe sa réaction quand je force Sophie à avaler centimètre par centimètre ma queue jusqu’à me retrouver entièrement en elle. Je maintiens cette position une trentaine de secondes avant de ressortir ma bite pour ne plus laisser que le bout du gland au bord des lèvres puis je replonge en elle.Pierre se retient comme il peut, il continue de se masturber lentement, mais ses yeux trahissent son état extrême d’excitation. Sous ses yeux ébahis, je me mets à baiser la bouche de Sophie comme si c’était sa chatte. Je prends un pied terrible. J’adore ce que je lui fais, j’adore le faire devant quelqu’un. Je ne suis pas le seul à savourer ce moment. Sophie n’arrête pas de gémir autour de ma queue et elle fait tout ce qu’elle peut avec sa langue pour renforcer mon plaisir.Devant ses conditions idéales, je fais signe à Pierre de se lever et lui fais comprendre de tourner autour de nous. Ce dernier ne se fait pas prier, il est trop heureux de pouvoir admirer ce spectacle d’un peu plus près, il sent que le moment de tenter sa chance va arriver.Je vois que Sophie passe son temps à chercher Pierre du regard tandis qu’il tourne autour de nous comme un prédateur prêt à se jeter sur sa proie.— Humm, c’est bon ma chérie. J’aime ce que tu me fais, j’aime le faire devant Pierre. Et toi, tu aimes ? Oui, j’en suis sûr, tu n’arrêtes pas de gémir, tu jouis, tu jouis de t’exposer ainsi devant lui. Il peut t’entendre, il peut te sentir, il peut presque te toucher.Je fais un nouveau signe à Pierre qui comprend mes attentes et laisse glisser un doigt sur le dos de Sophie alors qu’il passe derrière elle. Cette simple caresse est comme une décharge électrique pour elle.— Et s’il se baissait, qu’est-ce qu’il verrait ? Verrait-il ta chatte de salope qui dégouline ?Pierre me sourit avant de s’arrêter derrière Sophie pour admirer sa chatte, il lève un pouce victorieux.— Hum, oui, il l’a vu. Maintenant, il sait quelle belle salope tu es.Pierre continue de rôder autour de nous. Il s’arrête par moments sur le côté et je le vois dévorer du regard Sophie qui le fixe avec des yeux brûlants de désir.L’instant de vérité est là. Je sors mon pénis de la bouche de Sophie.— Maintenant, il est l’heure que tu honores ton rang de maîtresse de maison. De maîtresse salope. Tu vas honorer notre hôte comme il se doit, tu vas le sucer puis tu vas le laisser te baiser la bouche comme je viens de le faire.Je m’écarte de devant Sophie sous son regard suppliant pour laisser ma place à Pierre à qui je confie sa queue-de-cheval. Je lui fais pourtant signe d’attendre et je me penche derrière Sophie pour lui murmurer à l’oreille.— Je t’aime, Sophie. Je t’aimerais toujours si tu acceptes de faire ce que je viens de te dire. Je t’aimerais de la même façon si tu refuses. Tu n’as qu’un mot à dire et j’arrête tout et Pierre s’en va.Pas un mot ne sort de la bouche de Sophie qu’elle ouvre en grand.Si vous êtes arrivés jusqu’ici, merci de votre lecture.N’hésitez pas à voter.Tous les commentaires sont les bienvenus, les bons comme les mauvais.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Emilie et Dia

hikayeci No Comments

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Emilie et DiaDiallo dit Dia, sort de la douche, il se regarde dans la glace, 1m90 pour 85 kilos, pas un pet de graisse, que du muscle, une peau parfaite, Dia est fier de lui, il se trouve beau. Dia se dit que le foyer c’est bien mais qu’à 23 ans il peut espérer mieux, la proximité et les sanitaires communs ça va un moment, son emploi de vigile dans un Carouf, dégotté par les cousins quand il a débarqué du Sénégal lui permet d’envisager l’avenir avec sérénité. Dia passe son bas de survêt’, enfile son petit tricot de corps blanc et regagne tranquillement de sa démarche féline sa chambre en saluant ses compagnons de fortune. -« Diallo, tu penseras aux papiers pour la préfecture s’il te plait » Celle qui vient de lui parler c’est Emilie, 27 ans, une bonne tête blonde de gauloise avec de beaux yeux bleus. Elle travaille trois après-midi par semaine au foyer en tant que conseillère juridique pour aider les gars dans leurs démarches administratives. Elle est à croquer pense Diallo même si elle est un peu trop Jean/Basket à son goût. Remarque avec la brassée de types en rut qu’il y dans le coin vaut mieux pas faire dans le genre osé. Des fois son petit mari vient la chercher, il dit bonjour à tout le monde, Alexandre, qu’il s’appelle. La première fois que Dia l’a vu, ça l’a fait rigoler, il ressemblait à ce petit pédé blanc qui l’avait si bien pompé dans une cave chez les cousins du 9.3, en guise de remerciement Dia lui avait craché un gros mollard à la face en partant -« Bah viens Emilie, les papelards sont dans ma chambre, t’as qu’à les prendre tout de suite » Elle attend, adossée contre le mur de la chambre 2 par 3 de Diallo, c’est propre et bien rangé. -« Les voilà… » Il lui tend Dia l’encadre de ses deux bras puissants en posant ses mains de chaque côté de la tête blonde d’Emilie -« Tu sais que tu me laisses pas indifférent ? » -« Arrête Diallo » dit-elle en essayant de passer dessous les bras mais Dia accompagne le mouvement, l’empêchant de se libérer. Dia regarde ses beaux seins ronds qui pointent sous le petit pull en cachemire -« Tu sais que tu me rappelles l’époque bénie de mon enfance ? » Elle demande pourquoi -« C’était le temps ou je tétais le sein de ma mère… » Elle rigole. Diallo prend la tête entre ses mains et pose ses lèvres sur celle d’Emilie, elle résiste, il insiste, puis elle cède. Dia lui roule une galoche de folie jusqu’au fond de la gorge, sa main droite fait sauter les boutons du jean d’Emilie, ses doigts s’insinue dans la petite culotte et caresse la fente, il y introduit un doigt -« Mais c’est que c’est trempée cette petite chatte, tu mouilles toujours comme ça ou c’est moi qui te fais ça ? » -« Diallo ça va trop loin, laisse moi partir » -« Tu peux pas partir comme ça, regarde dans l’état que tu m’as mis » Le survêt de Dia est déformé par une érection monstrueuse. Dia la prend par les hanches comme un fétu de paille et la dépose sur son lit, il entreprend de retirer le jean d’Emilie qui se laisse canlı bahis faire -« Putain de jean de merde » lâche t’il en s’escrimant…Hop c’est fait, il enlève ensuite la culotte bien humide d’Emilie puis retourne la petite blonde docile, Dia enfile une capote, question de sécurité c’est normal ils sont pas encore assez intimes. Dia dirige son 20 centimètres sur le minou d’Emilie et l’introduit lentement jusqu’à ce que son pubis soit collé sur les fesses de la blonde qui lâche un « hooooooooooouuuuuuuuuuu » de ravissement, elle doit se sentir toute remplie du cul jusqu’au nombril -« Ta petite chatte est bien serrée… C’est ta première queue de black ma poupée » -« Ou…Ouiiiii !!! » gémit Emilie -« Tu vas voir les blanches adorent se faire travailler la chagatte par une queue d’ébène après elles ne peuvent plus s’en passer » Dia la saisit par la taille et commence à la besogner de plus en plus vite, Emilie à du mal à étouffer ses cris de jouissance -« Woooh ! Moins fort tu vas rameuter tout l’étage, beauté !!! Mets toi un coussin sur la gueule si t’arrives pas à te contrôler » Aussitôt dit aussitôt fait, Dia peut continuer à la pilonner et Emilie de se régaler la bouche collée au traversin. Dia décide que ça suffit, il s’assoit sur le lit et propose à Emilie de venir s’empaler sur son manche en lui tournant le dos, la petite blonde se met debout entre les cuisses de Dia et s’enfonce sur sa queue, elle s’appuie sur les genoux pour monter et descendre. Ce petit cul blanc qui va et vient sur sa colonne de chair c’est pour Dia une certaine vision du paradis. La porte s’ouvre… C’est Kiba le nigérian, collègue de travail de Dia qui passait faire un petit coucou en revenant de la douche, à la vision de l’assistante juridique nue sur les genoux de Dia il a les yeux exorbités Emilie prise de panique essaye de partir. Dia la ceinture fermement en passant ses bras autour d’elle -« Tu me laisseras sûrement pas me finir à la main, poupée Rentre Kiba ferme la porte… » Kiba obéit. -« Vas-y Emilie suce-le pendant que je continue à te fourrer » -« Ca va pas t’es fou… » -« Ecoute mon bébé, y’a des milliers de petites blanches qui rêvent de se faire défoncer par des queues blacks, tu en as deux sous la main avec des beaux gosses au bout et toi tu veux te barrer ??? Vas-y Kiba sors l’engin » Kiba sort le molosse déjà dressé par la situation et là c’est plus 20 mais au moins un 25 qu’elle a sous le nez, elle regarde la chose impressionnée. Pourvu qu’un troisième n’arrive pas… Ca va être quoi ? L’empire State Building ? -«Allez Emilie, prend mon pote dans ta bouche » dit Dia qui recommence à s’activer en elle. Kiba force l’entrée de ses lèvres où le gland pénètre, la résistance d’Emilie capitule sous les coups de boutoir de Dia qui la fait rebondir sur sa queue comme une otarie ferait rebondir un ballon sur son nez. Au bout de 5 minutes, il décolle tous ensemble, Kiba lâche la pression dans la bouche d’Emilie qui pour la première bahis siteleri fois de sa vie reçoit une telle quantité de sperme dans les amygdales qu’elle manque de s’étouffer. Puis c’est Dia qui envoie la purée, le petit condom ne peut tenir une telle cargaison si bien que ça déborde de partout… Emilie éprouve un ultime orgasme et se met à donner des coups de cul désordonnés sur le chibre de Dia qui finit de se vider… Tous les trois s’affalent sur le lit, Emilie est la première à retrouver ses esprits, elle se rhabille et file sans dire un mot. Kiba rompt le silence. -« Eh bien chapeau mon poto dit-il en tapant dans la main de Dia… L’assistante juridique, t’as fait fort là ! En plus elle est bonnasse » Dia retire la capote gluante qui pendouille au bout de sa teub -« Je lui aurai bien juter dedans à cette petite salope… Dommage, une prochaine fois » Le lundi suivant, 17 heures, Dia débarque au foyer, il sort du Carouf, il est encore en costard, sans même prendre le temps de se changer il file vers le bureau d’Emilie et entre sans frapper, elle est seule. -« Hé, Diallo j’aurais pu être avec quelqu’un » -« J’ai beaucoup pensé à toi ce week-end » -« Ecoute Dia, je sais pas ce qui m’a pris, je comprends pas ce que j’ai fait » -« Moi je sais… tu t’es fait du bien et c’est ça qui t’as fait perdre la tête dit Dia en se tenant le sexe à travers le pantalon, je suis sur que t’es toute mouillée à l’idée d’en remettre une couche, rejoins-moi dans ma chambre dans 5 minutes poupée, ton étalon black t’attend » 10 minutes plus tard, le temps de faire croire qu’elle hésitait, Emilie frappe à la porte et rentre dans la chambre de Dia sans attendre la réponse. Dia est nu, allongé sur son lit, il se branle d’un air distrait. « Allez enlève vite tes vêtements et viens coller ta petite figue sur ma bouche » Emilie se place en 69 sur Dia et commence à sucer le membre majestueux. Dia colle ses lèvres épaisses sur le minou de la blonde, s’attardant sur le clitoris sur lequel il fait ventouse, parfois il la lèche avec sa langue épaisse dans un mouvement qui va du bouton d’amour jusqu’à l’œil de bronze où il s’attarde. Emile apprécie la caresse elle se met à miauler comme une folle, tellement excitée qu’elle ruisselle sur la bouche de Dia qui en profite pour récupérer son jus d’amour et lui en tartiner l’anus mais tranquille quoi, son petit trou faut le travailler, y’aller en douceur, faut surtout pas la brusquer, le moment venu ce sera elle-même qui suppliera de se faire enculer 2 mois après, à raison d’un calinous par semaine, Emilie se sent enfin prête à accueillir dans son fondement le membre imposant de son amant africain. Ca fait quelques temps déjà qu’ils ont pris l’habitude de se retrouver dans un Lofurmun sur la zone commerciale, c’est plus discret puis un Lofurmun avec ses murs en carton c’est la grande classe !!! Après une séance de mise en bouche Dia dit à Emilie de se mettre à 4 pattes. Il lui appuie d’une main sur le haut bahis şirketleri du corps et de l’autre lui relève les fesses en lui écartant les jambes, Dia attentionné lui glisse 3 oreillers sous le bassin cette posture obscène qui la cambre au maximum la rend totalement offerte sa chatte est brûlante, elle brille de mouille. Dia se place alors sur le coté de la belle Emilie, de sa main gauche il lui caresse le dos et les fesses, de sa main droite il s’occupe exclusivement de sa raie ses doigts allant et venant du vagin à l’anus. D’un coup il lui enfonce profondément deux doigts dans son sexe, de son pouce il lui masse l’anus d’un mouvement circulaire. Il se penche, lâche un long filet de salive dans le but de la lubrifier et tout doucement il pénètre son petit trou avec son pouce. Il la caresse ainsi pendant de longues minutes, Emilie apprécie, sa respiration est forte et saccadée. « Maintenant » dit-elle dans un souffle « Maintenant quoi ? Je veux t’entendre le dire… » Lui répond Dia « … Encule moi» Dia se met alors debout ses jambes musculeuses encadrant ce petit cul blanc, il crache plusieurs fois dans sa main et recouvre sa verge de sa salive. Il s’agenouille et pointe son sexe sur l’anus, son gland commence alors à forcer cette intimité. « Dou… Doucement » dit-elle « Ne t’inquiète pas ma beauté je vais prendre mon temps » Le gland est complètement rentré. Dia continue très, très lentement sa progression jusqu’à ce qu’il remplisse entièrement le fondement d’Emilie, celle-ci respire très fortement, il reste figé en elle sans bouger. Il a glissé sa main gauche sous le bassin, la maintenant ainsi collée contre lui et ses doigts caressent la vulve pendant qu’il la sodomise, « C’est bien… Tu prends ça comme une vraie salope maintenant je veux que tu te détendes complètement… » Tout en continuant à la masturber il se met à aller et venir d’abord tout doucement puis de plus en plus fort, la colonne d’ébène ouvre en deux le petit popotin d’Emilie qui à chaque coup de rein de son amant pousse des cris rauques… « Tu prends ton pied sous la queue noire ma salope à moi C’est sûrement pas ton petit mari qui te baise comme une roulure » De temps à autre Dia s’enfonce jusqu’aux couilles, appuyant de tout son poids sur les fesses d’Emilie dont les cuisses s’écarte au maximum sous la poussée de son enculeur, puis Dia reprend ses vas et vient avec régularité. Les cris d’Emilie sont de plus en plus déchirants, puis elle pousse une longue plainte, l’orgasme est si fort que ses jambes se mettent à trembler. Dia la suit de quelques secondes, en hurlant « Tu me fais venir petite cochonne »,appuyant si fort sur le cul de la blonde que celle-ci ne pu rester à 4 pattes finissant à plat ventre basculant par-dessus les coussins, lui la recouvrant de tout son corps. Ils restèrent dans cette position pendant quelques instant. Dia a toujours son sexe à l’intérieur de l’anus d’Emilie qui respire très fort, d’une voix douce, reprenant ses esprits elle lui dit qu’elle n’avait jamais joui aussi fort…Dia se retire et s’essuie la queue avec la culotte d’Emilie qu’il glisse dans sa poche en souvenir de cette magnifique enculade… Il y en aura d’autres Dia a tout prévu.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

ankara escort antalya escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort kadıköy escort tuzla escort aydınlı escort maltepe escort pendik escort şişli escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan didim escort sakarya escort sakarya escort ensest hikayeler izmir escort izmir escort ankara escort maltepe escort gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort gaziantep escort maltepe escort mersin escort bursa escort kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort canlı bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis illegal bahis sakarya escort bayan